Menu

Finance Publié

Libye contre Goldman Sachs et voyages de joie au Maroc : Le procès s'est ouvert lundi

Temps de lecture: 1'
Les bureaux de Goldman Sachs à la Bourse de New York, le 24 juillet 2009. / Ph. AFP Chris Hondros

Le procès intenté contre Goldman Sachs par la Libyan investment authority (LIA) s’est ouvert lundi 13 juin devant la Cour suprême de Londres, indique The Guardian. La banque d’investissement américaine est accusé d’avoir embauché des prostituées pour inciter plusieurs membres de la LIA, lors d’un séjour au Maroc, à investir sur des produits dérivés complexes. La firme aurait également loué des jets privés et des yachts pour y tenir des réunions d’affaires, et réglé des notes de frais dans des hôtels cinq étoiles.

«M. Kabbaj a emmené Haitem Zarti (le frère de Mustafa Zarti, anciennement directeur adjoint de la LIA, ndlr) en vacances au Maroc à diverses occasions. Il l’a également convié à Dubaï pour participer à une réunion d’affaires, avec billets d’avion en classe affaires et hébergement dans un hôtel cinq étoiles, payés par Goldman Sachs. Les documents divulgués par Goldman Sachs montrent qu’au cours de ce voyage, M. Kabbaj est allé jusqu’à prendre des dispositions pour engager deux prostituées pour eux deux afin de s’amuser le temps d’une soirée», d’après l’argumentaire déployé par la LIA devant la Cour suprême.

En 2014, le fonds souverain libyen chargé de gérer les revenus pétroliers du pays avait entamé une procédure judiciaire contre le géant Goldman Sachs, l’accusant d’avoir «délibérément exploité» l'inexpérience de ses responsables pour empocher 350 millions de dollars de profit sur une série de transactions d’une valeur d’un milliard de dollars.

Une transaction fallacieuse effectuée par l’intermédiaire de deux ex-dirigeants, le Marocain Youssef Kabbaj, ancien responsable Moyen-Orient et Afrique du Nord de la banque et le Maroco-australien Driss Ben-Brahim, chef de la division des marchés émergents.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com