Menu

Politique Publié

Melilla : Juan José Imbroda accuse la Commission islamique de travailler pour le Maroc

A quelques semaines de l’Aïd El Kebir, le gouvernement de Melilla a décidé d’interdire l’importation de moutons du Maroc en prévention de la fièvre aphteuse qui a touché la région de l'Oriental l’année dernière. Le porte-parole de la Commission islamique de Melilla (CIM) y voit une manigance visant à favoriser les éleveurs de la péninsule ibérique. Des déclarations qui ont suscité une levée de boucliers du côté de l'exécutif de l’enclave.  

Temps de lecture: 2'
Juan José Imbroda, président de Melilla. / DR

«La Commission islamique de Melilla (CIM) semble travailler pour le Maroc plutôt que pour l'Espagne.» Une déclaration signée par le président de Melilla Juan José Imbroda devant un parterre de journalistes lundi 25 juillet, rapporte l'agence EFE.

Le chef de l’exécutif a fait part de son mécontentement suite à la sortie médiatique ce week-end du porte-parole de la CIM, Samir Mohamed Tieb qui réagissait à l’interdiction d’importer des moutons du Maroc pour l’Aïd El Kebir, célébré en septembre prochain. Il y aurait derrière la décision du gouvernement une «main noire» ainsi qu’une poignée d’entrepreneurs qui «essaient de faire l'affaire du siècle en important des agneaux de la péninsule ibérique», estime ce responsable religieux. Les éleveurs de Nador, qui fournissent habituellement des moutons à l'occasion de l’Aïd, «trouveront forcément le moyen de contourner la mesure instaurée par les autorités de Melilla», a-t-il avancé.

Des déclarations qui trahissent «la collaboration du CIM avec le Maroc», d’après Juan José Imbroda, qui a démenti toute manigance interne de la part du gouvernement et des opérateurs espagnols pointés du doigt par Samir Mohamed Tieb. Le président de Melilla accuse également la Commission de «faire de la politique au lieu de jouer son rôle de soutien de la religion islamique dans la ville». Ce dernier a annoncé un «réexamen» des relations entre le gouvernement local et la CIM, ce «à tous les niveaux». Et de marteler : «quand je dis ‘à tous les niveaux’, c’est absolument tous les niveaux».

Désolidarisation de la CIM

La Coalition pour Melilla (CPM), un parti majoritairement musulman a cependant pris la défense de la CIM, estimant que l’instance religieuse n’a pas pour objectif de «menacer le gouvernement de Melilla, mais souhaite peut-être porter à la connaissance de tous que des commerçants trouveront forcément le moyen de contourner les mesures mises en places pour interdire l’importation des moutons marocains».

Au sein même de la Commission, certains n’ont pas hésité à se désolidariser de Samir Mohamed Tieb. «Les accusations proférées par le porte-parole ne représentent pas le point de vue de l’ensemble des membres de la CIM», a déclaré l’un de ses anciens présidents au site d'information espagnol El Faro qui siège toujours au conseil d’administration. La Commission devrait se réunir aujourd'hui.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate