Menu

Mode   Publié

France : Une ministre compare les musulmanes voilées à des "nègres" durant l'escalavage

Pour couver le feu de la polémique qui s’embrase, dans l’entourage de la ministre, on écarte d’ores et déjà toute volonté de choquer. Mais le passage sur RMC de la ministre des Familles, de l’Enfance et du droit des Femmes a été l’étincelle qui a mis le feu aux poudres. Interrogée par Jean Jacques Bourdin, Laurence Rossignol s’est risquée à une comparaison qui n’est passée inaperçue. Détails

Temps de lecture: 3'
Crédit Photo: Archives BFMTV

Sur RMC ce matin, Laurence Rossignol a été interrogée sur la mode islamique pour les femmes et sur les initiatives des grandes marques de mettre sur le marché, des collections de vêtements respectant le code vestimentaire musulman. La ministre a vivement critiqué les marques de prêt-à-porter.  «Ce qui m'a frappée ce sont les arguments que donnent ces marques, qui disent ne faire la promotion d'aucun mode de vie, comme s'il y avait une dissociation entre les vêtements et les modes de vie», a-t-elle lancé.

Pour la ministre française du Droit des femmes, l’enjeu de ce rush des grandes marques sur le marché de la mode respectant les traditions musulmanes, «c'est celui du contrôle social sur les corps des femmes. Lorsque des marques investissent ce marché de la tenue islamique, parce qu'il est lucratif, elles se mettent en retrait de leur responsabilité sociale et d'un certain point de vue font la promotion de cet enferment du corps des femmes», a-t-elle soutenu devant Jean-Jacques Bourdin.

Les femmes voilées comparées à des «nègres qui étaient pour l’esclavage»

A l’appui de son argumentaire, Laurence Rossignol estime que dans certains quartiers en France, les femmes vivent «sous de l'emprise grandissante de groupes salafistes qui se sont mis en situation de dire : voilà qui est un bon musulman et voilà qui ne l'est pas». Une situation, selon la ministre, qui fait observer qu’il y a moins de femmes dans la rue et sur les terrasses de cafés. «Mon rôle, c'est d'aider les femmes qui veulent résister à l'emprise des salafistes dans certains quartiers», ajoute-t-elle. Plus loin la ministre indique même que face à cette «emprise salafiste», «nous avons le devoir de garantir à tous ceux qui vivent en France et aux Franco-musulmans qu’ils y vivent bien».

Mais Jean-Jacques Bourdin lui lance l’argument des femmes qui choisissent librement de porter le voile. Et c’est à ce stade de la conversation que la ministre est l’auteur d’un dérapage en comparant les femmes voilées à des «nègres». «Mais bien sûr, il y a des femmes qui choisissent. Il y avait des nègres afric… américains qui étaient pour l’esclavage», a lâché la ministre. Et Laurence Rossignol de se lancer dans une explication pour dire que les femmes qui portent le voile sont des militantes de l’islam politique qui tentent d’imposer leur mode vestimentaire aux autres femmes.

Critiquée sur les réseaux sociaux…

Les réseaux sociaux se sont vite emparés de la référence au mot «nègre» par une ministre de la République sur un plateau de grande audience pour dénoncer un dérapage raciste. Certains dénoncent l’emploi du terme nègre et sa comparaison des femmes portant le voile. D’autres relèvent que ce dérapage intervient en pleine campagne «Tous unis contre la haine». Sur Twitter, un hashtag réclamant la démission de la ministre a fleuri.

… la ministre explique admet une référence pas évidente

Pour répondre à ses détracteurs, la ministre a mis cet excès de langage sur le compte d’une «référence pas évidente»«Le mot nègre est un mot péjoratif qui ne s’emploie plus que pour évoquer l’esclavage en référence à l’ouvrage abolitionniste “De l’esclavage des nègres” de Montesquieu. Il n’y a donc pas de provocation de ma part ni de volonté de choquer. C’est un mot que je n’emploie en aucune autre circonstance», a réagi la ministre face à la polémique. «J’ai sous-estimé que la référence n’était pas évidente», a-t-elle ajouté. Des justifications qui n’ont pas convaincu les internautes. Ils comptent transformer leur hashtag en pétition pour le départ du gouvernement de Laurence Rossignol.

jupe robe = liberté?
Auteur : malcomix_22533
Date : le 31 mars 2016 à 19h58
Dans ce sujet on parle d'une ministre en France donc les jeunes femmes qui mettent le hijab le font à 99% librement en France contrairement au Maroc ou il y a le contexte culturel qui joue. Les malaisiennes qui mettent le hijab ne sont pas des femmes opprimés de la même manière que les prostitués qui sont en mini jupes ne sont pas forcément des femmes libres.
Choquant!
Auteur : Hacho94
Date : le 31 mars 2016 à 19h01
Elle ne mérite pas sa place, déjà pour juger les femmes voilée il connaitre l'Islam d'abord. Le pire c'est de d'utiliser le mot nègre" à l'Islam et les femmes voilée. Aucun rapport.
Incroyable
Auteur : unerosedesvents
Date : le 31 mars 2016 à 17h14
Tout le monde veut décider pour les femmes mais ce sont a elles même de décider!
Que celles qui veulent le porter le fasse que celles qui ne le veulent pas ou pas encore aussi. C ça la liberté. La liberté de le porter un droit qu'on doit justifier, arracher...le monde ne tourne pas rond. En 2016 on dit aux femmes ce qu'elles doivent porter ou non...ahurissant
oui
Auteur : hibati70
Date : le 31 mars 2016 à 16h24
elle a raison , moi je trouve que les femmes musulmanes ont perdu beaucoup de leur liberté , dans les années 80 90 au maroc les femmes jeunes cultivées portaient des jupes des robes et n’étaient pas harcelées. aujourd'huit toutes les femmes ou la grande majorité est voilée et le harcèlement a augmenté . expliquer svp !!!!!
le voile ne fait pas partie des 5 piliers de l'islam. donc je dis aux musulmanes LIBEREZ VOUS !!!! ce sont les hommes qui veulent vous voiler et non dieu.
Trop c trop
Auteur : unerosedesvents
Date : le 31 mars 2016 à 11h07
Insultant dégradant et cela se veut ministre du droit de la femme. Qui est elle pour parler en notre nom? Si elle a des cas qu'elle s'en charge mais n'insulte pas des millions de femmes

Signez la pétition https://www.change.org/p/tousuniscontrelahaine-du-gouvernement-que-laurence-rossignol-soit-sanctionnée-pour-ses-propos-racistes?recruiter=518503979&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com