En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Santé   Publié Le 10/04/2017 à 19h30

Le recul de l’allaitement au Maroc, un cadre législatif en défaveur des mamans actives

Seules 27,8% des femmes au Maroc, allaitent leurs bébés exclusivement au sein durant les six premiers mois, selon plusieurs enquêtes qualitatives et quantitatives menées par le ministère de la santé. Ce recul est enregistré surtout auprès de la mère citadine et active, est encouragé par le code du travail au Maroc qui accorde moins de six mois à la mère après l’accouchement.

Le code du travail marocain accorde 3mois de congé maternel, l'Organisation mondiale de la Santé recommande six mois d'allaitement exclusif. Ph. Reuters

La pratique de l’allaitement maternel au Maroc connaît un recul inquiétant, avec près de 3 mères sur 10 uniquement qui allaitent, selon une étude menée par le ministère de la Santé. En 1992, 51% des enfants étaient nourris exclusivement au sein durant les six premiers mois de vie, alors qu’en 2004, ils n’étaient plus que 32%. Un chiffre qui continuera de décliner en 2011 avec 27,8 %.

L’analyse des résultats des enquêtes suscitées par milieu de résidence, niveau d’instruction et niveau socio-économique révèle que la femme habitant en milieu urbain d’un niveau culturel et socio-économique élevé est la moins pratiquante de l’allaitement maternel exclusif jusqu'à 6 mois.

En milieu rural, on constate une diversification alimentaire socialisatrice précoce. Dès que l’enfant atteint deux mois, les parents ruraux lui apprennent progressivement à manger.

Allaitement et santé du nourisson

L’allaitement maternel exclusif durant les 6 premiers mois permet pourtant une réduction du risque allergique chez les nourrissons à risque (père, mère, frère ou sœur allergique). Il protège de nombreuses maladies : maladies digestives, otites, bronchites, méningites et participe également à la prévention ultérieure de l’obésité pendant l’enfance et l’adolescence. Parvenus à l’âge adulte, les enfants allaités au sein ont une tension artérielle et une cholestérolémie inférieures à celles des enfants nourris au lait artificiel.

L’allaitement exclusif au sein immédiatement après la naissance et pendant les six premiers mois de la vie est la meilleure source d’alimentation pour un enfant. Cette pratique permet d’éviter 13 % des décès d’enfants de moins de cinq ans et par conséquent sauver des centaines de milliers d’enfants de la même tranche d’âge.

Protéger, promouvoir et soutenir l’allaitement maternel est la stratégie la plus appropriée pour assurer la survie et le développement harmonieux des enfants dans le but d’atteindre les objectifs fixés par le gouvernement en terme de réduction de la mortalité infantile. Cette action est inscrite également dans le cadre de la Stratégie nationale de nutrition (2011-2019) que le ministère de la Santé a élaboré en concertation avec les différents intervenants dans ce domaine.

Vu l'importance de cette question, le ministère de tutelle organise la semaine nationale de la promotion de l'allaitement maternel, qui a lieu du 10 au 16 avril, sous le thème «Aidons les mères à allaiter leurs enfants, partout et à n'importe quel moment».

Le cadre légal inadéquat pour la travailleuse marocaine

Pourtant, le cadre législatif du travail féminin au Maroc semble en contradiction avec cette volonté du ministère de la Santé, et n'aide pas à la préservation de l'allaitement maternel. En effet, le congé maternité n'est que de 14 semaines alors que les recommandations de l’UNICEF préconisent un allaitement exclusif jusqu'à six mois. L’OMS quant à elle recommande en plus une introduction des aliments de complément à partir du sixième mois tout en maintenant l’allaitement maternel jusqu'à l’âge de 2 ans.

Sur le plan juridique, le Code du travail de 2003 stipule que la mère salariée a le droit quotidiennement d’allaiter son enfant durant les heures de travail, rémunérées comme temps de travail, d’une demi-heure le matin et d’une demi-heure l’après-midi. La mère pourra utiliser ces pauses pour tirer son lait. Par ailleurs, toute entreprise employant plus de 50 femmes doit mettre à la disposition des mères un «espace allaitement» répondant à des critères précis d’hygiène et de surveillance.

Concilier travail et allaitement

Tout commence avant la naissance de l’enfant, pendant la grossesse, il faut encourager la mère à allaiter la première demi-heure après l’accouchement, nous explique Dr. Amal Thimou, professeur de pédiatrie à la faculté de médecine et de pharmacie de Rabat. Seules 26,8% des femmes pratiquent la mise au sein précoce dans la demi-heure qui suit l’accouchement.

Les premiers six mois, il est préférable d’allaiter exclusivement le nourrisson, jour et nuit, ce qui favorise la production du lait, nous explique Dr. Thimou. Un bébé à partir du troisième mois a besoin d’une tétée toutes les trois heures approximativement. Pour la femme qui travaille, cette méthode se poursuit les trois premiers mois alloués au congé de maternité. On lui conseille de tirer le lait maternel, aussi bien à la maison qu’au travail, et le conserver. 

«Pour qu’il y ait une quantité suffisante, cela suppose qu’en milieu de travail, il y ait une salle où la mère puisse extraire son lait, toutes les deux heures, pendant 10 à 15 minutes. Une femme qui travaille en horaire continu de 9h à 16 h, pourra le conserver au niveau de la porte du réfrigérateur entre 0 et 4°.»

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com