Menu

Archive Histoire Publié

Quand Abdelkrim El Khattabi inspirait un hymne militaire espagnol

Le 1er juin 2012, le gouvernement espagnol adoptait un décret royal accordant la Croix Laureada de San Fernando, la plus haute distinction pour les militaires, à l’ensemble des membres du régiment des Chasseurs d’Alcantara qui avait essuyé une cuisante défaite, lors de la bataille d’Anoual. De ce revers, des légionnaires en ont fait une chanson.

Temps de lecture: 2'
DR

Mohamed Abdelkrim El Khattabi continue de hanter la mémoire des militaires espagnols. La défaite, en juillet 1921 à Anoual, des 60 000 hommes du général Sylvestre face aux tribus rifaines avait donné naissance à un hymne militaire baptisé «la fiancée du légionnaire». Les légionnaires de l’armée du roi Alphonse XIII encore présents sur le territoire marocain ont rapidement pris l’habitude d’entonner ce chant.

L’hymne vieux de près d'un siècle, et dont l’auteur est inconnu, a été au menu d’un concert musical, donné le soir du 26 mai 2016, dans un théâtre à Madrid, où se sont côtoyés les airs militaires et les rythmes de flamenco. Il est difficile de donner la date exacte de l’écriture des paroles de la chanson. Le quotidien ABC la situe entre les années 20 et 30 du 20e siècle, probablement après la bataille d’Anoual.

«El Barranco del Lobo» une autre déroute espagnole au Rif

Les paroles étaient essentiellement destinées à doper le moral en berne des soldats espagnols en prévision d’autres batailles en se moquant du leader rifain. Le texte décrit El Khattabi comme étant mort et demandant pardon à Dieu. C’est alors que Pierre –un des premiers apôtres de Jésus- lui lance «demande plutôt pardon aux légionnaires». Cette thérapie visant à faire oublier les revers militaires en employant la satire et les vers a été presque une tradition dans l’armée espagnole. A chaque fois qu’elle a perdu une confrontation face aux rifains, le procédé était le même affirme ABC.

Bien avant le «Désastre d’Anoual», comme le qualifient les historiens et les médias du côté de Madrid, les soldats du voisin du nord, conduits par le général Guillermo Pinots, avaient subi une lourde défaite lors de la bataille du «Barranco del Lobo» (Le Ravin du loup). Les pertes humaines dans les rangs des militaires espagnols sont estimées à 1000 soldats.

Alertée par l’avancée des rifains vers Melilla, le gouvernement d’Antonio Maura (un civil) avait décidé de boucler complétement la ville en dépêchant 40 000 soldats sur place alors qu'au même moment il réprimait dans le sang des manifestations à Barcelone. Là aussi, pour panser les plaies de la défaite, une chanson portant le nom d'«El Barranco del Lobo» a été crée. Elle devenue très populaire au point d’être chantée dans les écoles explique encore ABC.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate