En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Environnement Publié

Maroc : Un refuge aux animaux abandonnés ou torturés à Tanger créé par un Britannique

«Le Sanctuaire de la Faune». On ne pouvait trouver un meilleur nom au refuge pour animaux. Le créateur : Karl Scarr, 52 ans, originaire de Cambridge au Royaume-Uni, expert en comportement de la race canine. L’homme a acquis la réputation bien méritée de «meilleur ami des animaux». Ce titre de reconnaissance décerné par la presse britannique, Karl le doit à la mission qu’il s’est imposé comme un sacerdoce : venir en aide aux animaux errants, abandonnés ou torturés. Découverte.

Crédit Photo: Karl Scarr/ SWNS.com
Crédit Photo: Karl Scarr/ SWNS.com
Crédit Photo: Karl Scarr/ SWNS.com
Crédit Photo: Karl Scarr/ SWNS.com
Crédit Photo: Karl Scarr/ SWNS.com
Crédit Photo: Karl Scarr/ SWNS.com
Crédit Photo: Karl Scarr/ SWNS.com

Alors que le mois dernier, les internautes marocains s’insurgeaient contre l’abattage via une campagne lancée sur les réseaux sociaux, Karl Scarr vient peut-être d’ouvrir une brèche dans ce débat. Ce britannique, âgé de 52 ans et père de 2 enfants, a décidé de consacrer sa vie à un refuge pour les animaux, comme le rapporte le Daily Mail qui lui consacre un article.

Des chiens, des ânes, des chevaux ont trouvé leur sanctuaire

Le cinquantenaire qui s’est installé à Tanger depuis plusieurs années, mène une vie rythmée par la récupération, le soin, la nourriture d’animaux errants, abandonnés, torturés ou maltraités dans un refuge baptisé «le Sanctuaire de la Faune». Un lieu qui doit grouiller d’aboiements, de miaulements, de braiement et de hennissement. Et pour cause, aux niches des 150 à 200 chiens, s’ajoutent les écuries des chevaux et des ânes qui sont recueillis dans le «sanctuaire». La journée commence donc dès 4 heure du matin pour le cinquantenaire anglais avec le biberon à donner aux bébés animaux, le nettoyage des endroits où vivent les animaux sans compter les nombreux allers et retours chez le vétérinaire pour soigner les animaux malades.

«Gérer un endroit comme celui-ci demande une vigilance et une concentration complètes en tout temps. Il faut surveiller les scorpions et les serpents ou même stopper les combats avant qu’ils ne deviennent graves. Mais c’est un sacrifice que je fais volontiers pour protéger ces merveilleux animaux dont la plupart ont été victimes de violence, affamés, abandonnés ou tout simplement laissés pour morts», confie Karl Scarr. En effet, certains des animaux portent toujours les stigmates de la violence qu’ils ont subie. Certains ont subi des mutilations, d’autres ont été fauchés par des voitures, d’autres encore ont été maltraités au point de devenir agressifs et «susceptibles d’infliger des blessures ».

Une seconde vie pour des animaux torturés

«Chaque jour, nous trouvons des animaux victimes d’horribles violences physique et mentale avec certains qui ont été poignardés, brûlés, devenus aveugles, mutilés avec l’oreille ou la queue coupée ou avec les pattes cassées. Beaucoup d’autres sont ravagés par la gale, les puces, les tiques, les vers, la malnutrition sévère et d’autres maladies », confie le protecteur des animaux. Seulement, selon le site du refuge, les animaux sont nourris grâce aux dons des particuliers ou à la vente des livres écrits par Karl sur les comportements des animaux. Ils sont ensuite soignés, traités, parfois stérilisés pour être proposés à l’adoption aux personnes acceptant de s’en occuper.

Le travail du refuge ne s’arrête pas là. Des actions de sensibilisation et d’informations sont également menées grâce notamment à des prises de parole dans les écoles ou auprès de la population locale. «Le sanctuaire est devenu le point focal pour une grande campagne sur le changement des lois sur la protection des animaux dans le pays [..]», souligne Karl Scarr. La page Facebook du sanctuaire donne régulièrement des nouvelles des animaux recueillis et de leur vie dans le refuge. «Beaucoup de ces chiens ont été laissés dans les rues et souffrent seulement du besoin d'affection. Nous voulons donner aux animaux l'amour et l'affection qu'ils méritent en les entourant de joie ». Un message fort lancé en direction des souteneurs de la loi sur l’abattage des chiens pour dire : et si nous créons des refuges pour animaux au Maroc ?

Soyez le premier à donner votre avis...
réponse
Auteur : danusia
Date : le 16 avril 2016 à 06h08
Ca c'est formidable!
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com