En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié

Référendum d'Erdogan : L’ambassade turque à Rabat répond à Ilyas El Omari

La tribune d’Ilyas El Omari sur les résultats du référendum turc a fait l’objet, jeudi soir, d’une mise au point publiée par l’ambassade turque à Rabat. La représentation diplomatique critique un à un les arguments du président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Détails.

Photo d'illustration. / DR

L’ambassade turque à Rabat a dénoncé jeudi soir la dernière sortie médiatique du secrétaire général du Parti de l’authenticité et de la modernité (PAM) sur le référendum constitutionnel organisé en Turquie le 16 avril. Un vote décrit par le patron du Tracteur comme un «référendum sur la capitale du califat».

Dans une mise au point reprise par plusieurs médias marocains et turcs, la chancellerie turque a estimé que la tribune, publiée cette semaine par Ilyas El Omari, comprend «non seulement des pré-jugements hors contexte, mais portent aussi attente à l'ensemble du monde islamique» ; ainsi qu’aux relations maroco-turques, toujours selon l’ambassade.

«La tribune reprise par les médias marocains comportent des pré-jugements et des allégations qui ne pourront en aucun cas contribuer au développement des relations fraternelles entre le Maroc et la Turquie.»

La mise au point s’attarde ensuite sur les explications des amendements constitutionnels qui renforceront les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan et auxquels 51,41% de Trucs ont dit oui. «Les amendements constitutionnels, qui ont touché 18 articles de la Constitution turque, visent à changer le mode de gouvernance, alors que la Constitution de l'Etat comprend toujours les principes qui font de la Turquie un pays démocratique, laïc et social, dominé par le droit et le respect des droits de l'homme en pleine conformité avec ses obligations internationales», commente l’ambassade.

«Certaines parties ne parviennent pas à cacher leur extrême timidité d’une Turquie similaire, disposant d’un solide système de gouvernance qui peut jouer un rôle important dans le voisinage d'une région en difficulté.»

«La validation des amendements (…) dictée par la volonté de l’ensemble du peuple turc»

Le communiqué de presse de la représentation diplomatique d’Ankara au Maroc rappelle que le référendum a connu un taux de participation dépassant les 85%, «ce qui constitue un exemple pour les autres nations». «La validation des amendements constitutionnels a été dictée par la volonté de l’ensemble du peuple turc contrairement à ce qui a été avancé par le secrétaire général du PAM», enchaîne l’ambassade truque.

Et d’affirmer que la réponse aux propos d’Ilyas El Omari «ne sera pas meilleure que la détermination de la Turquie, plus que jamais, à préserver et à développer les valeurs de la modernité, de plus en plus répandue dans notre monde contemporain».

Il est à rappeler que le secrétaire général du PAM et président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima a publié cette semaine une tribune sur cette récente actualité politique en Turquie. «Le modèle dirigé par Erdogan possède des racines dans la référence intellectuelle à l'organisation mondiale des Frères musulmans, fondée par Hassan al-Banna, qui vise à restaurer le modèle de califat islamique», écrit-il. Pour lui, «l'ambition d'Erdogan reste non seulement le renforcement de son autorité en tant que président de la Turquie, mais surtout la légitimation du lancement de la reconstruction du califat islamique, ressuscité dans notre histoire contemporaine par les Frères musulmans et basé en Turquie».

Ilyas El Omari est allé jusqu’à prédire «des guerres civiles» mais aussi de «violentes confrontations entres les puissances régionales qui ont la même stratégie». Un chaos qui puiserait selon lui sa source dans les décisions de Recep Tayyip Erdogan.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com