Menu

Environnement   Publié

Climat, finance verte, Israël, Palestine : Salaheddine Mezouar revient sur les sujets chauds de la 1ère journée de la COP22

Pas de points majeurs réglés durant les deux premiers jours de la COP22 mais l’état d’esprit est «très positif». C’est ce qu’a indiqué mardi Salaheddine Mezouar, lors d’un point de presse censé intervenir de façon quotidienne pour faire le point sur l’état d’avancement des négociations dans le cadre de cet événement international. L’occasion aussi de répondre, de façon «diplomatique», à ceux qui décrient la présence du drapeau d’Israël à la COP22.

Temps de lecture: 2'
Salaheddine Mezouar, président de la COP22 et Nick Nuttail, porte-parole de la CNUCC mardi lors de la conférence de presse. /Y. Benagrane (Yabiladi)

Le président de la COP22, Salaheddine Mezouar a établi mardi le bilan d’une première journée d’échanges entre les différents négociateurs et représentants mondiaux en marge de la 22e conférence des Parties qui se déroule depuis lundi à Marrakech. Intervenant à cette occasion, Salahedddine Mezouar a affirmé que «les négociations ont bien démarré et l’état d’esprit général est extrêmement positif». Il a indiqué à la presse que l’ensemble des participants sont conscients de l’urgence d’agir et sont sérieux et engagés. «Ils soutiennent tous cette COP de l’Action et sont alignés sur l’objectif recherché suite à l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris», a-t-il dit.

«Quand je vois l’état d’esprit, les déclarations et les promesses des membres d’être efficaces et à la hauteur de l’ambition de la COP22, je suis convaincu que beaucoup d’aspects évoqués dans le cadre de l’Accord de Paris seront débattus et clarifiés lors de cette COP», a-t-il fait savoir.

Participation d’Israël, Mezouar déclare que «le changement climatique est un combat planétaire»

Le chef de la diplomatie marocaine a indiqué qu’il n’y a pas eu de points réglés durant ces deux premiers jours mais il est toutefois revenu sur la question du financement accordé aux pays en voie de développement. «Sur les questions de la feuille de route sur le financement, du renforcement des capacités ainsi que des politiques du développement durable, nous essayerons de faire avancer les décisions et mettre en place des mécanismes pour qu’il y ait de la cohérence», a-t-il souligné. Et de poursuivre que «d’autres questions, comme les régulateurs, les institutions de notation et les assurances et garanties s’agissant du financement», doivent aussi être mises dans le même cadre pour accompagner le changement. «Nous avons un plan sur lequel on travaille en tant que présidence pour régler cette question et pour garantir notamment le bon déroulement et les conditions nécessaires pour la COP23 de l’année prochaine», conclut-il.

Répondant à une question sur le drapeau d’Israël, qui figure parmi ceux des autres Etats à l’entrée du village de Bab Ighli, le président de la COP22 remet sa casquette de diplomate pour expliquer que la COP22 est un événement international organisé par l’Organisation des nations unies.

«C’est une rencontre multilatérale qui réunit toutes les parties. Dans toutes les réunions à travers le monde, les Nations unies accueillent toutes les nations du monde». Salaheddine Mezouar a rappelé que «le changement climatique est un combat planétaire qui concerne l’ensemble de l’humanité» et que «cette lutte nécessite l’engagement de tout le monde».

«La Palestine est présente et le Maroc a porté à bras le corps l’entrée de la Palestine en tant que membre observateur au sein des Nations Unies, donc le Maroc est le premier défenseur de la cause palestinienne», a-t-il conclu sa déclaration.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate