Menu

Archive Religion Publié

Le Bahaïsme, religion secrète au Maroc ?

Dans un pays où la religion officielle est l’islam et plus particulièrement l’islam sunnite, il est de coutume de cohabiter également avec les deux autres religions monothéistes. Ce qui est moins coutumier c’est de voir naître d’autres religions au Maroc et de constater que bon nombre de Marocains y adhèrent et se convertissent. C’est le cas pour les Marocains de confession bahaïe, une religion monothéiste qui a ses rites et dont les fidèles vivent en communauté dans le royaume. Détails.

Temps de lecture: 4'
Le mausolée du Bab à la coupole dorée sur le mont Carmel à Haïfa, en Palestine occupée. / Ph. Nir Alon/Zuma.

Le 21 mars de chaque année, les bahaïs du monde célèbrent le «Naw-Rúz», (Nouveau jour en persan), marquant le passage à une nouvelle année du calendrier badi. Le Nouvel an bahaï fait ainsi partie des neuf jours saints et sacrés de cette religion.

Au Maroc, le bahaïsme s’est répandu à partir de 1952, avec la vague d’immigration venue du Moyen-Orient, qui comptait parmi elle des adeptes.

Le bahaïsme a commencé à faire couler de l’encre dès 1962 au Maroc, plus précisément à Nador. En cause, la tenue d’un procès qui avait fait polémique à l’époque et relaté par le site marocain de la dite communauté. Les accusations portaient sur l’appartenance de treize jeunes Marocains et un Syrien à la religion bahaïe dont le jugement a condamné trois d’entre eux à la peine de mort, cinq à la prison à la perpétuité et le reste à 15 ans de prison ferme. Une sentence qui avait soulevé de vives tensions et un tollé au sein de la société civile exprimant ainsi son soutien aux minorités.

Les initiateurs du mouvement avaient été incarcérés en avril 1962 pour plusieurs motifs dont insurrection, atteinte à l’ordre public, formation d’une bande criminelle et atteinte à la religion de l’Etat. Ce n’est que le 10 décembre 1963, lors d’un procès en appel à la Cour de cassation qu’ils seront innocentés.

Quelques décennies plus tard, en 2009, la communauté fait à nouveau parler d’elle par le licenciement jugé abusif d’un militaire bahaï à Meknès, après des doutes sur son appartenance à cette religion, rapportait Hespress.

Les prévenus innocentés à leur sortie de prison à Kenitre. /Ph. Site BahaïLes prévenus innocentés à leur sortie de prison à Kenitra. /Ph. Site Bahaï

Place accordée aujourd’hui pour cette minorité religieuse au Maroc 

D’après les statistiques, les fidèles de cette religion sont éparpillés partout dans le monde et s’estiment entre 5 et 7 millions. Le bahaïsme est une religion présente aussi au Maroc mais dont on entend rarement -voire jamais- parler. En effet, selon les statistiques officielles du royaume ainsi que le rapport annuel du ministère américain des Affaires étrangères sur la liberté des religions dans le monde datant de 2013, 400 adeptes de ladite religion vivent au Maroc dont la plupart concentré à Tanger.

Contacté par Yabiladi, Jaouad Mabrouki, bahaï et psychologue à Meknès, explique que sa religion est «une religion qui a pour but de nourrir l’âme et de se rapprocher de Dieu, exprimer notre adoration à Dieu et être en perpétuelle correction avec soi». «C’est une religion indépendante de toutes les religions et elle appelle à développer son âme et sa vie spirituelle sur terre. Parmi le socle de nos croyances figure la foi en un Dieu unique», ajoute-t-il.

Concernant la pratique religieuse et cultuelle de ce fidèle au Maroc, il explique que la communauté ne possède pas de chiffres exacts sur leur présence dans le royaume. En revanche, il vit avec ceux qu’il connait et partage avec sa communauté tous les moments et les fêtes religieuses :

«On se rassemble lors des fêtes dans nos maisons et faisons surtout des invocations, nous prions ensemble. Nous discutons aussi beaucoup ensemble sur l’éducation de nos enfants et la manière de changer la société. Nous n’avons pas d’endroits à proprement parler ici pour vivre notre culte librement, et nous n’avons pas également de représentants de notre religion. Nous n’avons ni paroisse, ni clergé.»

Un point qui ne semblerait pas poser problème à la communauté, qui se réunit essentiellement au domicile de l’un d’entre eux pour prier, étudier et débattre.

Les fondements du bahaïsme

Le bahaïsme est avant tout une religion qui se veut une finalité de toutes les religions du livre. Une religion née en Iran au XIXè siècle et plus précisément en 1863 sous l’égide de Mirza Husayn Ali Nuri, le messager divin iranien surnommé Baha-Allah. Considéré comme le dernier des prophètes envoyé par Dieu sur terre par les bahaïs, Baha-Allah fût l’initiateur de la religion. Le message du Baha-Allah s’inscrit dans la continuité des révélations juive, chrétienne et musulmane.

La religion s’appuie essentiellement sur un écrit, «le livre le plus saint», soit le Kitab-i-Aqda. L’ Iqan, en position secondaire, relate les réponses de Baha-Allah à des questions sur la vie quotidienne entre autres, permettant d’accompagner les fidèles de manière permanente.

Le Kitab-i-Aqda. /Ph. DRLe Kitab-i-Aqda. /Ph. DR

Le culte se compose de plusieurs aspects, tels que le choix de trois prières à faire dans la journée, un jeûne appelé ‘Ala et qui se réitère chaque année du 2 au 20 mars, symbolisant la fin de l’année dans le calendrier bahaï. Un calendrier établi sur 19 mois de 19 jours chacun et qui considère le 21 mars 1844 comme le début de cette ère.

Ensuite, le pèlerinage bahaï s’effectue dans deux lieux saints soit à Chiraz en Iran et Bagdad en Irak, deux pays où la communauté reste de nos jours persécutée et qui la pousse à suivre un autre rite de pèlerinage que de se rendre dans ces deux maisons d’adoration. En Iran, les bahaïs sont considérés effectivement comme des musulmans apostats et hérétiques.

Et c’est à ‘Aka et Haïfa en Palestine occupée que les bahaïs peuvent suivre leur culte en visitant notamment le sanctuaire et les tombes de Baha-Allah et Bab, dont il est le premier disciple lors de sa déclaration en 1844 à Chiraz. Baha-Allah reprendra le flambeau et sera l’investigateur de cette nouvelle religion.

A noter que les préceptes de ce culte interdit toute forme de polygamie, impose la chasteté et interdit toute implication politique des fidèles.

Près d’un million de bahaïs vivent en Inde et 350 000 en Iran ; en France, ils sont seulement 5 000. Dans un pays qui compte 99% de musulmans, au Maroc c’est une religion qui ne se fait pas remarquer et qui est passé de la peine de mort à une tolérance fragile.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com