Menu

Culture Publié

Belgique : Miné par les difficultés financières, le centre Daarkom va rendre les clés de La Gaité

C’était le premier culturel marocain à l’étranger et avait pris ses quartiers en plein cœur de la capitale belge. Seulement 5 ans après son ouverture en grandes pompes, le centre culturel Daarkom vide ses locaux du théâtre de La Gaité. Il devra trouver des locaux plus petits et moins chers afin de continuer d’exister sous une autre forme et … un autre nom. Cela signe-t-il la fin du centre ? Eléments de réponses.  

Temps de lecture: 3'
Crédit Photo: Site Daarkom
Crédit Photo: Site Daarkom
Crédit Photo: Site Daarkom

Du côté de la communauté marocaine de Belgique, la nouvelle sera sans doute accueillie avec amertume. Elle avait reçu avec soulagement et enthousiame, l’inauguration, le 23 septembre 2011, de la Maison des Cultures maroco-flamandes, sous le nom de «Daarkom». Le centre était en effet symbolique à plus d’un titre. C’était d’abord l’ouverture du premier centre culturel marocain à l’étranger, lancé dans le cadre de la politique d’accompagnement des MRE dans leur pays d'accueil par le ministère de tutelle. Le centre ainsi que 4 autres qui devaient ouvrir dans d’autres capitales ou grandes villes, devait permettre à la communauté marocaine de vivre sa culture dans un espace d’échange avec la culture du pays d’accueil.

Des charges trop lourdes

Le centre culturel Daarkom, signifiant «Votre maison» en arabe, «Venez-là» en flamand, ouvrait donc ses portes dans le local du théâtre «La Gaité», situé en plein cœur de Bruxelles. Soutenu par le ministère des MRE et le ministère flamand de la Culture, Daarkom était confié à l’association éponyme. Seulement, 5 ans après son inauguration, le centre va rendre sous peu les clés du théâtre bruxellois. Sur le site du centre en effet, la Maison des cultures maroco-flamandes annonce la fermeture de ses locaux de «La Gaité», son transfert dans un autre endroit et même … son changement de nom !

Contacté par Yabiladi, le président du centre, Larbi Khetouta a fait court. Il explique cette fermeture-déménagement par une «question financière». Les subventions des gouvernements marocains et flamands, quelques 250.000 euros par an chacun, n’arrivent plus à couvrir les frais de fonctionnement engendrés par le centre culturel marocain. Sur les 500.000 euros de subvention annuel, explique Larbi Khetouta, 320.000 euros sont consacrés au loyer du théâtre de «La Gaité». Le reste ne réussissant pas payer le salaire des employés et les frais d’entretien, le centre est aujourd’hui obligé de fermer ses portes au plus tard le 1er septembre, confie le président de Daarkom.

Comme solution de rechange, toujours selon le président, le ministère flamand propose un local plus «petit» et la continuation du centre sous une «forme light», précise-t-il.

Daarna, version light de Daarkom

Il ajoute que le centre passera du nom de «Daarkom» à celui de «Daarna», «Notre maison» en arabe et «Après» en flamand. Des négociations sont encore pour tenter de trouver un autre local mais elles n’ont pas encore abouties. Un temps annoncé comme futur emplacement de Daarkom, un local dans la rue des Pierres, située à quelques encablures du théâtre de «La Gaité», n’a pas été confirmé, ajoute le président du centre culturel.

Dans tous les cas, les futurs locaux, que le ministère veut «plus petits» et surtout moins cher, n’abriteront plus que des bureaux destinés au personnel administratif. Pour les activités culturelles, le centre devra se tourner vers la location de lieux de salles de spectacles à chaque fois que le centre aura besoin d'organiser ses activités. Une situation qui risque de faire perdre à Daarna son lustre d’antan. La cafétéria qui accueillait les visiteurs pour un thé à la menthe ou un café ne sera plus qu’un vieux souvenir des habitués.

Pourtant, au moment de son lancement, le ministère des MRE entendait faire du centre culturel un lieu de rayonnement de la culture marocaine à l’étranger. Le centre Daarkom devait aussi être un placement de la culture, «oubliée dans les politiques publiques concernant l’immigration», selon les termes du ministre délégué aux MRE de l’époque, parmi les besoins des Marocains de la diaspora. Le centre devait ainsi permettre l’interaction entre les cultures marocaine et flamande mais aussi la rencontre entre artistes marocains et flamands sans oublier la promotion des artistes de la diaspora.

Aujourd’hui, ces missions sont plus que jamais compromises avec un centre relégué à des locaux ne pouvant plus accueillir de spectacles. Il ne reste plus à la communauté marocaine que de répondre à l’invitation du centre sur son site : boire un dernier thé à la menthe avant la fermeture officielle des locaux de La Gaité.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com