En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Economie Publié Le 13/06/2017 à 18h00

Bloomberg : Malgré les turbulences à Al Hoceima, le Maroc suscite toujours l’attrait des investisseurs

D’après Bloomberg, les manifestations dans la ville et sa région ne découragent pas pour autant les investisseurs. Ces derniers seraient toujours confiants dans la «capacité du leadership marocain».

Les manifestations dans la ville et sa région ne découragent pas pour autant les investisseurs, d’après Bloomberg. / Ph. Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

Les protestations qui secouent Al Hoceima et sa région depuis octobre 2016 ne découragent pas les investisseurs. C’est ce qu’écrit le média économique américain Bloomberg dans un article publié hier. Ce dernier suggère que les couvertures de défaillances (credit default swaps), ces contrats de protection financière entre acheteurs et vendeurs, devraient, contrairement aux prévisions, «se négocier au moins 50% de plus».

D’après Bloomberg, l’économie marocaine n’est pas impactée par les événements qui se déroulent actuellement dans la région du Rif. Elle se maintient toujours parmi les plus fortes en Afrique du Nord. Avec une note plafonnant à BBB-, le royaume possède une économie propice à l’investissement, justifiant ainsi son attractivité auprès des investisseurs.

L’économie marocaine devient globalement meilleure, laissant penser que la croissance du PIB (produit intérieur brut) progressera de 4,2% cette année, après la sécheresse qui a freiné les exportations agricoles vers l’Europe, faisant diminuer de 1,5% la croissance en 2016.

«Les investisseurs confiants dans la capacité du leadership marocain»

De plus, le déficit courant devrait être de 1% seulement, contre 9% en 2012. Ces signaux positifs sont également favorisés par les investisseurs, qui permettent de maintenir à flot les euro-obligations (obligation libellée dans une monnaie différente de celle du pays de l'émetteur) du gouvernement marocain, réduisent les rendements et attirent d'autres financiers.

«Contrairement à beaucoup de ses pairs, il existe au Maroc un espace soigneusement étalonné pour la dissidence», déclare Philippe Dauba-Pantannacce, économiste et spécialiste en géopolitique au sein de la banque britannique Standard Chartered. «Les investisseurs ont tendance à avoir confiance dans la capacité du leadership marocain à diriger le pays et à trouver un équilibre entre la stabilité et l'espace pour la dissidence», ajoute-t-il.

En d'autres termes, malgré les événements qui se déroulent au Maroc sur le plan politique, le pays demeure une destination attrayante pour les investisseurs et les acheteurs d'obligations à la recherche de rendements plus importants pour leurs investissements.

9 commentaires
Itwasntme
Date : le 14 juin 2017 à 16h04
Salam amine, Peus tu développer tes notions de SOUK,farfelues et superficielles sur l IDH ... Tu m as l air vachement incollable sur le sujet et l économie en générale.. A te lire,on a l impression que Tes compétences sont apparemment bien supérieures que celles de l honorable institution BLOOMBERG mentionnée dans l article. Une institution qui cautionne et garanti les investissements et les bonds marocaines auprès des shareholders , sponsors et investisseurs. D ailleurs,le fait que BLOOMBERG renouvelle toute sa confiance au Maroc malgré les manifestations sociales qui secouent le pays signifie une seule chose...afflux massive de capitaux dont notre IDH en a vraiment besoin. Pour réussir et atteindre Une note IDH proche de 1,un pays à besoin de trois paramètres indissociables : 1/TEMPS 2/BUDGET 3/SPÉCIFICATIONS DU PROJET SOCIALES OU INDUSTRIELS Le Maroc est le meilleur élève de toutes les institutions financières dans la région MENA... D autres institutions CONFIRMENT l étude favorable de BLOOMBERG tels le FMI,Fitch et standard & poor. Maintenant comme le souligne ashabar,il reste beaucoup à faire...
Citation
aminedu33 à écrit:
Que penses-tu du classement du Maroc en terme de développement IDH, sachant que la libye est devant le Maroc alors qu'elle est en guerre? Maroc 123eme, Egypte 106eme , Tunisie 94eme et surtout la Libye 93eme ? Le Maroc, n'avance pas autant que ça désolé
hanane 2017
Date : le 14 juin 2017 à 12h25
Aminé du 33. D abord il faut savoir comment est calcule l indice de développement humain. Née su critique du pib qui calcule que la richesse crée.cet indice prend en considération niveau d'étude le temps co sacré au loisir..... le niveau de pib est plus élevé en lybie car ex poste pétrole mais la richesse n est pas reparti sur le peuple entre un poignet des gens . Et ont plus de temps de loisir puisque ne travaillent pas . Et se sont plus heureux car n ont rien à autre de leur situation . En Tunisie ont un niveau moyen d éducation plus élevé que le Maroc ce qui grimpe le idh mais c est pas pourtant qu' ils ont une bonne application de leur connaissance dans l économie tu peux avoir un doctorat en géographie et n apporter aucunz valeur ajouter a ton pays et avoir un bac en mécanique et créer des emplois en ouvrant un garage donc tout est relatif .
Dernière modification le 14/06/2017 12:24
charmeur de serpent
Date : le 14 juin 2017 à 02h03
@aminedu33 Je pense que je me suis adressé à "ashabar" et il m'a répondu correctement, arguments à l'appui, sans être désobligeant. Par contre, vous, vous êtes mal éduqué et à part aboyer, vous ne rapportez rien au débat et ce n'est pas avec des grands titres qu'on va faire avancer ce débat. J’abats mes cartes sur tous les fais d'actualités, c'est ce qu'on appelle de la culture générale, prenez en de la graine. A propos, il ne faut pas croire tout ce qu'on raconte, avec un peu d'intelligence, vous pouvez comprendre que les marocains ne font la queue pour acheter du pain et la guerre des clans fait ravage en Libye, ... etc. Donc, il faut être prudent pour parler d'un classement quelconque.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com