En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Société   Publié

Décès de Mohcine Fikri : Récit d’Abdelkader Dahmane, un des pêcheurs artisanaux du port d’Al Hoceima

Le président de l’association des pêcheurs au port d’Al Hoceima, Abdelkader Dahmane, a livré hier un témoignage accablant sur la mort de Mohcine Fikri et les événements qui ont précédé ce drame. Alors que l’enquête menée par les autorités est toujours en cours, ce pêcheur accuse le chef du service de la Pêche maritime à Al Hoceima d’être responsable du décès du jeune marchand. Détails.

Les obsèques de Mohcine Fikri dimanche 30 octobre. / Ph. Le Desk

Alors que l’enquête menée par les services compétents sous la supervision du procureur du Roi près la cour d’appel d’Al Hoceima est toujours en cours, plusieurs versions sur l’élément déclencheur du décès de Mohcine Fikri sont évoquées. Hier, nos confrères de Noonpress sont partis à la rencontre d’Abdelkader Dahmane, 47 ans, président de l’association des pêcheurs au port d’Al Hoceima.

«Nous sommes les oubliés de la loi marocaine», commence-t-il son récit, affirmant que plusieurs pêcheurs sont privés de papiers qui attestent de leur activité depuis plusieurs années. «A chaque fois que nous demandons des papiers, le chef de service ou la délégation de la pêche nous disent qu’il y a des procédures et de la paperasse à fournir. Même le gasoil pour nos bateaux, on le ramène depuis le centre de la ville», s’indigne-t-il. L’occasion pour lui de rappeler que ces pêcheurs doivent en bénéficier «puisqu’il est subventionné par l’Etat».

Revenant sur la cargaison d’espadon, qui serait à l’origine de l’arrestation puis du décès de Mohcine Fikri vendredi 28 octobre, il assure que «le poisson n’a pas été pêché de manière illégale», avant de poursuivre qu’«il n’a pas été volé non plus».

Abdelkader Dahmane impute publiquement la tragédie d’Al Hoceima à Charaf Mohamed, le chef du service de la Pêche maritime au port d’Al Hoceima. «Il a dit que la pêche de cette espèce était illégale mais il ne nous en a pas informés. Il n’y a ni pancarte ni affiche pour signaler l’interdiction», dit-il dans la vidéo postée par Noonpress.

De nouvelles révélations

Il souligne également que les pêcheurs artisanaux sont surveillés et filmés par ce responsable depuis trois jours. «Il ne guette que les pauvres et il est responsable de la mort de Mohcine Fikri. Je le dis et le répète», insiste-t-il.

Selon ce pêcheur, ce n’est pas la première fois que le jeune marchand de poisson est arrêté et que sa cargaison lui est confisquée. «Avant Ramadan, c’était la période de la pêche des thons rouges. Ce monsieur avait saisi à Mohcine l’équivalent de près de 8 millions de centimes de poisson ainsi que sa voiture», se souvient-il. Selon lui, le trentenaire aurait dépensé au total près de 21 millions de centimes dans le cadre de cette première histoire. Le chef de service aurait exercé une «pression sur les autorités pour arrêter la voiture de Mohcine en affirmant que le poisson acheté ne disposait pas d’une autorisation», poursuit Abdelkader Dahmane. Il aurait également «ramené un camion de Pizzorno Environnement (l’entreprise chargée de la gestion des déchets à Al Hoceima, ndlr). C’est ainsi que le drame s’est produit», avance-t-il.

Le chef du service de la Pêche maritime, qui fait l’objet de plusieurs plaintes déposées par les pêcheurs, «menaçait et abusait de son pouvoir», rapporte le président de l’association des pêcheurs au port d’Al Hoceima.

Quant à l’espadon supposé interdit de pêche pour la saison, notre interlocuteur montre une autorisation pour la pêche et la vente de cette espèce, qui serait même vendue sur un marché de poisson situé près du port de la ville. «Ici, nous n’avons ni Ceuta ni Melilla. Nous n’avons que la pêche et le poisson pour vivre. On ne va pas le jeter comme si c’était des ordures», assure-t-il. Il jure que Rachid Reguragui, le directeur régional de la Pêche maritime arrêté dans le cadre de cette affaire, ne serait qu’un «bouc émissaire», allant même jusqu’à revendiquer son innocence.

Ce jour-là, Mohcine Fikri n’avait pas l’intention de quitter le commissariat de la ville sans faire valoir ses droits, témoigne Abdelkader Dahmane, avant d’assurer qu’après s’être informé sur le responsable ayant dénoncé le défunt auprès des autorités, celles-ci ont cité le même homme. «C’est le chef du service de la Pêche maritime qui a appelé le camion-benne et qui est donc le véritable responsable de la mort de Mohcine», conclut-il son récit.

4 commentaires
pauvre justice
Auteur : bbram
Date : le 03 novembre 2016 à 09h16
voila comment notre justice fonctionne: il faut que des milliers de citoyens descendent dans la rue, pour qu'elle commence enfin a se réveiller, et encore.., si elle ne désigne pas des boucs émissaires pour épargner les vrais responsable, qui semble t-il restent au dessus de la loi!
ou alors il faudrait qu'elle attende les fameuses instructions royales pour se mettre a l’œuvre,
mais fonctionner d'elle même, ce pourquoi elle est faite, ça non!

les marocains ne se seraient pas fait chier a sortir dans la rue s'ils avaient confiance dans cette justice!
le pire serait que cette affaire soit enterrée avec le temps
Auteur : bedji
Date : le 02 novembre 2016 à 21h39
il faut rendre la justice au petit peuple et arrêter cette justice à 2 vitesses où les puissants feraient ce qu'ils veulent et les pauvres seraient harcelés car les choses pourraient vite déraper au Maroc.
Et quand ça dérape dans un pays c'est la catastrophe, on se rappelle quand ça a commencé mais les violences n'en finissent plus.

Il faut des règles et une autorité dans un pays, personne ne devrait dire le contraire mais il faut surtout une justice et des exécutants justes et indépendants. Au Maroc la Justice est nullissime et l'Administration est une catastrophe.
Alors oui y a pire que le Maroc... on se console comme on peut.

Que la mort de Mohcine, Paix à son âme, puisse servir à quelque chose de positif dans ce pays.

mohcine
Auteur : Riffi83
Date : le 02 novembre 2016 à 16h06
Le makhzen c'est l'ensemble des institution marocaines ,
La il s'agit d'une personne en particulier au sein du MAKHEN comme tu l'appelles qui fait défaut.
Evidemment c'est pas la seul , car la corruption est partout.

Mais on va pas pendre tout les marocains dans le cadre de cette affaire pour une poignée de salaud.

La corruption est partout et dans tous les pays du monde , bien sure au Maroc , elle est exacerbée mais c'est dans le sang des marocains , donc tu peux jeter en prison tous les gens en place , ceux qui prendront leur place agiront de la meme maniere.
On a mis plus de 50 ans pour éradiqué la corruption dans les administrations en France et on a toujours pas fini.



Moden
Auteur : ashabar
Date : le 02 novembre 2016 à 14h19
Alors Fatem, Moden, Punisher etc.... un commentaire, le Makhzen n'est pas défaillant, y a pas quelque chose qui cloche?
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com