Menu

Société Publié

Graphie Tifinaghe : 14 ans après son adoption officielle, des experts font le point

Temps de lecture: 1'
Siège de l'IRCAM à Rabat. / DR

«Tifinaghe entre authenticité et innovation». C’était le thème d'une conférence organisée par l'Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), mercredi soir à Rabat, à l'occasion du 14e anniversaire de l’approbation royale de l’adoption de la graphie Tifinaghe pour transcrire la langue amazighe.

Le 10 février de chaque année est une occasion «dont nous sommes fiers et une journée mémorable, qui a constitué un tournant important dans le parcours de la langue amazighe et le début d'une nouvelle phase, fondée sur une stratégie exceptionnelle combinant l’aménagement linguistique, la standardisation, la normalisation, les compétence pédagogiques et l’intégration dans les technologies modernes», a souligné Ahmed Boukous, recteur de l’IRCAM qui s'exprimait à l'ouverture de cette rencontre scientifique.

Cette conférence a été marquée par la présence de plusieurs chercheurs intervenant en matière d'éducation, de médias, d'art, d'archéologie, d'évolution historique de la graphie Tifinaghe, ainsi que de promotion de cette graphie.

Les intervenants ont souligné que la graphie Tifinaghe est «la plus appropriée» à la transcription de l'amazighe, tant bien en termes pédagogiques que didactiques, la considérant comme l'une des graphies les plus facile à apprendre.

Ils ont mis l’accent sur la simplicité de cette langue, qui consiste à «tout prononcer» et où chaque son équivaut à une lettre, ce qui favorise les activités de lecture et d’écriture. Ils ont toutefois relevé certains obstacles rencontrés par l'apprenant, y compris le fait que les lettres s’écrivent séparément, ce qui soulève des difficultés en termes d'identification et de respect des règles d'intervalle entre les mots et les phrases.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com