Menu

Politique Publié

ONU/Maroc : Le Conseil de sécurité réitère son appel au dialogue

Le Conseil de sécurité a de nouveau examiné la crise entre Ban Ki-moon et le Maroc hier soir. Les Quinze ont pris acte d’une note, au ton alarmiste, présentée par le secrétaire général et souhaitent que la Minurso «recommence à fonctionner pleinement» tout en appelant à nouveau au dialogue pour trouver une issue au différend. 

Temps de lecture: 2'
Ismael A. Gaspar Martins (UN Photo/Loey Felipe)

Sous la pression de Ban Ki-moon, le Conseil de sécurité a poursuivi sa session ouverte, depuis plus d'une semaine, consacrée à la crise avec le Maroc. Le secrétaire général de l’ONU a ainsi présenté, hier soir, aux Quinze, une note sur l’expulsion par le Maroc de dizaines d’éléments de la composante civile et politique de la Minurso mais il n’est toujours pas parvenu à arracher le soutien qu’il espère tant.

Le Sud-coréen a averti des conséquences de ces départs «sur le fonctionnement effectif» de la mission onusienne, a déclaré à la presse l’ambassadeur de l’Angola,Ismael A. Gaspar Martins, qui assure la présidence du Conseil. «Les membres du Conseil de sécurité ont pris acte du briefing du secrétaire général» et se sont dits «sérieusement préoccupés par les récents développements», a-t-il ajouté.

Pas de condamnation du Maroc              

Les Quinze ont appelé à «un règlement constructif, complet et par la coopération» du différend opposant le Maroc et Ban Ki-moon. Ils ont également souhaité que la Minurso «recommence à fonctionner pleinement» conformément «au mandat fixé dans plusieurs résolutions du Conseil de sécurité». L’ambassadeur angolais a réitéré son appel pour des discussions bilatérales avec la partie marocaine en vue de parvenir à une solution à la crise.

Le Conseil de sécurité, malgré le ton alarmiste de Ban Ki-moon et la pression de certains relais du Polisario, a évité toute condamnation des sanctions prises par le royaume contre la Minurso. Preuve en est l’absence de toute résolution contraignante pour le Maroc. Cela fait dix jours que les Quinze discutent de cette question, à huis clos, sans que Ban ne parvienne à les convaincre de rallier sa cause.

En plus de ces soutiens internationaux, dont des membres permanents et non permanents au CS, le royaume possède la carte du rapatriement de plus de 1 200 casques bleus déployés dans trois pays africains : La République démocratique du Congo (ex-Zaïre), la Côte d’Ivoire et la République centrafricaine. Un éventuel retrait aurait un impact négatif sur les opérations de maintien de paix dans des zones instables.  

Quelques heures avant la réunion du Conseil de sécurité, le gouvernement marocain avait affirmé que les décisions prises contre la Minurso étaient «irrévocables» et «proportionnelles aux graves dérapages» de Ban Ki-moon. Le ministre des Affaires étrangères a, par ailleurs, fermé la porte à un possible retour de la composante politique de la Minurso au Sahara.

Soyez le premier à donner votre avis...
Réussite de Ban Ki Moon=déstabiliser le Maroc= satisfaction d'Alger
Auteur : zsahara
Date : le 27 mars 2016 à 19h44
Bin Ki Moon au lieu de chercher une solution cherche une victoire pour déstabiliser le Maroc comme ils projettent les responsables algériens.
Pour éviter la confrontation avec le Maroc, à cause de la crise Kabyle et la situation critique des otages à tindouf à cause de détournement des aides et non d'un comportement marocain, car le Maroc a laissé la porte ouverte pour tout marocain sahraoui qui veut retourner chez lui mais l'armée algérienne encercle les camps=ce qui Ban Ki Moon n'a pas constaté.
Ses amis au CS le protègent mais il est fini
Auteur : FATEM95
Date : le 25 mars 2016 à 23h25
Je pense que le CS reviendra au mieux à bonnes pratiques en le mettant au placard, ce qui n'est pas une mauvaise chose pour le Maroc.
Quand aux USA leur rôle est toujours ambigu, il ne soutiendront jamais le Polisario mais ils sont perméables aux lobbies, même si l'administration est favorable au Maroc et voudrait une Afrique du Nord stable. Mais ils ne maitrisent pas la décision à l'ONU. Mais ça ne date pas d'aujourd'hui.
Mais si ...
Auteur : moden
Date : le 25 mars 2016 à 22h39
Si on peut aller en marchant encore jusqu' à Birlahlou, ce soi-disant territoire libéré.
Le mal est fait et le peuple marocain n’exceptera jamais les excuses de ce tueur à gage
Auteur : moden
Date : le 25 mars 2016 à 22h04
Ce BAN a ternit l'image de l'ONU en faisant beaucoup de dégât lors de sa première et dernière visite de la région

Lui qui était censé ramener la paix et ouvrer pour une solution réaliste pour clore ce cirque qui a duré 40 ans au grand dam des séquestrés de Tindouf, Ba non ! Il a fait tout l'inverse et avait tout faux.
Le Maroc a fait énormément de concession en proposant l'autonomie de ses propres provinces du sud, tandis que le polisbel et sa marraine n'en ont fait aucune bien qu'ils sachent pertinemment que le peuple marocain ne se séparera jamais de son Sahara quel qu'en soit le prix à payer et jusqu'à la fin de ce bas monde.

Je rappelle juste que le Polisario est un groupe terroriste à la solde de la junte militaire algérienne
Dernière modification le 25/03/2016 22:09
USA
Auteur : MarocainDM
Date : le 25 mars 2016 à 21h32
L'USA ne fait que suivre ses interets, certe elle est pour l'autodetermination proposé par le Maroc mais à cote ne cesse de faire des sortie officieuse pour essayer de garder le minimum d'un equilibre dnas la region nord-afrique. Les projets de gaz marocain l 'interesse bcp sachant que la russie est rentrée dans une course contre le temps pour gagner ce contrat apres la visite du roi en russie dernièrement. C'est par une position forte et tres diplomate que le Maroc doit faire face aux ingerances que ça soit des USA ou de l'Algerie.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate