En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X


Environnement Publié

Le Maroc souhaite attirer les vautours fauves sur ses montagnes

Temps de lecture: 1'
DR

Le mont Moussa, situé entre Tanger et Ceuta, servira de zone d'accueil pour les vautours fauves, une espèce d'oiseaux charognards. Une espèce protégée que le Maroc ambitionne d'attirer sur ses terres en plus grand nombre, relate l'agence espagnole EFE.

Etant l'une des zones les plus élevées de la côte nord du royaume, Jbel Moussa culmine à plus de 850 mètres d'altitude, avec un «espace suffisant» au développement de l'espèce et à sa reproduction. «Nous voulons réintroduire cette espèce en voie de disparition afin aussi de restaurer l'écosystème du mont Moussa pour retrouver sa biodiversité faunistique», avance à EFE Abdeladim El Hafi, le Haut Commissaire aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD).

Un projet qui a pris sens lors du lâcher de cinq vautours sur la montagne, le mardi 7 février dernier, à l'occasion de la Journée mondiale des zones humides à l'initiative du HCEFLCD. Des vautours qui seront bien évidemment tracés afin d'étudier leur évolution et ce grâce au code et à la puce attribués à chacun des rapaces.

Une aventure encore en balbutiement, certes, mais qui pourrait aboutir aux résultats escomptés. «L'opération est intéressante pour augmenter cette population, mais l'activité humaine pourrait briser cette installation», ajoute Brahim Bakas, président du Groupe d'Ornithologie du Maroc.

C'est effectivement le sort qu'a connu l'un des vautours : quelques jours après sa mise en liberté il fût capturé par des jeunes de Fnideq. Bien heureusement, il fût retrouvé et relâché mais la vigileance doit rester de mise.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com