En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié Le 17/07/2017 à 10h45

Hirak : La fille d’El Khattabi appelle les Rifains au calme

La fille de Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi appelle les Rifains à suspendre les marches de protestation. Aïcha El Khattabi se dit «en contact permanent» avec les proches du roi Mohammed VI et invite les habitants de sa région à s’armer de «patience» et à accorder une chance aux autorités afin de résoudre tous les problèmes.

Dans une interview accordée à un média américain arabophone, Aïcha El Khattabi appelle les Rifains au «calme». / Ph. Maghreb Voices

Dans une interview accordée à un média américain arabophone, Aïcha El Khattabi appelle les Rifains au «calme». La fille du héros de la bataille d’Anoual appuie les manifestations dans la région : «Ils ont le droit de revendiquer leurs droits. Ils ont longtemps souffert de la marginalisation à tous les niveaux.»

Néanmoins, elle prend ses distances avec les initiateurs du Hirak, qui prônent la poursuite du mouvement de protestation. «Je pense qu’ils doivent maintenant opter pour le calme», a-t-elle dit.

«Je suis convaincue que les autorités ont saisi tous les problèmes et les revendications des habitants et œuvrent pour les solutionner», explique-t-elle.

Les meneurs de la contestation poursuivent leur agenda

 «Je suis quotidiennement les nouvelles du Hirak. Je suis triste pour les Rifains parce que j’en fais partie et je les aime. Je porte à leur connaissance que le roi Mohammed VI est disposé à résoudre tous les problèmes. Je suis en contact permanent avec des proches du roi qui m’ont informée qu’il a demandé aux responsables de répondre aux revendications des habitants du Rif dans les plus brefs délais», a ajouté Aïcha El Khattabi.

«Cela nécessitera du temps et de la patience, ainsi qu’un travail progressif jusqu’à la réalisation de toutes les revendications.»

Et de conclure en précisant que la position de son père vis-à-vis du Hirak «aurait été identique» à la sienne : «Il aurait écouté les habitants et leurs problèmes et tenté de les solutionner dans les plus brefs délais.»

Ces appels au calme émanant de la fille de Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi ont peu de chance d’être entendus par les meneurs du mouvement de contestation dans le Rif. Ils se préparent d’ailleurs à la marche du jeudi 20 juillet. Une protestation que Nasser Zefzafi, avant son interpellation, a promis qu’elle serait «millionienne». 

Article modifié le 17.07.2017 à 11h47

2 commentaires
Petiteoteille!!!
Date : le 17 juillet 2017 à 20h02
Mais alors, on sait bien que le héros Abdelkrim Al khattabi, était un farouche opposant contre la colonisation Française et Espagnole ,n'acceptant pas l'accord de Fes et Madrid, signé par Moulay Hafid, il s'est dressé contre l'occupant en essayant d'avoir son indépendance en créant une république dans le nord du Maroc, refusant les accords de protectorat signés par les belligérants et imposer par les troubles de l'époque, Feu Khattabi une fois vaincu, évincé, mit en résidence surveillé,exilé à la Réunion, a comprit les enjeux des grandes puissances de l'époque et les perspectives de division qui se profilaient pour partager les richesses des peuples Africains en lès séparent et réduisant à néant, Abdelkrim a vue juste, quant il a refusé dans un premier temps la demande de la ligue Arabe l'appelant à devenir Khalifat Amir Al Mouminine, ne voulant pas se substitué au sultan qui lui seul a droit à ce titre, en second lieu, quant les 2 colonisateurs lui ont suggéré de devenir Sultan à la place de Feu Muhammed V pendant son exile à Madagascar, et la dernière offre qui lui est faite, c'est d'être président de la République Marocaine que la France envisageait de créée pour l'après indépendance, comme ils ont fait en Tunisie avant l'Algérie ??? Aujourd'hui, le Hirak cherche quoi au juste ??? L'exemple de la grande sagesse d'Abdelkrim El Khattabi, a évité pour notre destin quant il a refusé toute manipulation de la part des gens qui voulaient semer la discorde, alors qu'il a reçu un enseignement religieux et Cadi de surcroît, même Feu Muhammed V en lui rendant visite au Caire, espérait qu'il se ralie à lui, en acceptant de rentrer au pays pour participer à son évolution !!! Mais, Khattabi se doutant et se méfiant de la période de 1925/1929, a préféré attendre le moment opportun, Malheureusement, il y a d'autres compagnons qui ont pris le flambeau de la contestation et de la lutte pour le pouvoir, chacun veux imposer sa doctrine, Mais aujourd'hui En analysant la situation depuis l'indépendance et la décolonisation, on constate que celle de Hassan II (RA) était la mieux adaptée et réussi, malgré quelques embûches, On voit bien que les hommes qui prétendaient être les plus justes et les plus loyaux envers leurs frères d'armes et leurs peuples, ont mal tournés une fois qu'ils ont goutté au pouvoir et toucher à l'argent, en s'accaparant tout, et laissant les autres sur le carreau, c'est les méfaits du pouvoir, une fois qu'on y est on y reste, Mais le Maroc d'aujourd'hui n'est pas celui de 1956??? Celui de demain, sera encore meilleur, il va encore avancer à une vitesse d'éclair, si on laissaient notre guide mener le bateau à bon port, c'est dommage qu'il y a toujours des illuminés trompeurs, assoiffés du pouvoir pour nous faire croire qu'ils vont nous amener au paradis, on voit la démonstration, Ya Rappi, Ehfadna myna Al9aoum Almonafi9ine, Amine ya Rappi Al3alamyne!!!.
Itwasntme
Date : le 17 juillet 2017 à 17h03
@krim, Il y a une citation célèbre au Maroc... "celui qui precipite les évènements sans patience creuse sa propre tombe" Ce intervention de la fille de feu khatabi fait plaisir à plus d un titre.. Elle renforce la cohésion nationale marocaine.
Citation
Krim à écrit:
Paul Bowles, l´écrivain Américain qui a décidé de vivre á Tanger pendant 40 ans avait répondu á un journaliste qui voulait savoir ce qu´il a appris au Maroc. La réponse est: J´ai appris á être patient. J´ai l´impression que ceux qui gérent le pays sont arrivés au point de vider le rif de sa patience.
Krim
Date : le 17 juillet 2017 à 11h17
Paul Bowles, l´écrivain Américain qui a décidé de vivre á Tanger pendant 40 ans avait répondu á un journaliste qui voulait savoir ce qu´il a appris au Maroc. La réponse est: J´ai appris á être patient. J´ai l´impression que ceux qui gérent le pays sont arrivés au point de vider le rif de sa patience.
Dernière modification le 17/07/2017 17:03
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com