Menu

Société Publié

Attentat à Québec : Le Maroco-canadien Mohamed Belkhadir livre son témoignage

Temps de lecture: 2'
Un policier à l'extérieur du Centre culturel islamique de Québec. / Ph. Pascal Ratthé - Le Soleil

Identifié à tort par la police comme le deuxième suspect en lien avec l'attentat de dimanche, le Maroco-canadien Mohamed Belkhadir est revenu sur la fusillade sanglante qui a eu lieu au Centre culturel islamique de Québec.

Son témoignage a été rapporté lundi soir par le quotidien québécois La Presse, qui le présente comme un étudiant en génie, musulman d'origine marocaine. Le journal dresse également le profil d’un homme compréhensif, modeste et humain.

Lorsqu’Alexandre Bissonnette, auteur de l’attentat, tirait sur les fidèles, Mohamed Belkhadir déneigeait les escaliers extérieurs de la mosquée où il s’était rendu pour prier. Il raconte qu’il avait terminé sa prière puis s’était rendu à l’extérieur du Centre culturel islamique de Québec lorsque des détonations ont retenti «pendant 15 à 20 secondes».

Au moment où les tirs ont cessé, il s’est précipité à l'intérieur. «C'est le réflexe quand quelqu'un est blessé. On ne peut pas le laisser. C'est un acte d'humanité partagé par tout le monde, pas seulement les musulmans», dit-il avec modestie, insistant pour qu'on ne fasse pas de lui une vedette ou un héros, poursuit le quotidien.

C’est d’ailleurs lui qui a appelé la police pour demander de l’aide et indiquer l’adresse du lieu de drame. C’est à ce moment-là que le choc, la confusion ainsi qu’une grande frayeur l’ont envahi. Après avoir aperçu un homme armé, ne sachant plus s’il s’agissait du même assaillant ou d’un policier, Mohamed Belkhadir a pris ses jambes à son coup.

Pour autant, il n’en veut pas aux autorités québécoises, faisant preuve de compréhension à leur égard : «Je comprends, je respecte qu'ils m'aient attrapé. Ils m'ont vu fuir, ils ont pensé que j'étais suspect, c'est normal». L’étudiant s’inquiétait aussi de son avenir, qu’il ne voulait pas entaché d’une affaire de terrorisme.

Son entourage témoigne unanimement de sa bonne conduite et de son humanisme, à l’instar de Noubir Ben Ali, un proche : «Si tu veux résumer Mohamed Belkhadir, c'est : humanité. Je suis sûr à 100% que ce n'est pas lui.» 

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com