Menu

Société Publié

France : Polémique sur une photo de gendarmes musulmans qui circule sur les réseaux sociaux depuis sept ans

L’image est en réalité tirée du livre «Nous sommes français et musulmans», qui présente des portraits de citoyens qui concilient leur profession avec leur foi.

Temps de lecture: 2'
Polémique sur une photo de gendarmes musulmans qui circule sur les réseaux sociaux depuis sept ans. / Ph. France Keyser

Nombreux sont les sites identitaires français qui se délectent, depuis le 13 mars, de cette photo de trois gendarmes assis en cercle avec un Coran à la main, pour dénoncer la supposée «infiltration des islamistes dans le corps de l’armée», selon 20 minutes. La légende qui accompagne la photo est d’ailleurs sans équivoque : «Stages de culture arabe pour la gendarmerie nationale».

L’image a été repérée par le site de fact-checking (pour lutter contre les fausses informations) CrossCheck. Elle serait en provenance sur la page Facebook anti-islam «Rassemblement de Patriote2». Les commentaires relatifs à la photo sont largement imprégnés d’idées islamophobes : «Honte au haut responsable de la gendarmerie qui laissent faire leur merde [sic] de prière et religion de merde et en uniforme» ; «ou tu es français et tu restes dans nos coutumes, ou tu es arabe et tu dégages», entre autres.

La publication du site identitaire citoyens-et-francais.fr. / Ph. Capture d'écran citoyens-et-francais.frLa publication du site identitaire citoyens-et-francais.fr. / Ph. Capture d'écran citoyens-et-francais.fr

«Les militaires ont les mêmes droits que les citoyens»

En réalité, la photo est issue du livre «Nous sommes français et musulmans», de Vincent Geisser sorti en 2010, précise le journal. L’ouvrage regroupe plusieurs portraits réalisés par la photographe France Keyser. On y découvre des Français qui «combinent leur métier ou leur activité avec leur religion». Les personnes présentes sur la photo en question se trouvent dans l’aumônerie d’une caserne, où deux gendarmes se recueillent auprès d’un aumônier de la gendarmerie.

«Les militaires ont les mêmes droits que les citoyens. Dans toutes les unités au niveau régional, il y a des aumôniers de tous cultes religieux, qui font partie des effectifs», corrige la communication de la gendarmerie nationale. «Les aumôneries sont autorisées par la loi de 1905 dans les lieux publics fermés comme l’armée, les lycées avec internats, les hôpitaux et les prisons», précise ppur sa part Vincent Geisser.

«Qu’ils soient de confession israélite, catholique ou encore musulmane, ils conseillent et répondent aux questions des militaires qui souhaiteraient concilier la pratique de leur religion avec leur métier», ajoute l’auteur du livre. «Ces aumôniers font aussi la médiation avec la hiérarchie et veille à ce qu’il n’y ait pas de prosélytisme ou de radicalisation au sein des croyants.»

Les aumôneries sont d’ailleurs très encadrées par l’armée : les horaires d’ouverture sont précis et nul ne peut y accéder sans la présence d’un aumônier.

Il est à rappeler que depuis février, plusieurs médias français dont 20 Minutes, Le Monde, l’AFP et BFM TV, entre autres, se sont alliés avec Facebook pour lutter contre les «fake news» qui circulent sur les réseaux sociaux.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com