Menu

Environnement Publié

Déchets italiens : La ministre de l’Environnement lâchée par les députés du PJD

Durant plus de 40 minutes, les déchets italiens ont été au cœur d’un débat tendu à la Chambre des représentants. La ministre de l’Environnement était isolée et même lâchée par les députés du PJD.

 

Temps de lecture: 2'
Hakima El Haité, ministre chargé de l'Environnement / DR

La ministre déléguée chargée de l’Environnement a été, à son corps défendant, la vedette de la séance des questions orales à la Chambre des représentants cet après-midi. Sept questions, émanant de groupes de la majorité et de l’opposition, sur l’affaire des déchets étaient à l’ordre du jour. Dans sa réponse, Hakima El Haité a parlé d’«alternatives industrielles» destinées à «être valorisées» au Maroc, soulignant que la cargaison de 2.500 tonnes est conforme à la «Convention de Bâle de 1995».

La ministre a répété que son département a reçu 19 documents de la part de l’exportateur italien garantissant la «non-dangerosité» des déchets. «Une étape suivie par des analyses réalisées par un laboratoire agrée auprès de l’Union européenne, hors d’Italie, pour vérifier celles de la partie italienne», a-t-elle enchainé.

Dans sa plaidoirie, Mme El Haité a vanté les mérites de l’incinération des déchets au Maroc, estimant qu’elle participe à la politique du gouvernement de réduire la dépendance à l’énergie fossile.

Des «tirs-amis» de la part des députés PJD

Force est de constater que les arguments énoncés par la ministre n’ont guère convaincu les députés islamistes. Durant plus d’une quarantaine de minutes de débat, parfois houleux, la ministre de l’Environnement était isolée. Les députés du PJD, endossant la casquette de l’opposition, se sont complétement désolidarisés avec Mme Hakima El Haité, issue du Mouvement populaire, une composante de la majorité.

Abdellah Bouanou a même demandé le renvoi immédiat de la cargaison des 2.500 tonnes de déchets vers leur pays d’origine sans attendre les conclusions du rapport d'un laboratoire de l’UE. «C’est une question de souveraineté», a-t-il précisé. D’autres élus de la Lampe ont exprimé la même position, déplorant que la ville de Safi ne mérite pas de devenir une «décharge» pour déchets italiens. Et de rappeler que la région souffre déjà des conséquences du transfert du projet industriel chinois vers Tanger.

La position des PJDistes n’étonne pas. Elle n’est qu’une expression de plus des relations conflictuelles entre la ministre déléguée de l’Environnement et son supérieur hiérarchique le ministre Abdellah Amara issu du parti la Lampe.

Au terme du débat, Mme Hakima El Haité s’est dite favorable à la constitution d’une commission d’enquête parlementaire sur cette affaire.

Il y aurait ue explication, une simple hypothèse
Auteur : FATEM95
Date : le 12 juillet 2016 à 19h58
A mon avis l'affaire est complexe. C'est certain qu'il y a quelque chose d'inavouable, sinon dès le premier jour tout aurait été mis sur la table clairement et la l'affaire aurait été dégonflée. Je pense qu'il y a deux affaires, des déchets "en règle" et d'autres qui ne le sont pas. Probablement que le gouvernement que le gouvernement a accepté (ce fameux accord de 2015) de récupérer des déchets et qu'il n'a pas (par incompétence) mesuré la portée cet accord. Aujourd'hui on a reçu une partie de ces déchets. Seulement une partie (importante ?) est toxique mais rentre tout de même dans l'accord.
Quand on pose la question, on nous met en avant la part qui n'est pas toxique et on temporise pour trouver une solution pour le reste. Si tant est qu'il y ait une solution. c'est mon hypothèse. Si elle est vérifiée, on est mal barrés. Et surtout de quoi faire sauter tout le gouvernement.
C'est une faute
Auteur : durzy
Date : le 12 juillet 2016 à 19h27
Une lourde faute Madame la ministre. Ayez un peu d'honneur et démissionnez. Vous n'êtes pas à la hauteur du job et ce n'est pas votre première gaffe. On mérite mieux.
Sinon, en termes de déchet, j'ai mieux à vous proposer : En ce moment, AREVA (en France) ne sait quoi faire de ses déchets radioactifs, proposez leur des terrains d'enfouissement au MAROC, je n'ai pas besoin de vous dire que l'entreprise vous proposera un sacré PRIX. Pour faire passer la pilule, vous pouvez justifier la transaction en soulignant l'expertise scientifique marocaine quant au traitement des déchets radioactifs. Une expertise, qui, évidemment nous n'avons pas. Vous aurez toujours des âmes stupides pour vous croire.
Madame la ministre, vos arguments sont une insulte à l'intelligence des femmes et des hommes marocains, qui, pour l'instant, ne disent rien. Par vos agissements et vos incompétences, vous êtes en train de nourrir un sentiment d'injustice et de frustration. Du haut de votre poste, vous avez le droit de faire n'importe quoi, votre place sera chaudement gardée. Ça s'appelle de l'IMPUNITE et il n'y a rien de pire.
PARTEZ s'il vous plait et laissez nous rêver et espérer un nouveau MAROC. Le mien et celui de millions de marocains, travailleurs, honnêtes, justes et fiers. Un MAROC qui n'est certainement pas le votre.
Je ne vous salue pas et ne vous souhaite pas bon courage.
A jamais Madame la MDI ( Ministre des Déchets Importés).

