Menu

Société   Publié

Fatima Baraka, la MRE d’Australie au chevet des enfants marocains atteints de maladies rares

En voulant contribuer à changer positivement la vie d’un enfant malade, Fatima Baraka a également participé à changer la vie de toute une famille ainsi que la sienne. Décorée le 30 juillet dernier par le roi Mohammed VI, après l’opération réussie en Australie de Yahya, le petit Marocain sans visage, elle entend répéter l’expérience au bénéfice d’autres enfants marocains malades. Portrait.

Temps de lecture: 3'
DR

Ces trois dernières années, le cœur de Fatima Baraka a presque battu au rythme de celui de Yahya El Jabali, le petit garçon sans visage qui s’est fait opéré avec succès en Australie en février 2015, après une mobilisation internationale initiée par Fatima.

De retour au Maroc depuis fin mars, Yahya profite désormais de la vie un peu comme tous les enfants de son âge. «Son état s’est nettement amélioré. Son visage a retrouvé un aspect plus normal. Il peut boire normalement, manger, marcher,… il peut même sortir prendre l’air», indique Fatima dans un entretien avec Yabiladi. Et là, ce n’est pas seulement la vie de Yahya qui a changé. «Ses parents aussi sont heureux, leur vie est devenu plus facile», confie la MRE. Et elle-même dans tout ça ? Eh bien à l’occasion de la fête du Trône 2016, Fatima Baraka a été décorée par le roi Mohammed VI du Wissam Al Moukafaâ Al Watania de 3e classe (Officier).

«Je me suis sentie très honorée, c’était une grosse surprise pour moi, parce que quand j’aidais Yahya, je ne m’attendais pas à ça. J’étais franchement très touchée», nous confie-t-elle.

De Tanger à Melbourne

Née à Tardan dans la province de Larache, c’est à Tanger que Fatima passe les premières années de son enfance entourée de sa sœur et ses deux frères. La famille immigre en Australie, plus précisément à Melbourne quand elle a 9 ans. Elle vit paisiblement même si «l’ambiance du Maroc» lui manque. «Je trouvais les rues gigantesques et belles, mais elles étaient presque toujours vides et tout était calme. Ce n’était pas comme au Maroc où les enfants jouent, chahutent …», raconte-t-elle amusée.

Mais à cette vie, Fatima s’habituera très vite. Passionnée d’artisanat marocain, elle décide, après ses études, de se consacrer à l’importation en Australie de produits artisanaux marocains. Une activité à laquelle elle s’adonnera pendant une quinzaine d'années, avant de «prendre sa retraite», pour emprunter ses mots.

''Il faut que tu fasses quelque chose pour les enfants malades''

Egalement très portée sur les œuvres caritatives, Fatima a le cœur brisé le jour où elle découvre sur internet le SOS des proches de Yahya. A ce moment, une seule pensée la hante : ‘’il faut que tu fasses quelque chose‘’. «Je savais qu’il ne pouvait pas obtenir l’aide dont il avait besoin au Maroc, parce que sa maladie était très rare et très sévère. De plus, très peu d’hôpitaux à travers le monde sont à même de traiter ce type de cas. En Australie par exemple, il n’y en a que deux», explique-t-elle.

Le travail de communication a duré un an et demi. «C’était difficile parce qu’il fallait rassembler l’argent nécessaire pour son déplacement et ses soins, chercher les hôpitaux et médecins à même de s’occuper de lui», détaille la MRE.

Vers la création d'une fondation ?

Aujourd’hui, cette expérience est une fierté pour elle : «participer à changer la vie de quelqu’un est tout à fait extraordinaire. Je me sens vraiment bénie». Et ce sentiment, Fatima le souhaite à tous, c’est d’ailleurs sa seconde motivation dans cet engagement. «Trop d’enfants sont dans le besoin au Maroc. Je me dis que si je mets la main à la patte, cela pourrait inspirer d’autres personnes à aider les nécessiteux», dit-elle avant de nuancer : «bien sûr, il y en a qui le font déjà, mais c’est qu’il faut le faire davantage. Nous voyons bien avec le cas de Yahya que les besoins sont parfois énormes».

Travailleuse et déterminée, Fatima Baraka veut continuer de donner le meilleur pour les enfants atteints de maladies rares au Maroc. Elle a pour projet la création d'une association ou une fondation dédiée. «En Australie, il y a les hôpitaux et les médecins aux compétences pour les cas compliqués. Le principal défi reste d’ordre financier. Mais nous avons vu avec Yahya que main dans la main, on peut faire de grandes choses.»

Bientôt un nouveau bénéficiaire des soins australiens

Dans son pays d'accueil en effet, une somme équivalente à 418 000 dirhams avait été récoltée en faveur de Yahya, par la communauté marocaine. Le petit avait également reçu un énorme soutien de la part des Australiens, dont notamment les médecins qui l’avaient opéré gratuitement. «Ce sont des gens très généreux de nature», souligne Fatima.

En attendant de créer son organisation, cette MRE est déjà sur la piste d’un autre enfant, cette fois dans la région de Rabat. Il est atteint d’une maladie génétique. Et de confier : «j’espère que lui aussi, ainsi que sa famille pourront connaitre des jours heureux».

Article modifié le 21.08.2016 à 17h49

AVEC MES HOMMAGES , MERCI !
Auteur : DR IDRISSI MY AHMED
Date : le 21 août 2016 à 16h25
BIENVENUE MADAME A

http://myasthenie.forumactif.com/f8-des-amis-face-a-la-myasthenie


ADHEREZ A L'AAMM

http://myasthenie.forumactif.com/t1400-adhesion-a-l-association-des-myastheniques-aamm

POUR LANCER SON

Centre de Référence Régional des Maladies Neuromusculaires et Rares

0537376330 Maroc
Bel acte d'humanité
Auteur : hautatlas_14593
Date : le 21 août 2016 à 15h16
Une belle image de notre peuple, et de nos MRE. Une belle expression de la générosité Australienne aussi.
Merci pour ce bel acte d'humanité.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate