Menu

Politique Publié

Affaire du wali de Rabat : La Chambre des représentants esquive le débat

Contrairement à ce qu’ils avaient annoncé sur les réseaux sociaux et dans la presse, des représentants de la majorité et de l’opposition se sont abstenus de soulever l’affaire de l’acquisition par le wali de Rabat, entre autres, d’un lot de terrain à des prix défiant toute concurrence. Ils ont préféré éviter de s’aventurer sur un terrain glissant.  

Temps de lecture: 2'
Aucun parlementaire n’a pris la parole concernant l'affaire du wali de Rabat. / Ph. Archive - DR

L’agitation de certains représentants après l’éclatement de l’affaire du wali de Rabat n’a pas dépassé le cercle des réseaux sociaux. Aucun parlementaire, de l’opposition comme de la majorité, n’a pris la parole dans le cadre du «point d’ordre» lors de la session hebdomadaire des questions orales tenue cet après-midi pour soulever l’acquisition par Abdelouafi Laftit d’un lot de terrain de plus de 3 000 mètres carré à 350 dirhams le mètre carré

L’élu Istiqlal Abdellah Ben Hamza a annoncé depuis sa page Facebook sa «maladie» et par conséquent son «incapacité» à assister à la séance de ce mardi à la Chambre des représentants. Du côté de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), Hassan Tarek a également préféré jouer le jeu de la chaise vide. Tous les deux ont pourtant été très actifs lors de la couverture de l’affaire par la machine médiatique, auxquels les réseaux sociaux sont naturellement venus prêter main forte. Son camarade Mehdi Mezouari, qui a adressé dimanche 24 juillet une question écrite au chef du gouvernement sur le même sujet, n’était pas présent non plus lors de la session hebdomadaire.

Un silence concerté

Leur mot d’ordre ? Silence. Cela s’explique sans doute par la présence sur la liste des bénéficiaires de membres des partis de l’USFP (Driss Lachgar, le premier secrétaire et Habib El Malki, le président de la commission administrative du parti) et de l’Istiqlal (Taoufiq Hejira, ancien ministre de l’Habitat sous les gouvernements Driss Jettou et Abbas El Fassi et Bouomar Taghouan, ex-ministre de l’Equipement et des Transports sous le gouvernement Youssoufi I).

Les parlementaires de la Lampe ne font guère mieux que leurs homologues de la Rose ou de la Balance. Le très controversé Abdelaziz Aftati n’a quasiment pas pris la parole, se contentant d’adresser deux questions écrites aux ministres concernés, au même titre que son «frère» Mohamed Yatim. Les islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD) se sont quant à eux pliés aux injonctions du secrétaire général Abdelilah Benkirane, préférant éviter de soulever l’affaire.

Thomas Hobbes
Auteur : sidi_babar
Date : le 02 août 2016 à 08h35
L'HOMME EST LOUP POUR L'HOMME

LEVIATAN
pas responsable Benkirane ?!
Auteur : yassy37
Date : le 29 juillet 2016 à 11h23
Faux :)

Bon, pour commencer le Wali a signé le l'acte d'achat le 28/01/2016 . Acte qui a subit "Attahfidh" le 03/02/2016...

Il me semble que Benkirane était déjà au pouvoir à ce moment et depuis quelques années déjà

Maintenant que Benkirane sait tout ça : qu'attend-t-il pour abroger ce décret "immoral" ?

Je prends le pari qu'il n'en fera RIEN en espérant que l'avenir me contredira.

Silence du Roi ? ? ? .
Auteur : Oujdaoui.
Date : le 29 juillet 2016 à 08h51
Pourquoi notre Amir Elmouminimes n'intervient il pas pour faire un peut de ménage envers ces grands corrompus et corrupteurs et dire que cette affaire ne date pas d'hier .
Allah Ihatame el mounafiquines
du vieux
Auteur : majus
Date : le 29 juillet 2016 à 01h07
il faut souligner que les sieurs qui ont acqui ces terrain l ont fait avant que benkirane ne prenne * le pouvoir* donc je suppose qu il n a pas a s immiscer dans du vieux pour faire du nouveau !!!! qu a t il signe pour qu on lui cole ce bazard sur le dos ?? il n est pire avengle que celui qui ne veut voir dit l adage !
les loups
Auteur : skin-jbeer
Date : le 28 juillet 2016 à 02h05
les loups ne se mangent pas entre eux
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate