Menu

Grand Angle

Étude : 96% des MRE souhaitent que l’arabe soit enseigné à leurs enfants

Depuis de nombreuses années le programme «Enseignement de la langue arabe, mieux connaître sa culture est un souhait récurrent chez de nombreux Marocains langue arabe et de la culture marocaine» permet de renforcer le lien existant entre les MRE et leur pays d’origine. Une étude a été réalisée quant à l’impact de ce programme. Détails.

Publié
Mohamed Hassad, ministre de l'Education nationale (à gauche), Omar Azziman, président délégué de la Fondation Hassan II (au milieu) et Abdelkrim Benatiq, ministre délégué chargé des MRE et des affaires de la migration. / Ph. Yabiladi
Temps de lecture: 2'

Les Marocains résidant à l’étranger ont à cœur l’apprentissage de la langue arabe et de la culture marocaine à leurs enfants. Ce constat est confirmé par une étude réalisée par l’Instance nationale d’évaluation du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) en partenariat avec la Fondation Hassan II des MRE. La thématique abordée est l’impact de l’enseignement de la langue arabe et la culture d’origine (ELCO) alors que les résultats de l’étude ont fait l’objet d’une conférence de presse ce vendredi à Rabat.

Une rencontre présidée par Omar Azziman, président délégué de la Fondation Hassan II, en présence de Mohamed Hassad, ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et d’Abdelkrim Benatiq, ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration. A l’issue de l’évènement, un cadre référentiel de l’ELCO, qui a nécessité dix ans de préparation, a été signé entre les trois partenaires. 

Le ministre de l’Education nationale a déclaré suite à la signature qu’«il faut renforcer ce programme». «Nous disposons de 500 enseignants, ce n’est pas suffisant pour toucher toute la population immigrée. Il faut renforcer l’enseignement à distance», a-t-il affirmé. Mais pour Rahma Bourqia, directrice de l’Instance nationale d’évaluation du système d’éducation, de formation et de recherche scientifique, le plus important est l’intérêt à l’apprentissage de la langue arabe aux enfants des MRE.

«Le résultat le plus important de cette étude est l’intérêt conséquent à l’apprentissage de la langue arabe aux enfants des MRE, ainsi que le souhait de voir continuer cet enseignement mais à travers des manières innovantes et nouvelles.»

Pour 85% des MRE, l’arabe contribue au renforcement de la culture d’origine

L’étude a concerné la communauté d’origine marocaine établie dans trois pays : France, Belgique et Allemagne. Près de 1 272 individus, âgés de 18 à 45 ans, ont été questionnés. La majorité d’entre eux est née dans le pays de résidence alors que 28% d’entre eux sont originaires de Nador et 7% de Casablanca.

Une grande majorité des personnes interviewées admet que la langue arabe a contribué au renforcement de la culture d’origine (85%). Ils sont 96% des répondants à affirmer que la langue arabe doit être enseignée aux enfants. Les MRE sont insatisfaits du contenu des cours d’ELCO qu’ils voudraient voir changer (80,1%). Un chiffre est à retenir : 52% ont une maitrise faible de l’arabe contre 36% qui disposent d’un niveau moyen, toujours selon l’étude.

Une majorité écrasante (91%) estime que l’une des raisons poussant à apprendre l’arabe est le fait que son apprentissage reste important pour soi. Ils sont 84% des répondants à déclarer que l’apprentissage de l’arabe est nécessaire pour apprendre le coran (84%). Sans négliger le rôle que peut jouer la langue dans l’intégration et la contribution au renforcement de la culture, approuvé par 85% des répondants. Près de 80% estiment, quant à eux, que l’arabe leur permet de rester plus proches de leur famille et comprendre mieux la culture des parents.

Pour Abdelkrim Benatiq, «enseigner la langue arabe c’est renforcer le sentiment d’appartenance au pays».

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com