Menu

Politique Publié

Le Conseil de sécurité pourrait proroger le mandat de la Minurso de deux mois seulement

Le ministère espagnol des Affaires étrangères a annoncé que le Conseil de sécurité pourrait recourir à une prorogation technique du mandat de la Minurso de deux mois supplémentaires. Ce ne serait pas une décision inédite puisque en 2003, les Quinze avaient déjà utilisé cette option.

Temps de lecture: 2'
José Margallo avec Ban Ki-moon au siège de l'ONU / Ph. ONU

Faute d’un accord entre ses membres, le Conseil de sécurité pourrait prononcer, le 30 avril, une prorogation technique du mandat de la Minurso de seulement deux mois supplémentaires. Une option que le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Margallo, n’a pas exclue dans des déclarations à la presse de son pays. Ce prolongement technique avait été décidé par les Quinze en 2003 pour laisser davantage de temps au Maroc et au Polisario d’examiner le Plan Baker II, prévoyant l’organisation d’un référendum au Sahara au terme d’une période transitoire d’autonomie de cinq années.

Le recours à une telle solution traduirait les profondes divergences entre les Quinze sur cette question. Depuis l’expulsion en mars dernier par le Maroc de 84 membres de la composante civile et politique de la Minurso, dans le sillage de sa confrontation avec le secrétaire général des Nations Unies, deux camps s’affrontent au sein du Conseil de sécurité.

En attendant l’initiative américaine

D’un côté, il y a ceux qui défendent la position du Royaume chérifien et appellent à un règlement négocié de la crise : Espagne, France, Japon, Sénégal, Egypte et dans une moindre mesure la Russie. Et de l'autre côté, il y a les partisans d’une résolution du CS condamnant Rabat et lui enjoignant le retour immédiat des casques bleus : Venezuela, Uruguay, Grande-Bretagne et Etats-Unis.  

Le chef de la diplomatie espagnole a par ailleurs affirmé que les Quinze attendent que la délégation américaine leur transmettent le projet de la nouvelle résolution. Une autre preuve de l’influence de Washington sur ce dossier. Un texte remis en priorité aux membres permanents du CS ainsi qu'à l’Espagne en sa qualité de membre du Club des amis du Sahara occidental, avant une distribution au reste des membres de l’instance onusienne. Généralement, le texte de Washington ne fait pas l’objet d’opposition sauf en 2013 lorsque le Maroc avait catégoriquement rejeté la proposition de l’administration Obama visant à élargir le mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l’Homme dans la province.

José Margallo a reconnu que l’ambiance est «tendue» entre le Maroc et le secrétaire général de l’ONU, souhaitant que la crise entre les deux parties ne soit que «passagère».

Soyez le premier à donner votre avis...
lol..
Auteur : national geographic
Date : le 22 avril 2016 à 11h03
voila ce qui arrive quand on ne respecte pas la charte des nations unies de la neutralite..le contrat permanent de la minurso est caduque!maintenant l onu fait de l interim et du travail temporaire au maroc..a la place du roi je ferais des contrats a la semaine a ces charlatans...ban ki mon est en fin de mission..bon debarras!
D'ACCORD PAS D'ACCORD
Auteur : HMIMID69
Date : le 21 avril 2016 à 13h29
Monsieur Kerry si vous considérez que le Maroc est un pays (fascinant) et..(la relation des USA avec le Maroc doit être la plus forte) alors cessez avec lui de souffler le chaud et le froid en matière des droits de l'homme qui vous le savez les plus respectés de la région ou d'utiliser le double langage au sujet de son Sahara alors que vous savez aussi que le Maroc ne se sépare jamais de son Sahara vous savez également s'il n y avait pas l'Algérie qui bloque tous les négociations le problème serait régler depuis longtemps alors Mr. Kerry quelle relation? préférez vous avec un (allier historique) stable? et indépendant ou un allier tout cout soumis a des recommandation Américaine s'il veut bénéficier de ses propres avantages sans être harceler perpétuellement .
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com