En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié

Gdim Izik : Un procès «assombri par les allégations de torture» selon Amnesty International

Réagissant au verdict de la Chambre criminelle près la cour d’appel de Salé tombé ce mercredi, l’ONG Amnesty International estime que le procès a échoué à écarter des preuves et des allégations de torture exprimées par les détenus.

Une manifestation des famille des détenus devant la Cour d'appel de Salé. / Ph. Amnesty International

Quelques heures après l’annonce du verdict de la Chambre criminelle près la cour d’appel de Salé, l’ONG Amnesty International a réagi à la condamnation de 23 Marocains originaires du Sahara, impliqués dans les affrontements du démantèlement du camp de Gdim Izik en 2011. Un procès qui a échoué à écarter des preuves et des allégations de torture exprimées par les détenus tout au long du procès, commente la section maghrébine d’Amnesty International.

«Au cours du procès, la plupart des accusés ont déclaré à la Cour qu'ils ont été torturés pour ‘se confesser’,  ‘s’auto-incriminer’ ou incriminer d'autres personnes. Si le tribunal était sérieux dans l’assurance de leur offrir un procès équitable, il aurait mené des enquêtes appropriées sur ces allégations de torture ou exclu les preuves douteuses au cours des audiences», a déclaré Heba Morayef, directrice de recherche pour l’Afrique du Nord à Amnesty International.

«L'échec des autorités judiciaires, sur plus de six ans, à enquêter adéquatement sur les allégations de torture est une tâche qui assombrit le verdict d'aujourd'hui.»

Les rapports médicaux sept ans après les faits présumés

Rappelant que le tribunal «n'a pas encore rendu publique sa décision écrite détaillant et justifiant les peines prononcées ce matin», l’ONG estime que malgré les récentes réformes judiciaires, les tribunaux marocains ont «condamné à plusieurs reprises des détenus sur la base de leurs déclarations à la police lors d'un interrogatoire, sans enquêter adéquatement sur les allégations  de torture».

Lundi, l’ONG a considéré que «le Maroc a pris une mesure positive en ordonnant un nouveau procès devant une instance civile», mais qu’«il devrait encore veiller à ce que nul ne soit déclaré coupable sur la base de preuves extorquées sous la torture». Amnesty International a rappelé que «des médecins ont examiné les accusés (du procès de Gdim Izik, ndlr) en février et en mars, près de sept ans après les faits présumés de torture».

«Les rapports médicaux (…) notent des formes de torture et de mauvais traitements que chacun des accusés affirme avoir subis. Ils affirment notamment avoir été roués de coups, parfois alors qu'ils étaient suspendus par les poignets et les genoux, et avoir subi des sévices sexuels (y compris des viols à l'aide d'un objet)», poursuit l’ONG. Des rapports qui, toutefois, se terminent par la même phrase, à quelques variations près : «Les symptômes qu'il présente actuellement et les éléments que nous avons constatés au cours de l'examen ne sont pas spécifiques aux méthodes précises de torture dénoncées», poursuit-elle.

Les peines incriminant certains responsables des événements de Gdim Izik sont tombées à l’aube ce mercredi 19 juillet. Elles varient de deux ans de prison ferme à la perpétuité. Les peines ont été prononcées par la Chambre criminelle près la cour d’appel de Salé, indique l’agence MAP.

2 commentaires
imtiyaz
Date : le 20 juillet 2017 à 10h11
. Il ne faut pas exagérer....Les marocains ne vont pas servir l'apéro avec les mignardises à ces clodos qui ont fait subir les pires des tortures aux prisonniers marocains. La suite de la torture est dans les prisons. J'espères que les détenus marocains ne leurs feront pas de cadeaux tout le long de leurs incarcération. Amnesty internationale a des penchants envers les donateurs généreux puisqu'elle ne vit que de mendicité. .
FATEM95
Date : le 20 juillet 2017 à 09h55
De toute façon à moins d'acquitter ces criminels que voulez-vous qu'Amnesty International dise d'autre ? Quelles que soient les circonstances leurs rapports sont à charge. Et ces rapports médicaux, ils sont faits par qui ? Qui prouve leur indépendance ? En fin de compte Amnesty comme les chrétiens machin bidule sont des officines pro-polisario qui se présentent comme des ONG indépendantes. Donc leur communiqué est irrecevable. Il peuvent continuer à aboyer. La caravane judiciaire est passée est passée.
Dernière modification le 20/07/2017 10:11
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com