En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Santé Publié

La détection précoce du cancer « augmente considérablement les chances de réussite du traitement »

Temps de lecture: 1'
Le Maroc est parvenu à instaurer un plan de prévention et de détection précoce qui vise, entre autres, à réduire la morbidité et la mortalité imputables au cancer. / Ph. Giovanni Cancemi, Fotolia

La détection précoce du cancer au Maroc est un enjeu majeur qui implique les pouvoirs publics, le secteur privé ainsi que les associations œuvrant dans le secteur médical, ont défendu à l’unisson, mercredi à Fès, plusieurs professeurs et médecins spécialistes.

S’exprimant lors d’une rencontre de sensibilisation organisée conjointement par l’Association «Chifae» pour la prévention et la recherche sur le cancer et le Centre hospitalier universitaire Hassan II de Fès (CHU), les intervenants ont fait savoir que la détection du cancer à une phase précoce de son développement augmente considérablement les chances de réussite du traitement.

D’après eux, il est désormais évident que les cancers sont le fruit d’une accumulation complexe de facteurs en rapport avec le mode de vie, l’hérédité et l’environnement. Certains facteurs sont incontournables, mais d’autres peuvent et doivent être contrôlés, ont-ils encore soutenu. La prévention est l’approche la plus efficace en santé publique et, d’un point de vue économique, la plus efficiente pour une lutte à long terme.

Ainsi, les principaux facteurs de risque sont le tabagisme, la surcharge pondérale et l’obésité, la consommation insuffisante de fruits et légumes, le manque d’activité physique, la consommation d’alcool, les infections et la pollution de l’air, a expliqué le professeur Nawfal Mellas, responsable du service d'oncologie au CHU Hassan II de Fès et président de l’Association «Chifae».

Le cancer du sein est le premier cancer chez la femme dans la région de Fès avec plus de 500 nouveaux cas, a-t-il ajouté, suivi du cancer du col utérin. Chez l’homme, c’est le cancer du poumon qui sévit le plus, avec plus de 200 nouveaux cas, suivi du cancer de la prostate.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com