Menu

Société Publié

Irak : Un détenu marocain attend depuis 5 mois la réponse de Rabat pour son rapatriement

Détenu en Irak, un Marocain attend depuis cinq mois que les autorités marocaines lancent les procédures pour son rapatriement. Une ONG exhorte le gouvernement à accélérer les opérations. Selon un bilan de l’association, basée à Tanger, six autres marocains se trouveraient actuellement dans les geôles irakiennes.

Temps de lecture: 2'
DR

Ezzedine Boujnane est un Marocain détenu en Irak depuis 2004. «Il aurait dû être libéré il y a plus de cinq mois après avoir purgé la totalité de sa peine», nous confie Abdelaziz Bekkali, secrétaire général de la Coordination des familles des prisonniers et des disparus marocains en Irak. Mais le sort de sa libération est suspendu à sa demande de rapatriement de Bagdad, à laquelle Rabat n’a pas encore donné suite. «La réponse tarde à venir», explique-t-il.

Basée à Tanger, l’ONG invite le gouvernement marocain à accélérer les procédures de rapatriement d’Ezzedine Boujnane, arrêté en 2004 pour être entré illégalement en Irak. Il avait été condamné la même année à 15 ans de prison. La Coordination exhorte les ministères de la Justice et des libertés et des Affaires étrangères à agir pour le retour du Marocain. Le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) et la société civile ont également été sollicités.

En 2012, Saâdeddine El Othmani avait saisi son homologue irakien

Abdelaziz Bekkali dit craindre que le dossier de Boujnane ne subisse le même sort que celui d’Abdeslam Bekkali. Condamné en Irak pour terrorisme, ce dernier devrait être rapatrié au royaume en 2011 ; faute d’une réaction de Rabat, il est toujours incarcéré à Bagdad.

La dernière intervention gouvernementale, toutefois timide, en faveur des détenus marocains en Irak est à mettre sur le compte de l’ancien ministre des Affaires étrangères, Saâdeddine El Othmani. En août 2012, le PJDiste avait adressé une lettre à son homologue, Hochiar Zebari, au sujet d’un éventuel transfert des prisonniers marocains incarcérés en Irak vers leur pays d'origine.

Au total, six détenus marocains se trouvent dans ce pays, précise Abdelaziz Bekkali. Ils sont en majorité originaires du Nord et ont été condamnés pour des activités djihadistes. Plusieurs ressortissants du royaume avaient rejoint les groupes liés à Al-Qaïda juste après la chute du régime du président Saddam Hussein en mars 2003. Certains avaient même mené des opérations suicides contre les forces de la coalition sous commandement américain, comme l’attentat de novembre 2003 lors duquel un camion piégé conduit par un natif de Tétouan avait explosé devant la base militaire italienne de Nassiriyah. Il avait fait 32 morts dont 19 Italiens.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate