En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique   Publié Le 23/06/2017 à 15h30

Rif : Des revendications portées par le soulèvement de 1958 toujours d’actualité en 2017

Le Hirak du Rif n’est pas sans rappeler le soulèvement de 1958. Les revendications portées par les manifestants au lendemain de l’indépendance sont toujours d’actualité.

Le roi Hassan II avec le général Oufkir / Archive - DR

Il y a presque 59 ans, le Rif vivait un Hirak d’un autre genre ; le premier sous l’indépendance et le premier affrontement armé entre la population locale et le pouvoir central. Le soulèvement, qui a duré 157 jours, du 7 octobre 1958 au 13 mars 1959, s’est terminé dans un bain de sang.

Deux ans après la fin du protectorat espagnol, les Rifains ne supportaient plus l’autoritarisme du Parti de l’Istiqlal, un véritable Etat dans l’Etat. Les responsables du PI voulaient forcer les Rifains à accepter le fait accompli. Une chape de plomb politique qui s’est ensuite aggravée par la décision des autorités françaises - alors en pleine guerre contre les résistants algériens (21 janvier au 28 mai 1958) - de fermer les frontières avec le Maroc. Une mesure qui a laissé sur le carreau des milliers d’ouvriers rifains habitués à travailler dans les fermes des Français, notamment à Oran, où les salaires étaient plus conséquents par rapport à ceux en vigueur au Maroc ou à Ceuta et Melilla.

La pression politique exercée par les membres de l’Istiqlal, qui virait souvent en actes de violence ciblant particulièrement les militants du Parti de la démocratie et de l’indépendance (PDI) de Mohamed Hassan Ouazzani, le grand ami d’El Khattabi, et la détérioration des conditions économiques ont accéléré le soulèvement. Les habitants s’en sont alors pris aux locaux du PI et les ont incendiés.

Les revendications de 1958 toujours d’actualité en 2017

Avant que les choses ne dégénèrent, l’heure était plutôt au dialogue avec Rabat. Une délégation composée de Rachid El Khattabi (le frère du héros de la bataille d’Anoual), Mohamed Sellam Amezian et Abdessadek Echarrat avait été envoyée pour présenter à Mohammed V un document de 18 revendications, dans lesquelles les volets social politique se côtoyaient.

En voici quelques exemples : «formation d’un gouvernement d’union nationale» ; «dissolution des partis politiques» ; «nomination des fonctionnaires civils issus des habitants locaux» ; «libération de tous les détenus» ; «retour de Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi» ; «nomination de magistrats compétents» ; «restructuration du ministère de la Justice» ; «intégration du Rif dans le programme agricole» ; «mise en place d’un programme ambitieux contre le chômage» ; «octroi des bourses aux étudiants rifains» ; «construction d’écoles dans les villages» ; «inauguration d’un lycée à Al Hoceima ou d’une grande école» et «accélération de l’arabisation de l’enseignement dans tout le Maroc».

Cinquante-neuf ans après les événements dramatiques de 1958, beaucoup de revendications portées par la délégation rifaine sont toujours d’actualité. 

Une commission royale après la fin des affrontements armés

La médiation de la délégation rifaine s’est conclue sur un échec et d’autres velléités belliqueuses ont pris le dessus sur le dialogue. L'affrontement était alors inévitable. Les quelques armes entre les mains des rebelles n’ont pas fait le poids face à la force de frappe des Forces armées royales conduites par Moulay Hassan, encore prince héritier à l'époque, et le colonel Oufkir.

Une fois que les armes se sont tues, Mohammed V a désigné une commission royale présidée par son directeur de cabinet Abderrahmane Anggay, natif de Tanger, pour établir un rapport sur les causes exactes à l’origine du mouvement de contestation. Après une tournée dans le Rif et de multiples réunions avec les habitants, ladite commission a innocenté la population de l’accusation de séparatisme et affirmer le caractère social des revendications.

Des conclusions qui, apparemment, n’auraient pas plu à quelques parties. Abderrahmane Anggay trouva la mort dans un étrange accident de circulation sur la route menant vers Tanger.

