Menu

Société Publié

Tours : La mosquée peine à voir le jour

Temps de lecture: 1'
La mosquée de Tours peine à voir le jour. / DR

C’est sur un terrain acquis à la municipalité que le 28 novembre 2008, Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, posait la première pierre de la mosquée de Tours.

Or, depuis cette date, le projet d’un centre cultuel et culturel qui devait s’ériger sur 3 000 mètres carrés sur les 10 000 achetés n’a pas avancé, selon l'édition Centre-Val de Loire de France 3. Et pour cause, plusieurs facteurs d’ordre financier et technique sont venus freiner le déroulement du projet. Le retard est aujourd’hui conséquent et la communauté musulmane de Tours ne croit plus en l’achèvement de cette mosquée.

De plus, l’association laïque de la Libre Pensée a dénoncé un coût du terrain très moindre, évoquant ainsi un tarif préférentiel. Un premier coup dur pour les responsables musulmans puisque le tribunal administratif a jugé en faveur de l’association et a fait grimper le prix initial - 50 000 euros - à 72 000 euros.

Ensuite, le terrain sur lequel le lieu de culte devrait être bâti est considéré comme sablonneux. La construction des fondations s’avère donc plus délicate. Un coût supplémentaire imprévu dans l’enveloppe budgétaire allouée au départ, qui plafonnait à 7 millions d’euros.

Aujourd’hui, seulement «40%» des travaux ont été réalisés. A la recherche de financements, les responsables comptent aussi sur la générosité des fidèles et leurs dons pour accélérer ces travaux.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com