En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Economie Publié Le 15/07/2017 à 19h48

Emplois dans le secteur informatique : L’aventure freelance, du Maroc vers la France

Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, la France tend vers un cadre propice à l’auto-entreprenariat. Dans le secteur des technologies de l’informatique, de nombreux postes sont à pourvoir. De quoi susciter l’intérêt de consultants marocains qui voudraient donner un coup d’impulsion à leur carrière.

Photo d'illustration. / DR

Dématérialisation des procédures, simplification des démarches administratives, prises de rendez-vous en ligne… Il faut bien reconnaître que l’auto-entreprenariat marocain a connu de nombreuses avancées ces dernières années. Un changement de cap déterminant qui en a incité plus d’un à opter pour le statut freelance.

Ce samedi matin, ils étaient une trentaine de consultants à s’être réunis au Kenzi Tower Hotel à Casablanca pour une conférence sur le thème «Etre freelance en France : de l'opportunité à la concrétisation», organisée par le groupe marocain Smarteam, spécialisé dans le placement des consultants marocains en France et à l’étranger.

C’est que l’Hexagone, depuis l’élection d’Emmanuel Macron, chantre des startups et de l’ubérisation, deviendrait presque la terre promise des travailleurs indépendants - c’est, du moins, l’ambition de jeunes loups. «Le facteur politique influence bien sûr», confirme Hicham El Maniari, cofondateur de Smarteam, en référence à «la libéralisation du travail» prônée par le nouveau président.

«Plafond de verre»

Basculer dans le freelance en France, c’est aussi un tremplin professionnel, assure Nawfal Sedraoui, autre fondateur de Smarteam. «Ce statut permet d’améliorer nettement ses revenus, de choisir soi-même ses missions et de travailler sur des technologies très sollicitées en France. C’est un accélérateur de carrière», résume-t-il.

Les travailleurs freelance au Maroc, notamment dans le secteur des technologies de l’informatique (IT), se heurtent souvent à un «plafond de verre», estime Nawfal Sedraoui, qui juge les opportunités «restreintes». De même, le «vide juridique» qui entoure le statut freelance au royaume et les «difficultés de recouvrement» ne sont pas sans lasser certains entrepreneurs, observe-t-il encore.

En France, le déclin du contrat à durée indéterminée (CDI) pèse aussi dans la balance : «Ce modèle contractuel est estimé aujourd’hui dépassé car les talents souhaitent intervenir de manière précise, sur un sujet précis et dans un délai précis, tout en gardant leur agilité et leur indépendance», explique Meryem Lebbar, directrice administrative de Smarteam.

Un facteur couplé à un «statut juridique français mature, des projets complexes et d’envergure et une bonne protection sociale», reprend Hicham El Maniari. «En France, les travailleurs freelance sont protégés de tous les côtés, ce qui n’empêche pas les Français d'être très frileux !» Sur les six premiers mois de l’année 2017, le nombre de postes vacants en consultants en technologies de l’informatique plafonne en effet à 51 000. Il devrait s’élever à 240 000 à l’horizon 2020. De quoi créer des vocations pour les informaticiens marocains. 

7 commentaires
Lionheart
Date : le 17 juillet 2017 à 13h46
Bonjour pourquoi affirmer des choses tout en insultant le travail du journaliste et l'intelligence des lecteurs ? Il est tout à fait possible de facturer une entreprise en France et j'ai un scoop pour vous : ça s'appelle l'offshoring et ça existe entre le Maroc et la France dans les secteurs de l'informatique , de la paie et de la comptabilité depuis plus de quinze ans. Vous pouvez même obtenir un visa commerçant pour rencontrer in situ vos clients et futurs partenaires. Cet article a donc le mérite de lancer un sujet à charge pour les professionnels de creuser la question.
MarocainDeCoeur2013
Date : le 16 juillet 2017 à 19h14
Etant dans le domaine, cet article peut induire plusieurs dans des erreurs parce que le statut de freelance n'est pas tourné vers les marocains , d'une part parcequ'il faut avoir une carte de séjour résiden , d'autre part le statut freelance n'est pas le statut le plus adapté pour les freelances, la plupart des freelances choisissent le statut tels que SASU ...etc Les sociétés sont aussi plus réticent à prendre des freelances à cause de leur volatilité et exigent des sociétés que le consultant soit un salarié de la société de service. Bref , un article qui ne s'appuie sur aucune recherche journalistique et qui doit être jeté à la poubelle.
Lionheart
Date : le 16 juillet 2017 à 12h01
C'est essentiellement un problème de coût en France. Dans les métiers de l'informatique notamment. Le recours à l'externalisation se décide pour cette raison essentiellement sur la base du coût. L'article de ce point de vue est pertinent.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com