En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié Le 20/03/2017 à 19h30

Tractions pour le nouveau gouvernement : Vers un changement de position du PJD quant au PAM et l’USFP ?

Le nouveau chef de gouvernement désigné débutera ce mardi ses premières consultations pour la formation d’une nouvelle coalition. Il rencontrera demain le secrétaire général du Parti de l’authenticité et de la modernité (PAM) avant de se réunir avec les leaders des partis représentés à la Chambre des représentants, dont l’USFP. Le parti de la Lampe a-t-il fait marche arrière sur ses anciennes positions quant au PAM et/ou l’USFP ?

Driss Lachgar, Saâdeddine El Othmani et Ilyas El Omari. / Photomontage Yabiladi

C’est par le biais de son portail web que le Parti de la justice et du développement (PJD) a annoncé ce lundi que Saâdeddine El Othmani accordera des déclarations aux médias nationaux concernant les tractations pour la formation d’un nouveau gouvernement. Le secrétariat général du parti de la Lampe a donné son feu vert, dimanche à Rabat, pour que le numéro 2 du PJD lance ses consultations avec tous les partis politiques représentés à la Chambre des représentants. Cela inclut donc des rencontres avec Ilyas El Omari du PAM et Driss Lachgar de l’Union socialiste des forces populaires (USFP). Le parti de la Lampe a-t-il abandonné ses positions tranchées à l’égard au PAM et l’USFP ?

Contacté par Yabiladi, Mohamed Yatim, membre du secrétariat général a affirmé ce lundi que le nouveau chef de gouvernement, désigné vendredi dernier par le roi Mohammed VI, devait rencontrer Ilyas El Omari ce lundi même. La rencontre a été finalement reportée à demain, poursuit-il.

L’ancien président de l’Union nationale du travail au Maroc (UNTM) ne répond pas toutefois à notre question. «Ce n’est que des consultations et non des tractations», insiste-t-il avant de déclarer que Saâdeddine El Othmani est le seul qui pourra répondre à la question concernant une éventuelle participation du PAM au prochain exécutif. «C’est à lui que revient la décision de s’allier avec tel parti ou telle formation politique.» Cela concerne également le cas du parti de la Rose, enchaîne-t-il.

«Le secrétariat général n’a pas pris de décisions concernant un parti politique particulier. Le chef de gouvernement a souhaité consulter les partis politiques représentés à la Chambre basse. Il a tenu une réunion avec son parti politique pour l’informer de ces premières consultations et c’est ce qui se passera.»

«Consultations ne signifient pas tractations»

Pour résumer, Mohamed Yatim reprend la parole pour affirmer que «le fait de parler des partis qui seront au gouvernement et ceux qui seront à l’opposition est précoce puisqu’il concerne la deuxième phase des tractations». Il refuse ensuite de commenter l’information publiée par le journal Akhbar Al Yaoum sur un éventuel «délai» de 15 jours offert au nouveau chef de gouvernement désigné pour former son cabinet. «Je ne suis pas concerné par cette question à laquelle seul Saâdeddine El Othmani peut apporter une réponse», nous répond-t-il.

De son côté, Abdelali Hamieddine, également membre du secrétariat général du PJD, nous informe que l’organe exécutif du parti de la Lampe n’a pas opposé d’interdiction quant au souhait d’El Othmani de rencontrer les leaders des partis politiques. «Mais consultations ne signifient pas tractations», souligne-t-il lui aussi. Quant à l’éventuel délai, Abdelali Hamieddine reste sur la même posture exprimée par son collègue Mohamed Yatim. «Je ne peux ni confirmer ni infirmer cette information, je ne suis pas au courant et seul le chef de gouvernement désigné peut vous apporter une réponse», nous dit-il.

«Saâdeddine El Othmani dispose bien évidemment d’une nouvelle stratégie. C’est tout à fait normal qu’il commence par des consultations générales. C’est ce qui a été convenu lors de la réunion du secrétariat général. Quant aux détails, chacun à sa façon et sa stratégie.»

Des détails à l’instar du rejet de la main tendue par Driss Lachgar pour prendre part au prochain exécutif ? Abdelali Hamieddine n’en dit pas plus, préférant lui aussi déclarer que le parti n’a pas évoqué ce détail. «Après la fin des consultations, nous verrons comment les choses évoluent mais cette question est précoce», conclut-il.

Soyez le premier à donner votre avis...