Menu

Société Publié

La situation des immigrées marocaines à Madrid

Le journaliste et sociologue marocain Mohamed Boundi et le philologue et président de l'Association de Solidarité pour l'Intégration sociale de l'Immigré (SISI), Hassan Arabi, viennent de publier une étude sociologique sur la situation de la femme marocaine dans la communauté de Madrid. Cette enquête, réalisée entre mai et octobre 2010, décrit les profils de la gent féminine marocaine résidant dans la capitale espagnole.

Temps de lecture: 2'
Couverture d l'ouvrage en question

Le journaliste et sociologue marocain Mohamed Boundi et le philologue et président de l'Association de Solidarité pour l'Intégration sociale de l'Immigré (SISI), Hassan Arabi, viennent de publier une étude sociologique sur la situation de la femme marocaine dans la communauté de Madrid. Cette enquête, réalisée entre mai et octobre 2010, décrit les profils de la gent féminine marocaine résidant dans la capitale espagnole.

«La femme marocaine dans la communauté autonome de Madrid : convivialité et participation sociale» est le nom de l’ouvrage publié par la maison d’édition «Diwan». Selon les auteurs de l’étude, plus de la majorité des femmes interviewées préfère renoncer au mariage. En effet, 58% d’entre elles souhaite vivre indépendamment pour ne pas trop dépendre des hommes. Solution, selon elles, pour être plus à l’aise dans la recherche du travail et dans le soutien de la famille laissée au Maroc. Ce constat est illustré par la prédominance de femmes célibataires dans ce milieu. Ainsi, 29% sont célibataires, 22% divorcées ou séparées et 7% sont veuves.

Chômage et précarité

A Madrid, le chômage frappe de plein fouet la gent féminine marocaine. 59% de ces femmes ont affirmé, au cours de cette enquête, ne pas exercer une activité économique. Ce pourcentage dépasse de loin le taux actuel du chômage en Espagne qui s’élevait à 20,8%, en septembre 2010, selon l'Institut National de la Statistique (INE).

Les femmes qui réussissent malgré tout à décrocher un emploi vivent souvent difficilement. Selon les conclusions de cette étude, environ 83% de femmes occupent des emplois précaires, des postes souvent délaissés par la main d’œuvre locale. 55 % disent exercer le métier de domestique, 14% doivent garder des enfants, pendant que 13% d’entre elles s’occupent des personnes du troisième âge. Par ailleurs, 14% travaillent dans le secteur hôtelier ou dans le milieu administratif tandis qu'une infime partie se consacre à l'agriculture.

Désir d’intégration

Ces Marocaines affichent en général leur satisfaction à résider dans la capitale espagnole. Elles n’hésitent pas à apprendre l’espagnol et à participer à des activités ayant trait à leur localité. Plus d’un tiers ne voit aucun inconvénient à vivre en Espagne alors qu’un quart d’entre elles pense le contraire.

La majorité des immigrées marocaines à Madrid estime ne pas faire l’objet de mauvais comportements aussi bien chez leurs employeurs que dans la rue, même si 20,5 % disent rencontrer des difficultés. Ces obstacles ont pour nom : insultes, l’harcèlement sexuel, discrimination en fonction de l’origine, la façon de se vêtir ou la nationalité.

Il faut rappeler aussi que, le 28 janvier dernier, une étude portant sur le thème « La migration circulaire féminine, vecteur de développement» a été présentée à Rabat. Ce travail s’était intéressé aux conditions de vie des saisonnières marocaines en Espagne avait déjà levé un coin du voile sur les profils de ces dernières. Il s’agissait de femmes issues des milieux défavorisés qui percevaient des salaires dix fois supérieurs à ceux en vigueur au Maroc, pour la même activité.

IMMIGRES EN ESPAGNE
Auteur : LA BRUYERE
Date : le 27 février 2011 à 13h31
Cela devient lassant. En ce qui concerne les immigrés - surtout d'origine du maghreb, c'est toujours le même discours. Leur pays d'accueil est toujours décrit comme le bourreau et le concerné, comme le gentil...
Bizarre, en ce qui concerne les femmes mariées marocaines, à des marocains, on ne parte pas du despotisme des maris qui empêchent leur femmes d'avoir un travail et de s'intégrer dans la société.
Dernière modification le 27/02/2011 13:33
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com