Menu

Environnement Publié

Depuis Marrakech, Ban Ki-Moon rappelle les engagements des Etats-Unis à Donald Trump

Temps de lecture: 1'
Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, lors de la COP22 à Marrakech, le 15 novembre 2016. / Ph. Youssef Boudlal, Reuters

«Jadis elle semblait impensable, l’unité internationale contre les changements climatiques est aujourd’hui instoppable», a affirmé, mardi 15 novembre à Marrakech, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon.

Interrogé sur l’impact de l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, Ban Ki-moon a exprimé son «espoir que le président élu entendra et comprendra le sérieux et l'urgence de l'action climatique et évaluera ses remarques de campagne». Il a indiqué avoir rencontré le nouveau chef d'Etat la semaine dernière et discuté avec lui de plusieurs sujets, se disant «très optimiste» sur les efforts de combattre les changements climatiques.

L'AFP souligne la présence attendue, aujourd’hui, d’une cinquantaine de dirigeants, chefs d'Etat et de gouvernement, dont le roi Mohammed VI, le président français François Hollande, la présidente chilienne Michelle Bachelet ou encore l'émir du Koweit, ainsi que de très nombreux leaders africains.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry prononcera mercredi un «discours soulignant l'urgence de l'action climatique», selon le négociateur des Etats-Unis Jonathan Pershing. Il est «peut-être encore plus important» d'être à Marrakech maintenant, avait dit M. Kerry après l'élection de Donald Trump à la tête du 2e pollueur mondial.

Pendant sa campagne, le magnat de l'immobilier new-yorkais avait qualifié le réchauffement de «canular» et de «complot chinois», puis promis d' «annuler» l'accord de Paris et de relancer la production américaine de charbon. Donald Trump ne s'est pas encore prononcé sur ce thème depuis son élection.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate