Menu

Société Publié

Plus de la moitié des cas de violence physique à l'égard des femmes surviennent dans les lieux publics

Temps de lecture: 1'
Bassima Hakkaoui, ministre de la Solidarité, de la femme, de la famille et du développement social. / Ph. Yassine Toumi

Le rapport de l'Observatoire national de la violence à l'égard des femmes fait ressortir que 53% des cas de violence physique et 66% des cas de violence sexuelle à l'égard des femmes se sont produits dans les lieux publics, a indiqué, mardi 24 janvier à Rabat, la ministre de la Solidarité, de la femme, de la famille et du développement social, Bassima Hakkaoui lors d’un atelier organisé dans le cadre du projet «Rabat, ville sûre, sans violence à l’égard des femmes et des filles».

La ministre a exprimé son aspiration d’adopter le projet de loi 103-13 sur la lutte contre la violence faite aux femmes en tant qu’instrument juridique fondamental pour lutter contre la violence, notant que l’impunité constitue l’une des raisons favorisant la propagation de ce phénomène.

Les intervenants ont mis l'accent sur la nécessité d'habiliter les agents de police à intervenir dans les cas de violence à l’égard des femmes dans les espaces publics, en leur dotant des attributions requises pour procéder au contrôle et à l'arrestation des suspects et d'adopter le témoignage de la victime comme preuve suffisante pour incriminer l'acte de violence.

S'inscrivant dans le cadre de l’initiative «Villes sûres sans violence à l'égard des femmes et des filles» lancée par l’ONU pour l’égalité des sexes, le projet s’assigne également pour objectif de réduire les différentes formes de violence sexuelle exercées à l’égard des femmes et des filles dans les espaces publics, tout en renforçant le sentiment de sécurité chez les femmes en facilitant leur mobilité au sein de la ville, entre autres.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com