En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Culture Publié

Décès d'Ali Idrissi Kaitouni, le poète «maudit» de l'ère Hassan II

Ali Idrissi Kaitouni est décédé mercredi à Casablanca à l’âge de 58 ans. / Ph. DR

Poète, artiste, homme politique et militant des droits de l’homme, Ali Idrissi Kaitouni s’est éteint mercredi à Casablanca à l’âge de 59 ans des suites d’un cancer, rapportent ce jeudi nos confrères d’Al Aoual.

Né à Fès le 17 novembre 1958 dans une famille de militants pour l’indépendance du royaume, feu Ali Idrissi Kaitouni s’était démarqué dès son jeune âge par sa sensibilité artistique, poursuit le média qui lui consacre un portrait. Le défunt avait participé à plusieurs pièces théâtrales et organisé une exposition à la fin des années 70 avant de quitter le Maroc pour l’Espagne, puis la France.

A son retour, il avait publié un recueil de poèmes intitulé «Etincelle», marquant ainsi une nouvelle ère avec le pouvoir. Saisi le 1er mars 1982, l’ouvrage avait été incriminé sous Hassan II et sa publication suspendue. L’auteur avait été arrêté le 6 mars de la même année puis condamné à 15 ans de prison ferme et 100 000 dirhams d’amende pour «atteinte aux sacralités», ou «lèse-majesté» - l’expression utilisée par l’artiste sur son blog personnel -, et atteinte à la sécurité de l’Etat. Il avait purgé environ 10 ans de sa peine, principalement à la prison de Kenitra avant d’être libéré.

Ali Idrissi Kaitouni est considéré comme un prisonnier d'opinion par Amnesty International, qui a longtemps plaidé pour sa libération. Il est l’un des pères-fondateurs du «Mouvement pour la démocratie» et du Parti socialiste unifié (PSU). On lui doit également la Fondation du cœur de la section marocaine d’Amnesty International et plusieurs comités de soutien et de solidarité avec des détenus politiques.

En mars dernier, nos confrères de Libération avaient rapporté son combat contre le cancer ainsi que son parcours pour se soigner face à des «navettes exténuantes» et aux «dédales de la médecine» au Maroc.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com