y a un os quelque part...
Auteur : Tawfik56
Date : le 12 juillet 2016 à 18h30
- Si les RDF sont importés de Pescara/Toscane de la société DECO spa et non plus de Campanie
- Si les cimentiers ont procédé aux investissements pour mettre leurs incinérateurs aux normes (avec filtres adaptés et moyens de traiter les gaz toxiques) ainsi que toute la chaîne de récupération des déchets solides (mâchefer) aux normes...
- Si la traçabilité est garantie, appuyée par des analyses rigoureuses de labos indépendants et certifiés sur l'ensemble de la cargaison...
- Si des analyses de contrôle post combustion (sur la nature des poussières fines et gaz qui s'échappent) sont réalisées régulièrement...
Alors il n'y a plus de raisons de polémiquer ou d'empêcher des industriels (de quel droit?) de profiter de l'aubaine que sont les RDF, en important des combustibles dérivés des déchets tout en se faisant rémunérer.

En revanche ce qui est louche:
1/La ministre affirme qu'elle n'a pas encore autorisé l'incinération et que la cargaison se trouve à Bouskoura...Or selon des sources sûres les balles ont bien déjà été déchargée à El Jadida et déjà en partie incinérée (d'ailleurs le départ de la polémique vient en partie des dockers jdidis qui ont refusé de décharger!!).
2/Pourquoi la ministre n'a pas coupé court à la polémique dès le départ en apportant un démenti à la 1° pétition qui disait que les RDF provenait de Taverne del Re/Campanie connue pour le scandale de la gestion des déchets et des millions de tonnes de RDF impropres stockés et toujours interdits de combustion sur le sol europeen!!

Ce cafouillage accompagné du silence assoudissant des ténors de la politique doit avoir des raisons...Que dire aussi de l'importation en parralèle de France de 3000 tonnes de RDF alors que le deal italiens portait à l'origine sur 5millions de tonnes de RDF donc largement suffisant pour couvrir les besoins des cimenteries durant qqes années! y a t-il eu marche arrière par rapport au deal Napolitain en raison de la polémique qui enflait au profit du groupe toscan Deco qui a meilleure réputation?
Ou encore, s'agit-il de faire disparaître cette 1° cargaison à problèmes de 2500 tonnes de RDF provenant de ce fameux lot impropre napolitain? et qu'il s'agit vite de camoufler maintenant que la polémique enfle, par l'arrivage d'un lot sain provenant de France? ...seule explication de ce cafouillage, rétropédalage et nombreuses incohérences dans la com ministérielle.
Dont acte
Auteur : FATEM95
Date : le 12 juillet 2016 à 17h22
Une bonne chose que l'affaire soit au parlement. mais ce n'est pas une raison pour que les islamistes se "lavent" de leurs responsabilités. Il faut que tous les fautifs payent à commencer par le chef de gouvernement.

Maintenant il faut des données claires sur la toxicité des déchets qui doivent de toute façon être renvoyés à l'envoyeur.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate