Menu

Environnement Publié

Mix énergétique : L’option de l’énergie nucléaire de plus en plus envisagée par le Maroc

Afin d’étoffer son offre énergétique, le Maroc pense à diversifier ses sources et pourrait envisager de recourir à l’énergie nucléaire. C’est ce qu’avance l'Agence internationale de l'énergie atomique dans un article publié ce mercredi. L’occasion de rappeler les efforts effectués par le Maroc dans le domaine de l’énergie nucléaire.

Temps de lecture: 2'
Photo d'illustration. / DR

Le Maroc pourrait envisager d'utiliser l'énergie nucléaire comme source d'électricité, indique ce mercredi l’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans un article. L’entité internationale chargée de la promotion de l’utilisation pacifique des sciences et des technologies nucléaires, placée sous l’égide de l’ONU, a fait savoir que le royaume étudie la possibilité de recourir à cette technologie pour étoffer son mix énergétique. Il s’agit également de faire face à la hausse de la consommation d'électricité et au coût élevé de l'importation d'énergie.

Khalid El Mediouni, directeur général du Centre national de l'énergie, des sciences et techniques nucléaires (CNESTEN), cité par l’AIEA, affirme que «la stratégie énergétique nationale du Maroc considère l'énergie nucléaire comme une alternative à long terme pour répondre aux besoins futurs du pays». Toutefois, «aucune décision n'a été prise jusqu'à présent», poursuit-il. En attendant, Khalid El Mediouni informe que le CNESTEN a «entrepris une évaluation globale des conditions nécessaires, parallèlement à l'infrastructure requise pour un projet d'énergie nucléaire conforme aux normes internationales».

Développer l’infrastructure pour l'énergie nucléaire

L'AIEA dispose d’un plan spécial destiné aux pays qui envisagent de construire leur propres centrales nucléaires. Intitulé «Milestones», ce programme veille au maintien, au développement et à la mise en œuvre d'infrastructures nucléaires destinées à soutenir une production sûre et sécurisée de l'énergie nucléaire. «Le Maroc reconnaît l'importance et l'utilité de l'approche Milestones de l'AIEA et ses programmes d'assistance technique associés», assure le directeur du CNESTEN. L'énergie nucléaire est en effet un pilier du développement durable car elle n'est pas soumise aux conditions météorologiques ou climatiques.

L’AIEA précise que le Maroc contribue également à la mise en œuvre d'une utilisation sûre, productive et pacifique de l'énergie nucléaire. L’agence internationale rappelle d’ailleurs que le royaume a organisé en octobre 2015 une mission d'examen de l'infrastructure nucléaire intégrée (INIR) pour discuter des recommandations suggérées par l'AIEA pour la construction d’une centrale nucléaire dans le pays. «Grâce au plan de travail intégré, l'AIEA continue d'apporter une aide précieuse pour la mise en œuvre des recommandations de la mission INIR. Elle soutient de nouveaux progrès dans le développement de l'infrastructure nucléaire au Maroc», a déclaré El Mediouni Khalid à l’AIEA.

Le Maroc contribue également au soutien des pays africains qui envisagent de recourir à l'énergie nucléaire en tant que source d'énergie. Il dispense une formation soutenue par l'AIEA à ses voisins continentaux dans le domaine de l'énergie nucléaire, l'analyse chimique par activation neutronique et la recherche en géochronologie.

Pour rappel, le royaume ambitionne de porter à 52% la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique à l’horizon 2030. Pour relever ce pari, le Maroc compte déployer des parcs éoliens au nord comme au sud et élargir ses parcs solaires. Un effort d'adaptation qui coûtera plusieurs milliards de dirhams, mais devrait permettre au royaume de faire baisser sa facture énergétique et satisfaire sa demande en interne.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate