Menu

Grand Angle

Crise Maroc/UE: Rabat joue-t-elle de nouveau la carte de l’immigration ?

Le centre de rétention de Ceuta accueille des centaines de nouveaux migrants subsahariens qui ont réussi à enjamber les barrières grillagées. Aziz Akhannouch avait invité l’UE à apprécier à sa juste valeur le rôle joué par le royaume dans la lutte contre le flux massif de migrants. Bien avant lui, l’ancien ministre espagnol de l’Intérieur avait exprimé les mêmes avertissements.

Publié
Des migrants africains à la frontière entre le Maroc et l'Espagne. / Ph. Jesus Blasco de Avellaneda/Reuters
Temps de lecture: 2'

Le scénario tant redouté par le gouvernement espagnol est en train de se concrétiser sur le terrain. En l’espace de quatre jours, plus de 500 Subsahariens sont parvenus à franchir les barrières grillagées de Ceuta et d’entrer dans la ville. Les forces de sécurité du voisin du nord semblent être dépassées par l’ampleur des deux assauts qui interviennent dans un contexte de relations extrêmement tendues entre le Maroc et l’Union européenne, suite aux déclarations du Commissaire européen au Climat et à l’Energie, l’Espagnol Miguel Arias Cañete appelant au respect du verdict de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) du 21 décembre. Une décision que ne reconnaît pas l’autorité marocaine au Sahara occidental.

Les mises en garde d’Akhannouch rappellent celles de l’ex-ministre espagnol de l’Intérieur

Au lendemain des déclarations de Cañete, le ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime a lancé un message direct aux Vingt-Sept : «Le problème de la migration est très coûteux pour le Maroc, ce que l’Europe doit apprécier à sa juste valeur.» Et de s’interroger : «Comment allez-vous effectuer le travail de blocage de l’émigration africaine et même marocaine, si l’Europe ne veut pas, à présent, travailler avec nous ?» Pour Aziz Akhannouch, l’Union européenne (UE) est appelée à «reconnaître le rôle du Maroc» et son «effort extraordinaire à la frontière sud» de la Méditerranée.

Bien avant ces mises en garde, l’ancien ministre espagnol de l’Intérieur, Jorge Fernández Díaz, avait invité en mars 2016 Bruxelles à prendre des mesures garantissant un retour au contexte qui prévalait avant le 10 décembre 2015 - date de la première décision de la CJUE excluant les produits du Sahara de l’accord de 2012. Le responsable s’était dit préoccupé par les «graves conséquences pour l’Union européenne» de la suspension par les autorités marocaines des contacts avec l’UE.

Le Maroc joue, depuis quelques années, le rôle de gendarme de l’Europe. Il a grandement contribué à rendre quasiment hermétiques certains points de passage des candidats à l’immigration. Pour mémoire, c’est grâce à l’engagement du royaume, en 2005 et 2006, que les flux de migrants vers les îles Canaries avaient nettement baissé. Une coopération que le gouvernement du socialiste José Luis Rodríguez Zapatero avait appréciée à sa juste valeur et ce, en modifiant sa position sur le Sahara. Une ligne suivie également par l’exécutif de Mariano Rajoy depuis 2011.

L'assaut de plus de 350 migrants subsahariens, survenu ce matin, intervient une semaine après la visite du ministre espagnol des Affaires étrangères, Alfonso Dastis, à Rabat.

HMIMID69
Date : le 22 février 2017 à 13h31
La vision d'Hassan II n'est plus d'actualité après que l'Europe des 12 passe a 27, quand le Roi Hassan II a entamé la discussion pour intégrer le marché commun en 1986 officialisé en 1996, l'Europe a dit oui et a posée des conditions de reformes politique et sociale, le Maroc a dit oui mais donner un peut de temps, en 2000 le Maroc signe un accord modifiant la partenariat intégrée par la partenariat avancée a cause de la Turquie, en 2008 l'Europe et le Maroc signent un libre échange commercial et agricole, en 2013 en plus de libre échange les deux parties signent les accords de pêches sans restriction sauf la quantité des poissons, il y avait aucunement question du (Sahara Occidental). Alors? pendant que le Maroc est devenu un rempare protégeant l'Europe de l'immigration celle-ci ne tient aucunement compte du bienfait du partenariat avec le Maroc qui tient bon pour satisfaire l'Europe devenu malade de ses recommandation, un jour c'est blanc un jour c'est noir, il faut que les Européens sachent que le Maroc d'aujourd'hui n'est plus le Maroc d'hier qui a fixé un cape vers le sud a cause de l'hésitation de l'Europe.
FATEM95
Date : le 22 février 2017 à 11h45
Pendant qu'il s'occupe du Maroc, Lamamra ne voit pas que le feu est en train de prendre chez lui. Il y a pas moins de trois rapports d'organismes indépendants américains qui viennent de d'être publiés sur une situation algérienne alarmante, semblable à celle des printemps arabes (Tunisie, Libye ou Syrie) en 2011, voire même celle du Venezuela d'aujourd'hui. J'ai lu même la semaine dernière dans le (maintenant) très gouvernemental TSA un article parlant des similitudes entre Algérie et Venezuela. Je pense que le Maroc doit être vigilant vis-à-vis des manœuvres de Lamamra et consorts mais il doit être encore plus vigilant à la situation en Algérie. Si elle venait à dégénérer, les conséquences sur nous pourraient être désastreuses. Bien plus désastreuses qu'une complication de l'accord de pêche ou une complication à l'ONU.
Citation
Bou-RegRag à écrit:
La vision selon laquelle le Maroc (Rabat) fait chanter l'Europe en jouant la carte de l'immigration, c'est exactement celle que la presse algérienne tente de véhiculer auprès de l'opinion européenne. La classe politique et la presse algérienne sont vent debout contre les relations entre Maroc et l'Union Européenne. Objectif : mettre à mal les relations économiques entre le Maroc et l'Union Européenne. De fait, après sa croisade haineuse contre le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine, leur Ministre des Affaires Étrangères LAMAMRA a pris son bâton de pèlerin pour torpiller les accords Maroc-Union Européenne qui engagent le gagne pain de milliers d’agriculteurs marocains et leurs familles. Leur s militaires eux, tentent de casser les accords stratégiques entre le Maroc et les pays du Golf. Seule vérité : ils ne laisseront jamais le Maroc en paix, Seule certitude : leur détermination à nuire au Maroc et aux marocains. La dictature algérienne est définitivement malfaisante et dangereuse. Sa destruction devrait être un objectif vital pour l’émergence d'un Maghreb uni et prospère.
Bou-RegRag
Date : le 22 février 2017 à 05h54
La vision selon laquelle le Maroc (Rabat) fait chanter l'Europe en jouant la carte de l'immigration, c'est exactement celle que la presse algérienne tente de véhiculer auprès de l'opinion européenne. La classe politique et la presse algérienne sont vent debout contre les relations entre Maroc et l'Union Européenne. Objectif : mettre à mal les relations économiques entre le Maroc et l'Union Européenne. De fait, après sa croisade haineuse contre le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine, leur Ministre des Affaires Étrangères LAMAMRA a pris son bâton de pèlerin pour torpiller les accords Maroc-Union Européenne qui engagent le gagne pain de milliers d’agriculteurs marocains et leurs familles. Leur s militaires eux, tentent de casser les accords stratégiques entre le Maroc et les pays du Golf. Seule vérité : ils ne laisseront jamais le Maroc en paix, Seule certitude : leur détermination à nuire au Maroc et aux marocains. La dictature algérienne est définitivement malfaisante et dangereuse. Sa destruction devrait être un objectif vital pour l’émergence d'un Maghreb uni et prospère.
