En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Société Publié Le 30/09/2016 à 20h00

Agressions sexuelles des mineurs au Maroc : Un fléau de société aux multiples facettes

En «hausse exponentielle», pour reprendre l’expression fétiche des médias, la pédophilie au Maroc n’est peut-être plus un tabou de société. En témoigne les multiples cas révélés par la presse nationale et étrangère sur des mineurs violés au royaume, associant à tort le Maroc à un paradis pour pédophiles. Faut-il alors blâmer les médias, les parents ou encore les juges de certains tribunaux, dans un phénomène où chaque partie a sa part de responsabilité ? Eléments de réponse.

Photo d'illustration. / DR

Alors que les médias marocains font état de l’expulsion d’un journaliste italien et de son staff, venus tourner un reportage sur la pédophilie et le tourisme sexuel à Marrakech, un énième cas d’abus sexuel sur un enfant est évoqué ce vendredi par la presse. Un viol sur mineur se serait produit il y a quelques jours à Taroudant, au sud d’Agadir. Dans un établissement scolaire primaire, un professeur, âgé de 40 ans, pourtant figure parentale, aurait profité de la récréation pour agresser sexuellement une de ses élèves, qui vient à peine de souffler sa 8e bougie.

Ce vendredi, Khalid Cherkaoui Smouni, président de la Coalition contre les abus sexuels sur les enfants (COCASSE), a dénoncé dans une déclaration à nos confrères de Hespress «la souplesse du corps judiciaire». Le juge d’instruction de la cour d’appel d’Agadir aurait, selon ses propos, décidé de poursuivre l’enseignant en état de liberté provisoire. Le site d’information rapporte également le viol d’une petite fille âgée de 7 ans à Taroudant.

L'ONG, formée par plusieurs associations des droits de l'enfant, avait d'ailleurs publié l’année dernière un rapport dans lequel elle recense, sur la base de plaintes reçues, 360 cas d’agressions sexuelles sur des mineurs, commises entre 2010 et 2015. «69 % de ces enfants, généralement âgés de 5 à 14 ans, ont été abusés par un membre de leur famille», indique l’ONG, selon laquelle les voisins et les personnes inconnues arrivent aussi en tête des agresseurs. «Le Maroc serait devenu un paradis pour les pédophiles étrangers», ajoute-t-elle, citant Agadir, Marrakech, Essaouira, Tanger et Tétouan parmi les villes les plus touchées.

«Des lois qui restent souples à l’égard des agresseurs»

Du côté de la société civile, le combat est aujourd’hui mené contre l’interprétation des lois existantes par la justice. «Nous avons des lois qui peuvent incriminer les violeurs. La condamnation peut atteindre 30 ans de prison ferme. Mais il y a aussi des lois qui restent souples à l’égard des agresseurs», nous confie Mustapha Rachdi, avocat au barreau de Marrakech, également avocat de l’association «Touche pas à mon enfant». Lorsque nous lui faisons remarquer que cette peine est très rarement prononcée contre les violeurs, celui-ci nous invite à poser cette question aux juges et magistrats de certains tribunaux du Maroc. «Ce n’est que lorsqu’il y a une pression», précise l’avocat habitué de ce genre de dossiers, citant à titre d’exemple la médiatisation de ces affaires pour contraindre les juges à prononcer des peines satisfaisantes.

«Dans le cas de Khadija Souidi (la jeune femme qui s’est immolée par le feu en juillet dernier suite à un viol collectif, ndlr) par exemple, un des violeurs a été condamné à 20 ans de prison ferme», souligne notre interlocuteur, rappelant que ses violeurs avaient été libérés suite au jugement du tribunal de première instance de Ben Guérir. Mustapha Rachdi ne manque pas de faire état d’une hausse des cas de viol sur les mineurs. «Selon les plaintes que nous recevons, il y a une hausse, mais il faut savoir qu’on ne dit pas tout et qu’il y a des familles qui préfèrent ne plus en parler», déclare-t-il. Certaines familles retirent même les plaintes, et préfèrent régler l’affaire «à l’amiable».

Mais les cas de viol seraient-ils vraiment en hausse, comme le montrent les chiffres des associations ? Ali Chaabani, professeur et chercheur en sociologie, reste sceptique. «On ne peut pas parler de fléau ou de phénomène. C’est grâce à la presse, qui médiatise de plus de plus de cas, qu’on en parle souvent. Mais ces situations ne reflètent pas la réalité», nous explique-t-il. Le viol a toujours existé, et pas seulement au Maroc. «Quand un cas de viol est traité par tous les médias pendant une semaine, l’opinion publique a l’impression que la situation est inquiétante alors que ce n’est pas le cas», nous dit-il, avant d’évoquer les causes multiples et complexes du viol sur les mineurs.

Les parents, l'école et le système éducatif doivent assumer leurs responsabilités

Problèmes liés à la personnalité du violeur, comme les maladies psychologiques ou d’autres facteurs extérieurs, à l’instar de l’alcool ou des drogues, Ali Chaabani cite également des causes liées à l’environnement de la personne et l’existence de certaines valeurs ou la décadence morale. «Même la souplesse des lois peut contribuer à la hausse de ces cas. Il faut reconnaître que certains délinquants commettent ce genre de crimes pour retourner en prison, où ils ont beaucoup d’avantages en comparaison avec leurs situations en société», affirme-t-il.

Le sociologue fustige aussi l’arsenal juridique, qui reste «souple et flexible». Il rejoint l’avis de Mustapha Rachdi lorsqu’il affirme que «les peines maximales ne sont prononcées que lorsqu’il s’agit de victimes issues de milieux aisés ou de cas médiatisés. La majorité des personnes et surtout les pauvres restent toujours à l’écart». Autre cause indirecte du viol, l’absence de contrôle, de suivi et d’accompagnement des parents. «Certains parents sont tellement occupés qu’ils n’ont pas le temps d’être présents pour leurs enfants. Une négligence qui transformera ces enfants en proies faciles pour les pédophiles avec qui ils partagent le même quartier, voire le même immeuble ou la même maison», s’alarme-t-il. Avec ses répercussions négatives sur l’enfant, le viol est une situation qui laissera des séquelles et qui «ne s’effacera jamais de la mémoire de l’enfant», précise le sociologue. «La psychologie de l’enfant sera détruite et son équilibre psychique et émotionnel seront également gravement affectés.»

En l’absence de solutions radicales, Ali Chaabani formule quelques préconisations afin de lutter contre l’apparition de nouveaux cas. «Pour les familles, elles doivent veiller à protéger leurs enfants et prendre soins d’eux, bien les élever, bien les éduquer et leur enseigner les bonnes valeurs qui pourront leur éviter ce genre de situation», nous dit-il. Et de noter que «les parents doivent savoir que leurs enfants sont confrontés à des dangers dans n’importe quelle situation et à n’importe quel moment», rappelle-t-il.

L’école, «qui constitue une prolongation de la famille», doit aussi prendre ses responsabilités. «Quand l’école et le système éducatif rempliront aussi leurs obligations et leurs engagements, nous aurons beaucoup plus de chances d’éviter de nouveaux cas», insiste-t-il.

Article modifié le 30.09.2016 à 20h03

1 commentaire
odieux!
Auteur : yamariam
Date : le 01 octobre 2016 à 15h49
Si les marocains s'achetaient un peu de dignité, réclamaient la Shari3a et exécutaient cette merdasse de bourreaux d'enfants, le Maroc ne serait plus MONDIALEMENT connu pour la prostitution et le viol d'enfants!

"En liberté provisoire"!!!! Vous vous foutez de qui?
On devrait empaler à mort les juges qui prennent ces décisions contre des enveloppes de fric!
Leur mettre un gros tourne broche ardent dans le cul et leur perforer leur crâne d'hypocrite avec!
Il ferait plus respirable dans ce monde!
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com