Menu

Article

Législatives : Ilyas El Omari joue son atout amazigh

Des Amazighs ont rejoint la petite formation : Parti du renouveau et d’équité. Une adhésion qui intervient après la tenue d’une seule réunion à Agadir. Le PAM serait à l’origine de cette fusion. Une manoeuvre destinée à barrer la route au PJD, notamment dans les circonscriptions rurales.

Publié
Ilyas El Omari, secrétaire général du PAM / DR
Temps de lecture: 2'

A l’abri des regards des médias, le Parti du renouveau et de l’équité, une petite formation, se prépare aux législatives du 7 octobre. Le PRE, qui compte seulement deux sièges dans l’actuelle composition de la Chambre des représentants, a connu l’arrivée de nouveaux renforts, issus d’associations amazighes, d’anciens membres du Mouvement populaire et d’ex-militants du parti démocrate amazigh marocain (PADM), dissout en avril 2008 sur décision du tribunal administratif de Rabat.

«Une opération purement électoraliste destinée essentiellement à booster les chances du PRE au prochain scrutin», nous confie une source ayant requis l'anonymat. La baisse du seuil pour les listes locales de 6 à 3% devrait permettre au PRE de grignoter quelques sièges, notamment dans les circonscriptions où se concentre un électorat amazighophone.

La main du PAM ?

Cette recomposition partiale du champ politique aurait été initié par le PAM. «Le Tracteur entend récupérer les revendications du mouvement associatif amazigh à des fins politiques», explique la même source. La formation d’Ilyas El Omari avait organisé, en février, à la Chambre des conseillers que préside le PAMiste Hakim Benchemach, une réunion sur le retard pris dans l’adoption de la loi organique sur l’officialisation de la langue amazighe.

Une rencontre à laquelle était conviée bon nombre d’associations berbérophones. Ce regain d’intérêt pour le sujet semble être dicté par l'approche des élections législatives. En effet, il y a 3 ans, le PAM avait reçu un texte pouvant servir à une proposition de loi sur l’opérationnalisation de l’article 5 de la constitution, mais cela n'avait suscité que très peu d'intérêt.

Il y a deux jours, Ilyas El Omari a affiché son ambition de diriger le prochain gouvernement. Mais il faudra pour cela arriver en tête des élections législatives. En dopant les rangs de certaines petites formations politiques, il prépare les alliances futures tout en affaiblissant les partis de la majorité gouvernementale. Ce petit coup de pouce innatendu pour le Parti du renouveau et de l’équité est appelé à se répéter pour d'autres petites formations d’ici l’échéance du 7 octobre.  

Soyez le premier à donner votre avis...
Non au communautarisme.
Auteur : fora
Date : le 28 avril 2016 à 11h26
C scandaleux, le communautarisme est très dangereux, Il faut éviter à tout prix cela.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com