Menu

Archive Culture   Publié

Nomad #10 : Lalla Takerkoust, une robe bleue pour habiller les courbures de l'Atlas

Amoureux des belles formes dessinées par les montagnes de l'Atlas, vous allez adorer la robe bleue de Lalla Takerkoust. Un lac artificiel, qui attire de nombreux touristes venus fuir la chaleur étouffante de Marrakech. Escapade.

Temps de lecture: 2'
Le barrage Lalla Takerkoust, à quarante kilomètres de Marrakech. / Ph. Made In Marrakech

Lalla Takerkoust, l’un des plus anciens barrages du Maroc, se situe à une quarantaine de kilomètres de Marrakech, dans la province d’Al Haouz. L’endroit est chargé de légendes. De nos jours, le lieu est très prisé par les touristes qui viennent échapper à la chaleur étouffante de la ville ocre, pour s’émerveiller de la vue à couper le souffle.

A travers des routes escarpées, en prenant la route d’Amizmiz, se profile Lalla Takerkoust. Autour du lac, de nombreuses maisons d’hôtes, hôtels font face aux paysages verdoyants. En pleine nature, l’air pur rend euphorique. Les montagnes de l’Atlas enneigées se dessinent à l’horizon, de nombreux touristes sirotent un verre en papotant. Le dépaysement est garanti. Un calme absolu règne dans les lieux et inspire la paix intérieure. En moyenne, les températures tournent autour de 20 degrés, mais l’été la chaleur peut faire grimper le thermomètre jusqu'à 42 degrés. Le climat semi-aride de la région a fait pousser des palmiers et des figuiers de Barbarie qui peuplent les alentours.

Lalla Takerkoust. / Ph. DRLalla Takerkoust. / Ph. DR

Les frères Pourcel, chefs étoilés français ont décrit l’endroit avec beaucoup de lyrisme : «C’est le contraste saisissant des paysages qui fait tout l’intérêt de cette région, des portes du désert aux vallées vertes de l’Ourika, des collines du moyen Atlas jusqu’aux sommets enneigés, tous les paysages se succèdent. Et plus vous approchez de l’Atlas, plus vous avez l’impression que ces terres du Maroc vous échappent, qu’elles sont inaccessibles», lit-on sur leur blog.

Le cadre féérique en ferait presque oublier la génèse de ce lac. Lalla Takerkoust est le troisième barrage le plus ancien du Maroc sur l’Oued N’fis, mis en service 1935 pendant le protectorat français. A l’époque le barrage portait le nom de l’ingénieur français qui l’a construit : Barrage Cavagnac.

Une photo d'époque de Lalla Takerkoust. / Ph. Revue "Salam Marrakech" (numéro 61/ année 1999)Une photo d'époque de Lalla Takerkoust. / Ph. Revue "Salam Marrakech" (numéro 61/ année 1999)

Lalla Takerkoust, la protectrice

Plus tard, le lac a pris le nom de Lalla Takerkoust : une femme marabout protectrice des lieux, qui y est enterrée. Selon la légende, avant la construction du lac, les femmes lui faisaient des offrandes pour être fécondes, avoir des enfants surtout des garçons. Le barrage a été construit à l’emplacement du marabout et de la mosquée Lalla Takerkoust.

L’appellation désigne aussi un point d’eau en amont de la montagne. Plusieurs personnes l’assimilent à un passage du Coran, celui des dormants de la Sourate de la Caverne («Al Kahf»). La Sourate raconte l’épopée des personnes qui ont été plongés dans un sommeil mystique après avoir été emmurés dans une caverne par des despotes païens. Cette histoire a fait l’objet de beaucoup d’interprétations populaires. A Amizmiz, se trouve sept tombes alignées à côté de Lalla Takerkoust, qui font penser aux dormants de la Sourate «Al Kahf». Certains malades s’y déplacent pour profiter des effets thérapeutiques de la source.

La région ne manque pas d’activités, pour tous les goûts et tous les profils. Les sportifs peuvent y faire du pédalo, de la planche à voile, de la barque, du canoë kayak à des prix abordables. Les aventuriers peuvent faire des excursions sur des quads ou des motos, pour découvrir les campagnes alentour. Pour les plus paresseux, amateurs de farniente, rien ne vaut une petite sieste au soleil. Grâce à Lalla Takerkoust, nul doute que votre sommeil sera fécond en songes.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com