Menu

Société Publié

Marrakech : Les Panafricaines à l'honneur en ce 8 mars

Les Panafricaines, ou le premier forum dédié à la femme journaliste africaine. Une journée entièrement placée sous le signe de la femme et plus particulièrement la femme journaliste africaine. Plus de 60 journalistes d'une vingtaine de pays africain et 40 journalistes marocaines réunies en ce 8 mars, symbole et synonyme des droits de la femme et la célébrant dans un seul but : celui de partager et agir. Reportage.

Temps de lecture: 4'
Une journée entièrement placée sous le signe de la femme et plus particulièrement la femme journaliste africaine. /Ph. Jazia EL HAMMARI.

Initiée par Fathia Elaouni, responsable et rédactrice en chef Radio 2M, et co-organisée par le comité parité et diversité de 2M avec Khadija Boujanoui, cette manifestation est la première du genre. Soutenu par la chaîne 2M, ce forum se veut pérenne dorénavant et c'est ce à quoi aspire les organisatrices.

L'idée de Fathia Elaouni avait mûri lors de la COP22 en novembre dernier, toujours à Marrakech, quand une consœur africaine lui a fait la remarque qui a tout déclenché : «nous sommes journalistes sur le même continent et nous ne nous connaissons pas». Suite à cela, elle a été surprise de l'engouement suscité autour de ce projet dans le royaume dans un premier temps mais dans tout le continent aussi, «c'est qu'il y avait une volonté et une attente pour créer des synergies», précise-t-elle.

«L'objectif principal reste d'ensemble avancer et créer ce réseau de partage pour se connaître avant tout en tant qu'africaines», souligne Ihssane Benbel, journaliste et présentatrice du journal télévisé de 2M.

Pour que cette journée de la femme reste longtemps gravée dans la mémoire des 100 femmes journalistes africaines présentes au 1er forum Panafricaines, le coup d'envoi de la manifestation a été pour le moins singulier. En effet, l'ordre du jour était de faire entendre la voix des femmes, et c'est au sens propre comme au figuré que la matinale de radio 2M a exaucé ce vœu, puisque «oui mais non», ce matin, a été marquée par une émission spéciale qui a réuni des Panafricaines sur place mais aussi à travers le continent. L'émission a été diffusée simultanément dans 6 pays d'Afrique francophone, un partage d'antenne «inédit». Les programmes de radio 2M ont tous été d'ailleurs en direct du forum tout au long de la journée.

Le Forum Panafricaines

Salim Cheikh, directeur général de la chaîne publique 2M, ayant déclaré le forum ouvert, les différentes intervenantes ont alors pris la parole. Prendre la parole dans le but de sensibiliser les consœurs présentes dans l'assistance à la question de la place de la femme et plus particulièrement la place de la femme journaliste dans le continent. Une place qui ne cesse d'évoluer positivement certes mais qui fait encore face à beaucoup d'obstacles. Et pour cause, en termes de représentativité, elles ne sont que 9% des expertes à intervenir dans les médias pour le royaume, et dans la continuité seulement 20% à l'échelle mondiale. Un taux qui aspire a être inversé aujourd'hui avec cette initiative pionnière et nouvelle.

Des interventions ponctuées de débats, questions mais aussi de vidéos parodiques dénonçant ainsi une place de la femme inégalitaire. Différentes femmes dans la salle et représentant plusieurs pays africains, ont pu apporter leur témoignage et partager leurs multiples expériences en tant que femmes journalistes africaines. Les mots clés lors de cette journée riche en échange étaient la femme africaine, l'union et la synergie, tant de valeurs que prônent et prôneront encore les Panafricaines puisque le forum désire se pérenniser dans la durée et devenir un rendez-vous annuel et ce à la même date chaque année, signe de la fête de la femme dans le monde. «Une brise de changement qui souffle sur tout le continent» explique Khadija Boujanoui, qui multiplie les efforts dans ce sens avec le comité parité et diversité de 2M qu'elle préside notamment par la naissance en mai 2016 du site expertes.ma, la référence au Maroc dans le réseau des femmes expertes afin d'augmenter le taux de représentativité de la gent sur la scène médiatique.

Aujourd'hui, à l'occasion du forum c'est le site africawomenexpert.com qui voit le jour, et qui ambitionne les mêmes objectifs mais au niveau africain, soit une plateforme d'interaction constructive, de partage. A noter que les femmes journalistes au Maroc, possédant une carte de presse, reconnues donc par la profession, sont quelque 1 500 soit un peu moins du tiers de tous les journalistes.

Une place souvent inégalitaire

Les constats sont cependant inquiétant voire alarmant, car ce qui résulte de cette matinée d'échanges semble vouer à la faible représentativité de la femme, dans le contenu et dans les postes à responsabilité. Un point que Salim Cheikh n'hésite pas à aborder en mettant en avant les actions de 2M afin d'éradiquer le phénomène : «2M a entamé une politique depuis déjà quelques années, une politique très opérationnelle et concrète sur la question de la place de la femme dans les médias à travers d'abord la mise en place d'un comité parité et diversité, l'élaboration d'une charte de la valorisation de l'image de la femme dans les médias qui est une charte concrète avec des engagements chiffrés».

Des chiffres, tels que l'augmentation des femmes expertes qui interviennent dans les médias sur des questions auxquelles elles n'étaient jamais liées (économie,politique...), qui atteignent dorénavant entre 30 et 40% et que le groupe souhaite voir, in fine, encore évoluer pour arriver à une parité. Cela a donc aussi été l'occasion de faire appel et de faire passer le message aux politiques et aux dirigeants pour qu'ils puissent s'allier à ce combat en faveur de ces femmes.

«L'Afrique c'est d'abord beaucoup de talent et valoriser le talent africain à travers notre réseau sera l'un des objectifs que nous allons nous assigner et il va s'en dire que ce n'est qu'une première édition, nous allons la pérenniser elle deviendra annuelle et nous la ferons grandir tous ensemble», ajoute Samira Sitail, directrice de l'information de la deuxième chaîne marocaine. Et la directrice de l'information d'ajouter qu'elle serait prête à accueillir dans ses locaux et au Maroc en général des consœurs qui iraient en immersion dans les différentes rédactions afin d'échanger sur le travail de chaque journaliste et faire découvrir pendant plusieurs semaines la façon de travailler, et vice versa pour les journalistes marocaines qui iraient chez les pays frères africains dans le même but.

Le forum Panafricaines reste une initiative novatrice en la matière mais ce n'est qu'un premier pas car il faut aujourd'hui ressortir avec des actions. Et l'une des actions majeure de l'événement est la signature, par toutes les Panafricaines présentes, d'une charte du réseau Panafricaines. Elle comprendra toutes les recommandations recueillies durant l'après-midi lors des workshops, des séances débats organisées en panel afin de faire remonter inquiétudes et vœux de chacune des Panafricaines. Cette charte, centre névralgique de la manifestation, se veut un point de départ et d'action pour ces femmes journalistes africaines afin de contribuer aux objectifs édictés durant toute cette journée.

L'événement s'est ouvert par une intervention masculine et s'est clôturé également par un homme, Driss El Yazami, président du Conseil National des Droits de l'homme (CNDH), qui a apporté un soutien total à ces femmes, puisque la question de la femme reste «une question essentielle pour le CNDH».

Le forum se fermera sur un gala en l'honneur de toutes ces femmes avec un concert de deux voix africaines, la Marocaine Oum et la Malienne Fadimata Walet Oumar.
«Seule on va plus vite, ensemble on va plus loin», un slogan qui continuera certainement à se répéter dans le cœur des Panafricaines.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com