Menu

Environnement Publié

Maroc : L'impact de la dégradation de l’environnement deux fois plus important qu'à l’échelle mondiale

Considéré comme la première économie d’Afrique du Nord, le Maroc fait aussi partie des pays pollueurs. Le développement économique impacte négativement l’environnement via la pollution notamment, qui coûte cher, très cher à l’Etat. C’est le sujet d’un rapport présenté aujourd’hui par le secrétariat d’Etat chargé du développement durable. Détails.

Temps de lecture: 2'
Par rapport à l'an 2000, le coût de la dégradation environnementale représente une réduction de 20% en 2014 au Maroc. / Ph. DR

Le département de Nezha El Ouafi, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Energie, des mines et du développement durable, chargée du développement durable, a présenté aujourd’hui les résultats officiels d’une étude menée en janvier 2017 sur les coûts de la dégradation de l’environnement au Maroc. Ce projet, parrainé par la Banque mondiale entre autres, a mis en exergue «un ordre de grandeur du coût de la dégradation de l’environnement au Maroc pour l’année 2014.»

Le document a estimé «en termes monétaires le coût économique» de cette détérioration causée par les activités de l’année de référence. L’enquête se veut une mesure de la valeur actualisée des coûts actuels et futurs induits par la dégradation de l’environnement en 2014.

Ce rapport survient suite à la demande du gouvernement à la Banque mondiale, en 2015, d’actualiser les données d’une étude antérieure sur ces coûts. En 2000, l’organisation internationale avait mené une enquête intitulée «Evaluation du coût de la dégradation de l’environnement au Maroc» - une première pour le royaume. «Le coût de la dégradation environnementale fut estimé, pour l’année 2000, à 3,7% du PIB», indiquait-elle. Un chiffre inquiétant qui semble avoir contribué aux «efforts considérables (du Maroc, ndlr) en vue de renforcer les politiques et stratégies pour la protection de l’environnement et des ressources naturelles.» Etait-ce suffisant ?

Des résultats en légère progression pour le royaume

Alors que l’environnement est au cœur des pourparlers à l’échelle internationale, le Maroc, pays hôte de la COP22 en novembre 2016, paye cher la détérioration de l’environnement sur son territoire - un coût qui stagne depuis 2000. En 2014, la dégradation environnementale a engagé quelque 32,5 milliards de dirhams, soit 3,52% du PIB national. Dans le même temps, le coût des émissions de gaz à effet de serre pour l’environnement global est estimé à 1,62% du PIB.

Des résultats sans appel pour les auteurs : «Les impacts de la dégradation environnementale à l’échelle nationale sont deux fois plus importants que ceux induits à l’échelle mondiale.» Une incidence liée à cette détérioration environnementale qui agit donc directement sur les coûts mondiaux, précise le rapport. Un taux justifié notamment par tous les facteurs de la dégradation de l’environnement tels que la pollution de l’eau, de l’air, des sols, des forêts mais aussi les déchets et les changements climatiques.

L’eau, considérée comme le principal vecteur de dégradation, représente pour le Maroc un coût national qui s’élève à 1,26% du PIB. Les coûts imputés à la pollution de l’air se taillent également 1,05% du PIB. La dernière marche du podium est occupée par la dégradation des sols, qui représente 0,54% du PIB «en raison de l’érosion des terres cultivées et du défrichement et la désertification des terres de parcours».

«La comparaison entre les résultats des études effectuées en 2000 et 2014 indique que le coût de la dégradation de l’environnement est passé de 590 dirhams/habitant en 2000 à 450 dirhams/habitant en 2014, représentant une réduction de plus de 20%», concluent les auteurs de l’étude. «Toutefois, une telle comparaison demeure indicative en raison des résultats partiels et des différences dans l’approche méthodologique adoptée dans les deux cas», nuancent-ils. Conformément aux conclusions dégagées en 2000, l’eau et l’air représentent toujours les défis les plus importants au Maroc en termes de protection de l’environnement.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate