En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Culture Publié Le 18/05/2017 à 18h15

Engouement des Marocains pour les musées nationaux, selon Mehdi Qotbi [Interview]

Tous les ans depuis 1977, le 18 mai symbolise la Journée internationale des musées. L’occasion de mettre en avant et de promouvoir la culture, notamment au Maroc. Le pays connaît en effet depuis quelques temps une dynamique positive dans ce domaine. Interview.

Mehdi Qotbi, président de la Fondation nationale des musées. / Ph. DR

Promouvoir la culture et démocratiser l’art auprès des Marocains ; voici l’un des enjeux de la politique culturelle du roi Mohammed VI et, à travers lui, de la Fondation nationale des musées. Présidée par Mehdi Qotbi, l’institution veut donner à tous les Marocains l’opportunité de se familiariser avec l’art et la culture. La Journée internationale des musées, célébrée aujourd’hui, est l’occasion de revenir avec l’artiste-peintre de profession sur l’évolution des musées dans le pays.

Quelle est la thématique de cette année ?

Cette année, la thématique est l’appropriation des musées par les citoyens. Chaque citoyen a le droit de s’approprier sa propre histoire, sa propre culture ; c’est même un droit nécessaire. Je pense que la meilleure façon de s’approprier sa culture, c’est encore à travers les musées.

A une époque, les musées fermaient les uns après les autres au Maroc. Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Aujourd’hui, on a plus tendance à ouvrir qu’à fermer des musées. L’objectif, c’est d’ouvrir les esprits et de démocratiser l’accès à la culture à tous les Marocains, conformément aux directives de Sa Majesté, qui a toujours insisté sur la démocratisation de la culture. Qui dit démocratisation dit d’abord accueil : lorsque vous accueillez quelqu’un, vous devez l’accueillir dans un endroit agréable, où il se sent bien.

Y a-t-il eu des rénovations dans ce sens ?

Bien sûr, il y a eu la rénovation du musée de la Kasbah à Tanger, qui s’appelle maintenant le Musée des cultures méditerranéennes. Nous travaillons aussi sur la rénovation du musée Batha à Fès, qui s’appellera «Le musée de l’art de l’islam». Le musée de Rabat, qui est le plus vieux musée du Maroc et s’appelait avant «Le musée de l’archéologie», a été rénové pour devenir «Le musée de l’histoire et des civilisations». Le musée de Marrakech, Dar El Bacha, un palais magnifique, sera le musée des Confluences. Enfin, le musée Dar Si Saïd sera consacré au tapis à Marrakech. C'est là la stratégie de la Fondation nationale des musées.

Dans quelle dynamique la Fondation s’inscrit-elle ?

A l’échelle nationale, la Fondation gère 14 musées et en a rénové deux pour le moment. D’ici deux-trois semaines, un autre musée à Safi sera consacré à la céramique. Ceci dans l’optique de doter toutes les villes de musées et d’offrir à chaque ville une spécificité. Auparavant, tous les musées avaient le titre ethnographique ou archéologique. Aujourd’hui, on donne une spécificité pour chacun d’entre eux afin qu’il y ait une complémentarité.

Quelles autres actions menez-vous pour promouvoir la culture auprès du citoyen lambda ?

C’est très simple : par exemple, nous venons de leur apporter sur un plateau en argent l’artiste le plus exceptionnel, Picasso. Jusqu’à la fin du mois, cette exposition est gratuite pour tous les Marocains. Au départ, il est normal d’instaurer cette gratuité afin d’inciter les gens à ne plus avoir de gêne à franchir la porte d'un musée car souvent, lorsque l’on doit mettre la main à la poche, c’est plus compliqué. Or, si vous les incitez à venir, ils seront plus enclin à donner. Aujourd’hui on vient me voir pour me donner de l’argent  pour rénover les musées, c’est-à-dire qu’on a confiance en la Fondation et en l’équipe de la Fondation.

En termes de fréquentation, où en sont les musées du Maroc ?

Aujourd’hui, on a multiplié par cinq le nombre de visiteurs qui viennent aux musées. Pour le musée Mohammed VI de Rabat, nous sommes à 770 000 visiteurs par an. Le musée Dar Si Saïd de Marrakech que nous gérons depuis 6 mois est à 50 896 personnes. En même pas un an, 35 000 personnes ont payé leur ticket pour le musée de Tanger. Nous avons de quoi nous réjouir : uniquement entre avant-hier et hier, nous avons déjà dépassé 1 000 visiteurs pour l’exposition consacrée à Picasso. C’est inimaginable dans ce pays ; ça veut dire que les Marocains sont aujourd’hui dans une disposition mentale pour aller vers l’art et les musées.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com