Khalid...
Date : le 22 février 2017 à 00h23
Le Maroc a toujours respecté ses contrats et assumé ses engagements, l'immigration et la lutte contre le terrorisme sont des éléments clés dans les relations que nous avons avec les européens. Une bonne partie des dirigeants européens préfèrent avoir le Maroc comme interlocuteur et partenaire solide, malheureusement il y'a quelques courants qui voient le contraire ou qui ont des intentions mauvaises à notre égard, après c'est un rapport de force ou le nombre de cartes à jouer que possède chaque partie est important et ou le savoir être et le savoir faire diplomatique et géopolitique font la différence...
afraw
Date : le 21 février 2017 à 20h44
Salam...Quand comprendra t on que le Maroc n en veut pas de Sebta et Melilla......Feu Hassan II disait que le Maroc est comme un arbre...Ses racines profondes en Afrique et son feuillage atteint l Europe....Sebta et Melilla c est une frontière direct avec l Europe..... Pourquoi le Maroc se priverait de cette frontière pour 2 villes aussi petites? Pragmatisme et réalisme,voilà la politique.
FATEM95
Date : le 21 février 2017 à 14h15
Ce n'est pas une fatalité. L'Asie s'est développée. L'Afrique a eu du retard à l'allumage mais elle se développera aussi. Beaucoup de dirigeants corrompus ont dégagé et de nombreux pays sont sur la bonne voie. Évidemment il faut un peu de temps. Probablement une génération de plus qui sera sacrifiée. Mais on y arrivera.
Citation
youssef1851 à écrit:
Malheureusement, on ne peut cacher le soleil à l'aide d'un tamis , -La photo qui est devant nous,représente le visage de notre Afrique. Le colon volait ses richesses jadis,le tyran dilapide ce qui reste aujourd'hui. ( Hada hal ifriqia l'masqina )
AigleRoyalair
Date : le 21 février 2017 à 12h01
Malheureusement, on ne peut cacher le soleil à l'aide d'un tamis , -La photo qui est devant nous,représente le visage de notre Afrique. Le colon volait ses richesses jadis,le tyran dilapide ce qui reste aujourd'hui. ( Hada hal ifriqia l'masqina )
Hamid
Date : le 21 février 2017 à 11h06
La rétrocession de Hong-Kong par UK à la Chine représente une réussite (jusqu’ici), et constituerait une bonne base pour rétrocéder Sebta, Mililia et les autres îlots.
HMIMID69
Date : le 21 février 2017 à 10h50
Ne vous en faites pas, le jour ou le Maroc prendra le relais il est capable de respecter ses engagements en tenant compte de votre niveau de vie a condition de militez a majorité en faveur du ralliement au Maroc avec âme et conscience sans heurts et ne pas faire comme les Harkis, sachez que le niveau de vie marocaine est en nette progression, salaire moyen est de 500€ contre 700€ a Mellilia, mais le loyer est de 200€ contre 500€ a Mellilia finalement c'est du kif-kif sans négliger la liberté qui vous est offerte dans un espace plus large sans control ni traversé pour aller à Casa ou a Marrakech.
FATEM95
Date : le 21 février 2017 à 10h01
Je pense qu'à terme Ceuta et Melilia reviendront naturellement au Maroc sans qu'il les revendique. C'est un véritable fardeau économique mais politiquement elle est obligée de les garder. D'un autre côté ça arrange le Maroc car il a besoin du soutien espagnol sur différents dossiers. C'est un équilibre politique qui peut tenir au moins jusqu'à la résolution du problème du Sahara. Et le décollage économique du Maroc. Les relations entre les deux pays étant au beau fixe depuis plus de 40 ans, un accord sur ces deux villes viendra naturellement. Le problème sera surtout interne à l'Espagne, mais celle-ci n'est pas à un débat de gouvernance près.
Citation
Itwasntme à écrit:
@hmimid, Non ...bien que patriote,je suis réaliste. Tout projet d annexion de ceuta,melilla et autres îles doivent être sérieusement étudiés par le Maroc. Sinon,si les critères économiques et sociaux des habitants ne sont pas respectés,ce retour sera un échec ... Si on règle l affaire du Sahara en premier,ceuta et melilla seront une formalité et un lourd fardeau dont l Espagne s en sera débarrassé. En allégeant les contrôles de ceuta ,Je pense que le Maroc à effectivement fait une piqûre de rappel aux sorties médiatiques de cet élu.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com