Menu

Article  

Al Adl Wal Ihssane : Abbadi nuance ses propos sur le califat sans renier ses convictions

Sans réellement renier ses convictions sur l'obligation de l’instauration du régime de califat, le secrétaire général d’Al Adl wal Ihssane a été contraint de nuancer ses propos de la semaine dernière. Ce message est essentiellement déstiné à calmer la colère qui couve dans certains milieux d’extrême gauche proches d'AWI, choqués par la première vidéo de Mohamed Abbadi.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Cinq jours après sa fameuse vidéo sur le califat, à l’origine d’une vive polémique sur les réseaux sociaux, le n°1 d’Al Adl Wal Ihssane revient sur le sujet avec un nouvel enregistrement de 21 minutes. Contraint de nuancer ses propos, Mohamed Abbadi a pris ses distances avec la phrase attribuée à Omar Ibn El Khattab, interdisant aux musulmans de passer trois jours sans prêter allégeance à un calife. Cette fois, il émet un doute sur l’authenticité de la preuve selon laquelle il a, pourtant, échafaudé toute sa plaidoirie pour un régime aboli depuis 1924.

Ce léger fléchissement opéré par le secrétaire général d’AWI s’est accompagné par une mise au point : La jamaâ ne compte pas instaurer le califat au Maroc. Il précise que le modèle auquel il aspire ne doit pas être imposé d’en haut ou par la force aux reste de la Oumma. Une vision idéaliste d’un système essentiellement basé, depuis le 1er siècle de l’hégire et jusqu’à 1924, sur l’épée et non sur la «Choura».

Une opération de communication

Hormis ces concessions de circonstance, l’homme n’a pas renié ses convictions. Abbadi reste séduit par le califat et il tient à le faire savoir. «C’est un projet de longue haleine sur lequel doivent travailler les musulmans d’Orient et du Maghreb. Entre nous et le califat espéré il y a une longue distance», a-t-il affirmé.

La nouvelle vidéo de Mohamed Abbadi est surtout une opération de communication destinée essentiellement à calmer la colère de certaines parties d’extrême gauche. Elles ont été choquées par les premières déclarations d’Abbadi alors que tous travaillent ensemble pour la constitution d’un «front commun contre le despotisme».

S’adressant indirectement à ces composantes d’une gauche fragmentée, le secrétaire général d'AWI invite ces «frères marocains» à «réaliser le minimum de ce qui peut être réalisé en liberté et justice sociale». Cet appel vise à faire oublier ses propos de la semaine dernière pour mieux se concentrer sur les objectifs d’Al Adl Wal Ihssane portant sur l' «instauration de la justice et la négation de la tyrannie, la dépravation et le despotisme».

Soyez le premier à donner votre avis...
Pour ne pas faire front avec le despotisme
Auteur : ibnjelloun
Date : le 15 avril 2016 à 01h22
Ceux qui veulent « faire front contre le despotisme » auront intérêt à concevoir les individus affiliés à un « califat » ou une « commanderie des croyants » en termes de communautés ou associations religieuses relevant strictement de la société civile. Ils auront intérêt à appeler à la privatisation de telles associations au cas où elles seraient déjà en possession de pouvoirs publics. Ils auront intérêt à concevoir le rapport d’un futur califat aux Etats nationaux « civils » en termes similaires à ceux existant entre la papauté (le Vatican) et les Etats de l’Union (confédérale) européenne.
Dernière modification le 15/04/2016 01:29
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com