Menu

Société   Publié

Canada : Coup de cœur de Montréal pour un commerce cosmopolite de migrants musulmans

Certaines initiatives empreintes de compassion deviennent parfois virales et font la notoriété de l'endroit dont elles émanent. A Montréal, le snack «Marché Ferdous» offre gratuitement des repas chauds aux personnes sans domicile fixe.

Temps de lecture: 2'
Le snack «Marché Ferdous», à Montréal, offre le couvert à ceux qui n'ont pas le sou. / Ph. Facebook

A première vue, rien de semble distinguer le snack «Marché Ferdous» des autres fast-food qui abondent dans le quartier Sainte-Catherine, à Montréal. Sauf que si l'on prête attention à sa devanture, on y lit un peu de charité : «People with no money welcome to eat free. Personnes en manque d'argent sont bienvenue de manger gratuitement (sic)».

Le restaurant est cosmopolite ; plusieurs nationalités y travaillent. Tous les employés sont des migrants musulmans. Deux personnes sont propriétaires : l’un est irakien tandis que l’autre est iranien. Le Maroc, lui, est représenté par l’aide cuisinière. Quant à la Tunisie, c'est le cuisinier qui se charge de lui faire honneur. Le lieu dénote de la pratique des commerces qui recherchent avant tout le profit et la rentabilité. Quelle que soit la saison, les personnes sans le sou peuvent venir chercher un repas chaud et une boisson. Abdelkader Bejaoui, le cuisinier tunisien à l’origine de cette initiative, contacté par Yabiladi, répond avec beaucoup d’enjouement et de fierté : «Tant qu’on parle en bien de nous, c’est le plus important», affirme-t-il en souriant.

«Au début, je donnais des repas aux personnes qui venaient et dormaient dans la rue. Petit à petit, de plus en plus de personnes sont venues. Je me suis décidé à en parler au patron. Il n’a pas hésité une seconde, il a accepté que nous continuions à donner aux personnes dans le besoin.»

L'initiative remonte à plusieurs mois. L'affiche a été placardée «juste pour formaliser», explique le patron des lieux au micro du journal télévisé canadien Global National. Le hasard fait bien les choses, puisqu’un badaud qui travaille à deux pas du snack, Sean Jalbert, est interpellé par l'affiche un jour qu'il passe devant les lieux. Il décide d'y prendre place en prétendant ne pas avoir d'argent, histoire de tester la réaction du personnel.

L'affiche qui invite les gens sans le sou à entrer sans payer. / Ph. Facebook

Surprise : il y est accueilli avec beaucoup d'amabilité. «Ils ne m’ont rien demandé, m’ont juste dit que j'étais le bienvenu chez eux et que je pouvais prendre ce que je désirais manger et boire», écrit-il sur son compte Facebook. Sa publication détonne et se répand comme une traînée de poudre : en une semaine, elle est partagée près de 6 000 fois et cumule 3 900 likes.

Cinq jours plus tard, la bonne action est relayée par plusieurs médias. «Marché Ferdous» devient viral sur les réseaux sociaux. Les gens commencent à s'y rendre pour donner de l’argent et prend part à cette aventure qui fleure bon la générosité.

La devanture du restaurant Marche Ferdous. / Ph. Facebook

«Pourquoi ne pas donner aux personnes en besoin ? Ce n’est pas grand chose.»

«Nous voulons véhiculer le vrai visage de l’islam et des immigrés musulmans», confie Ala Amiry, copropriétaire du restaurant à CTV News. «Ceux qui veulent travailler dur et contribuer à l'économie et au volet social de ce grand pays», renchérit-il. «Ce genre de traditions fait partie de notre religion. Nous devons donner aux gens si nous voulons la bénédiction de Dieu.»

«Nous ne posons aucune question, nous ne jugeons personne. (…) S’ils [les sans domicile fixes] veulent manger, nous leur donnons de la nourriture, point final», abonde Yahya Hachimi, l'autre propriétaire.

L’initiative a commencé lorsque certains SDF venaient glaner quelques pièces dans le snack pour pouvoir s'offrir un repas chaud. «Le soir, nous avons des restes de la journée, qu'on finit par jeter. Pourquoi ne pas le donner aux personnes en besoin ? Ce n’est pas grand chose», revendique Abdelkader Bejaoui, le cuisinier. En cette période de grand froid, «ils veulent juste manger».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com