Menu

Article

Daesh-leaks : Seulement 6% des jihadistes marocains ont des connaissances de la Chariâ

Le think-tank américain Combating terrorism center a publié un rapport sur le portrait-robot des aspirants jihadistes de Daesh. Le CTC s’est basé sur la fuite de documents de l'organisation "Etat Islamique" (EI) pour la rédaction de son étude. Sur l’échantillon examiné, les combattants marocains occupent la 3e place. 16% d’’entre se disent prêts à mener des opérations suicides.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

La perte du terrain de Daesh en Irak et en Syrie s’accompagne par une fuite des documents relatifs à ses aspirants jihadistes. La chaîne NBC s’est procurée les formulaires remplis par 4.600 recrues, dès leurs arrivées entre 2013 et 2014 dans les zones contrôlées par EI. Un chiffre moins important que les 22.000 noms de combattants révélés en mars par Sky news. NBC a remis l’ensemble des fichiers au think-tank américain Combatting terrorism center en vue de les analyser. L'examen du CTC a abouti à la publication de ce rapport.

Seul 6% des Marocains de Daesh ont des connaissances de la Chariâ

Sur l’échantillon étudié, les Marocains occupent la 3e place avec 241 combattants, derrière les Saoudiens (579) et les Tunisiens (559). Cette force numérique corrobore les estimations déjà annoncées par des officiels du royaume et de parties internationales sur la présence massive de jihadistes nationaux dans les rangs de l'EI.

En revanche, ils occupent le bas du tableau dans les connaissances de la Chariâ avec seulement 6% contre 47% pour ceux en provenance du royaume wahhabite, 24% pour les Egyptiens et 12% pour les Indonésiens. Ce pourcentage descend à zéro pour les Britanniques, les Français, les Belges, les Allemands et les Néerlandais. Cette ignorance des préceptes de l’islam ne semble guère représenter un obstacle pour les services de recrutement de Daesh. Bien au contraire.

16% des Marocains prêts à mener des opérations suicides

Les formulaires analysés par le think-tank américain soulignent que 15,8% des aspirants jihadistes en provenance du royaume se disent prêts à s’engager dans des opérations suicides. En 2014 lors de l’occupation de larges pans du territoire irakien, les bombes humaines du Maroc avaient joué un rôle déterminant dans l’avancée des troupes d’Al Baghdadi, notamment à Mossoul et Falloujah.

Paradoxalement, les «contingents» ayant de faibles connaissances religieuses font montre d’un plus net enthousiasme pour mener des attentats-suicides. Chez les Néerlandais, ce pourcentage est de 16,7%, les Libanais (sunnites) 24,2%. Pour le reste des Européens, il est se décline comme suit : 10% pour les Espagnols, 8,7% pour les Belges et 2,4% pour les Français.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com