En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Santé Publié Le 21/04/2017 à 16h10

Couverture maladie, hôpitaux, médicaments : L'ambitieux programme gouvernemental dans la Santé

Au lendemain de la formation du gouvernement El Othmani, ce dernier met les bouchées doubles pour remettre le pays sur les rails après un temps mort gouvernemental de six mois. C’est sans compter sur un programme pour le moins ambitieux en matière de santé. En effet, l'objectif du chef du nouvel exécutif est de généraliser la couverture santé et améliorer l'efficacité du système hospitalier. Tout un programme.

Image d'illustration. /Ph. DR

Un plan d’envergure dans la santé, c’est le pari que veut relever Saadedine El Othmani entre 2017 et 2021. Deux grands axes sont à retenir dans son ambition plan : améliorer les prestations de santé mais aussi et étendre la couverture médicale.

Créés en 2002, les deux régimes de la couverture médicale de base devraient connaitre dans les prochains mois de grandes réformes. En effet, le gouvernement s’engage sur les 5 ans à venir à généraliser la couverture médicale à plus de 90% de la population, sachant qu’aujourd’hui seulement 60% des Marocains sont affiliés.

La protection sociale étant le fer de lance de ce volet sanitaire, il est prévu l'élargissement de l’Assurance Maladie obligatoire de base (AMO) aux professions libérales, tels que les médecins, les architectes ou encore les notaires, mais aussi les métiers indépendants tels que les artisans ou les agriculteurs etc. Une tranche de citoyens injustement négligée selon le chef du gouvernement, qui prévoit pour mener à bien cette mission la création d’un fond public de sécurité sociale. Dans la même lignée, il est prévu de s’intéresser à la couverture médicale des étudiants, l’indemnisation pour les accidents de travail, le code des mutuelles et l’indemnité pour perte d’emploi.

Dans ce cadre, le nouvel exécutif compte également consolider les investissements et la gouvernance du Régime d’Assistance Médicale (RAMED) pour contribuer à faciliter l’accès aux produits médicamenteux et aux équipements de santé dits de base. Pour ce faire, une poursuite de la politique pharmaceutique nationale, dont hérite ce gouvernement, sera opérée dans le but d’encourager la production nationale des médicaments coûteux.

Un renouveau dans l’accès aux soins et les prestations sociales

Améliorer l’accès aux services de santé de base pour toucher 100% de la population contre seulement 60% aujourd’hui, c’est le désir auquel aspire Saadeddine El Othmani pour son mandat. Une promesse qu’il compte honorer en travaillant sur l’accès aux hôpitaux publics et aux établissements de premiers soins. Mais aussi en proposant des traitements et médicaments de base à la portée des classes sociales défavorisées grâce à une politique visant à fournir des médicaments de qualité à un coût équitable par la révision du processus de l’acquisition publique des médicaments.

Un axe qui ne peut voir le jour sans la réhabilitation des hôpitaux publics, selon le gouvernement, qui souhaite remédier à cette problématique. Sans oublier le monde rural, en renforçant le programme de la santé ambulante en milieu rural et en offrant des services de proximité à cette frange de la société notamment les premiers soins avec un réseau de soins de base consolidé. 

D’autres catégories de la population profiteront de ces nouvelles mesures, particulièrement les personnes vulnérables et à besoins spécifiques par la promotion de prestations ainsi que les personnes âgées par la création d’un programme spécial. Les femmes et enfants victimes de violences et porteurs du VIH verront leurs conditions de prises en charge améliorées également. Pour la mère et l’enfant, les départements de tutelle conçoivent de créer un système national de suivi de la santé maternelle et infantile pour faciliter les consultations obstétricales et chez les nouveau-nés. Dans ce sens le gouvernement œuvrera autant en faveur des immigrés en leur offrant une sécurité sanitaire de meilleure qualité et en multipliant la vigilance et les contrôles sanitaires aux frontières.

Utopique ou réalisable ? Les cinq prochaines années mettront au défi un gouvernement qui doit faire face à de nombreuses urgences en simultanée.

1 commentaire
Photojournaliste.
Date : le 22 avril 2017 à 14h20
C'est une bonne idée, et quoi faire du personnels soignants qu'ils font leurs propres richesses sur le dos des malades sans ressources, vole de bien dans les hôpitaux, des médicaments pour revendre, des faux prétextes de radios, scanaires et autres en pannes. Renvoi des malades vers des laboratoires privés (pour exemple un examen par scanaire coute environ 2500 DH) remboursement par la caisse de sécurité sociale ( 0 DH)et j'en passe il y a beaucoup à dire sur ce sujet. Cordialement.
Election Présidentielle France
France + France