En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié

La réforme des retraites des parlementaires, nouvelle pomme de discorde entre le PJD et le PAM

Le groupe parlementaire du PAM à la Chambre des conseillers a présenté cette semaine une proposition de loi pour réformer les retraites des parlementaires. Une proposition qui irrite déjà les PJDistes, qui accusent les conseillers du Tracteur de plagiat. 

La Chambre des conseillers. / Ph. MAP

Le groupe parlementaire du Parti authenticité et modernité (PAM) à la Chambre des conseillers a présenté cette semaine un projet de loi sur les retraites des parlementaires. A l’origine de la proposition, le conseiller Adelaziz Benazzouz.

Contacté par Yabiladi, ce dernier précise : «Notre proposition de loi comprend deux amendements phares, à savoir les cotisations des parlementaires et l’âge pour bénéficier de cette retraite.»

«Il ne s’agit pas de la Caisse nationale des retraites mais d’une entreprise signataire d’un contrat avec le Parlement (qui se chargera de verser les pensions, ndlr). C’est donc le parlementaire qui cotisera en personne et le Parlement n’interviendra plus. Nous avons considéré que les cotisations payées par le Parlement sont une sorte de rente à laquelle il faut mettre fin. Le deuxième amendement stipule que le parlementaire ne bénéficiera de sa retraite qu’une fois arrivé à l’âge de la retraite et non pas dès la fin de son mandat.»

Ces deux amendements ont été préparés par le PAM au cours de l’année dernière, précise Abdelaziz Benazzouz. Il fait aussi état de tout un travail mené avec des experts.

Le PJD crie déjà au scandale

A peine a-t-elle été présentée au bureau de la première Chambre, que la proposition a déjà fait grincer des dents. Nos confrères d’Alyaoum 24 rapportent ce vendredi la réaction du PJDiste Khalid Boukarai, qui crie au scandale. Pour lui, la proposition du PAMiste n’est qu’une «palle copie» du projet présenté auparavant à la Chambre basse.

Contacté par Yabiladi ce vendredi, l’ancien parlementaire du PJD Abdelaziz Aftati partage la même position que Khalid Boukarai: «Cette proposition a déjà été présentée par la Chambre des représentants ; elle a donc été copiée», nous dit-il. L’ex-député d’Oujda rappelle aussi que le projet a été rejeté par la Chambre haute du Parlement. Pour lui, «la proposition du PAMiste n’a aucune valeur».

«La retraite des parlementaires est un régime qui doit être revu et réformé. D’après mes informations, la Chambre des représentants a pris au sérieux ce dossier. Toutefois, il faut qu’on éclaircisse la position de la Chambre des conseillers pour savoir pourquoi elle a refusé de se joindre à la réforme. Une Chambre présidée par ce parti politique, fondée par l’Etat profond.»

Abdelaziz Aftati insiste également sur la nécessité de se pencher sur les régimes de retraite de plusieurs autres institutions, à l’instar de la cour constitutionnelle.

Or, Abdelaziz Benazzouz reste catégorique sur cette question. «Qui a présenté cette proposition à la Chambre des représentants ? Quel groupe parlementaire ?», s’interroge-t-il, estimant que «cette proposition, sous cette formule, est celle du groupe parlementaire du PAM. Je ne suis pas au courant qu’un autre groupe ait présenté cette proposition». Une fois promulguée, cette proposition de loi n°53-99 concernera les deux chambres de l’hémicycle marocain.

Pour Lahbib Hajji, les parlementaires ne méritent aucune retraite

Pour sa part, le militant associatif et avocat Lahbib Hajji, l’un des ténors du débat sur les retraites des parlementaires, reste sceptique : «La proposition est bonne, puisqu’elle permettra de diminuer la pression des retraites sur les caisses de l’Etat. Mais quand le Maroc sera un pays démocratique avec des élections transparentes, on aura sans doute des parlementaires intègres qui plaideront en faveur de l’annulation de cette rente et des lois aux services des citoyens.» Lahbib Hajji s’interroge ensuite sur «ce qu’on attend des parlementaires qui ont approuvé l’article 8 bis du projet de la loi de finances, qui interdit les saisies des biens de l’État et des collectivités locales à la suite des décisions judiciaires». «Je n’ai pas confiance ni espoir en un parlementaire qui parle de sa retraite alors qu’il vient de voter pour ledit article», tranche-t-il.

«Moi je dis que les parlementaires ne méritent aucune retraite parce qu’il ne s’agit pas d’un emploi mais de missions politiques volontaires. Surtout que nous sommes dans un pays pauvre qui doit rationaliser ses dépenses et investir ses dirhams dans des secteurs très vulnérables à l’instar de l’éducation, la santé, l’emploi et l’habitat. Il faut mettre fin à cette retraite car c’est une rente que l’Etat tente de légaliser.»

Pour l’avocat et militant associatif, «les parlementaires sont indemnisés pour leurs missions, mensuellement, en plus du fait que chacun dispose d’un emploi et bénéficie ainsi d’un régime de retraite». «Il n’y pas de fondements logiques à cette retraite, qui n’est qu’une sorte de corruption à destination de l’élite politique, donc autant y mettre fin», poursuit notre interlocuteur.

Et de conclure : «C’est de la corruption pure et simple. Si on parlait de pensions symboliques pour permettre à un ex-ministre de vivre dignement, j’aimerais bien, mais les pensions actuellement sont exorbitantes».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com