Menu

Société Publié

France : Les fraudes des «réfugiés sahraouis»

Temps de lecture: 1'
Depuis le début de l’année, 13 Sahraouis ayant sollicité le statut de réfugié et bénéficiant à ce titre d’allocations mensuelles ont été interpellés par la PAF. / Ph. AFP

Le tribunal correctionnel de Bayonne (Nouvelle-Aquitaine) a condamné hier un Sahraoui à dix ans d’interdiction du territoire français et deux mois de prison pour avoir perçu une allocation due aux réfugiés politiques, d’après le quotidien régional Sud Ouest.

Un dénommé El Mahjoub Lafghir a été arrêté à la gare d’Hendaye par la Police aux frontières (PAF). Le quadragénaire a été déféré au parquet mercredi puis placé en détention provisoire, dans l’attente de sa comparution, hier.

L’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) lui a délivré un récépissé permettant de recevoir une allocation mensuelle de 320 euros, et d’empocher, mois après mois, 5 346 euros, dont il envoie une partie à sa famille, et de bénéficier de la couverture maladie universelle. Lorsqu’il a été arrêté à Hendaye, l’homme se rendait à Bordeaux pour renouveler sa demande d’asile.

Par la voix de son interprète - le prévenu ne parlant pas français -, il a dit qu’il ignorait que le fait de solliciter le statut de réfugié politique et percevoir l’allocation afférente le plaçait dans l’illégalité. El Mahjoub Lafghir réside pourtant de façon régulière en Espagne depuis 2004, tandis que sa femme et son fils sont restés au Maroc, dans les provinces sahariennes.

Depuis le début de l’année, 13 Sahraouis ayant sollicité le statut de réfugié et bénéficiant à ce titre d’allocations mensuelles ont été interpellés par la PAF. «Au-delà du cas personnel, c’est un phénomène. La 13e interpellation depuis le début de l’année. Il n’est pas question de stigmatiser une communauté. Mais treize coïncidences, cela n’existe pas. Le préjudice total est de 30 000 euros. Donc je pense qu’il y a une organisation derrière», a lancé le procureur.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com