12 commentaires
ashabar
Date : le 26 juin 2017 à 05h38
On vera bien qui sont les responsables, le gouvernement précédent et actuel ne se serait pas gêné pour les pointer du doigt si c'était des élus locaux de la région mais si tu regardes bien la teneur des projets structurants ceux là sont mis en oeuvre directement par le gouvernement. Mais en attendant et ce qui est inquiétant, c'est que ça vient confirmer ceux que revendiquaient les manifestants à savoir dialoguer directement avec le Roi. Suspension des congés etc... J'espère que cela fera boule de neige pour accélérer les chantiers à l'arrêt ds tout le pays. J'espère que cette commission fera la lumière sur ceux qui ont détourné l'argent(elus locaux etc..) pour qu'ils soient condamnés et considérés comme de simples voyous. Bloquer volontairement ou involontairement la mise en oeuvre de projets structurants c'est aussi porter atteinte à la sûreté de l'état car cela peut provoquer des manifestations de masse etc... N'oubliez pas que 2 clans s'affrontent ds l'entourage du Roi...
Citation
Itwasntme à écrit:
@ashabar, À la lecture de l article de médias 24,on constate que le chantier Al hoceima phare de la Méditerranée accuse de long délais non justifiés... Une commission a été formée pour lancer un vaste audit...C est bien.thumbs up Il n y aura pas 36 coupables ni de chasse aux sorcières. L enquête sera vite bouclée.les responsables seront désignés et mis en examen. D autres projets plus ambitieux et plus complexes sont en cours dans tout le Maroc qui respectent parfaitement le cahier des charges et les dates d achèvements... Question simple : À ton avis,quand il y a un crime ou un délit,qui sont les premiers suspects pour les enquêteurs dans 90% des cas?? Exactement !La famille et les proches immédiats J ai bien peur mon cher ashabar,que le budget des projets d Al hoceima a été largement détourné par des responsables élus rifains et résidents dans la région du Rif...qui aujourd'hui sans honte se mêlent aux manifestations.
Itwasntme
Date : le 25 juin 2017 à 23h32
@ashabar, À la lecture de l article de médias 24,on constate que le chantier Al hoceima phare de la Méditerranée accuse de long délais non justifiés... Une commission a été formée pour lancer un vaste audit...C est bien.thumbs up Il n y aura pas 36 coupables ni de chasse aux sorcières. L enquête sera vite bouclée.les responsables seront désignés et mis en examen. D autres projets plus ambitieux et plus complexes sont en cours dans tout le Maroc qui respectent parfaitement le cahier des charges et les dates d achèvements... Question simple : À ton avis,quand il y a un crime ou un délit,qui sont les premiers suspects pour les enquêteurs dans 90% des cas?? Exactement !La famille et les proches immédiats J ai bien peur mon cher ashabar,que le budget des projets d Al hoceima a été largement détourné par des responsables élus rifains et résidents dans la région du Rif...qui aujourd'hui sans honte se mêlent aux manifestations.
Citation
ashabar à écrit:
Enfin oufff: https://www.medias24.com/MAROC/Les-plus-de-Medias-24/174529-Le-Roi-Mohammed-VI-tance-le-gouvernement-au-sujet-d-Al-Hoceima.html Je l'ai répété ds plusieurs posts qu'il fallait suspendre les congés de certains.... Voilà qui recadre un peu les choses, n'est-ce pas Benkirane ptdrBye Ces hauts fonctionnaires n'ont même pas honte, ils manquent même de respect au Roi en manquant à leurs obligations.... Les.fauteurs de trouble on s'en fout royalement, c'est pas le sujet, et certains ont voulu polluer les contestations et trouver des circonstances atténuantes au Makhzen avec ça n'est ce pas Itwanstme, charmeur2serpent etc.... Que le Makhzen remplisse ses obligations, merci et circulez y a rien à voir!!! Moralité de l'histoire: faire le + de bordel possible pour que le Roi nous entende!!!
ashabar
Date : le 25 juin 2017 à 23h00
Enfin oufff: https://www.medias24.com/MAROC/Les-plus-de-Medias-24/174529-Le-Roi-Mohammed-VI-tance-le-gouvernement-au-sujet-d-Al-Hoceima.html Je l'ai répété ds plusieurs posts qu'il fallait suspendre les congés de certains.... Voilà qui recadre un peu les choses, n'est-ce pas Benkirane ptdrBye Ces hauts fonctionnaires n'ont même pas honte, ils manquent même de respect au Roi en manquant à leurs obligations.... Les.fauteurs de trouble on s'en fout royalement, c'est pas le sujet, et certains ont voulu polluer les contestations et trouver des circonstances atténuantes au Makhzen avec ça n'est ce pas Itwanstme, charmeur2serpent etc.... Que le Makhzen remplisse ses obligations, merci et circulez y a rien à voir!!! Moralité de l'histoire: faire le + de bordel possible pour que le Roi nous entende!!!
Citation
"charmeur de serpent" à écrit:
Je suis tout à fait d'accord avec l'analyse de " LeChamali" , certains rifains veulent que le Maroc et ses institutions fonctionnent selon leur guise comme si c'est le Rif qui détient toutes les richesses du pays. Au Maroc, il n'y a pas les rifains et les autres, il y a des marocains et ce narcissisme de certains rifains doit s'atténuer pour céder la place à un patriotisme qui rassemble tous les marocains peu importe leurs origines et leurs cultures. Chaque région du Maroc a le droit de revendiquer son développement, mais, il ne faut pas oublier que le développement d'une région dépend aussi de ses atouts, ses potentiels et l'ouverture d'esprit de ses habitants, sans oublier, bien sûr, de l'honnêteté de ses représentants.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com