En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Terrorisme Publié Le 23/03/2016 à 12h25

Aujourd’hui, je suis silencieuse avec tout mon amour pour Bruxelles

Sollicitée par le journal flamand De Morgen pour écrire sur les attentats de Bruxelles, la députée au Parlement flamand d’origine marocaine Yamila Idrissi a laissé ses sentiments s’exprimer pour dénoncer la barbarie des attentats et appeler à construire des ponts pour luter contre cette violence aveugle. (Version française et flamande)

Photo : Federico Ariu

Le journal De Morgen m'a demandé d'écrire quelques mots sur les attentats. Mais comment poser des mots sur l'atrocité? Comment lorsqu'on sait que l'on compte déjà plus de trente morts, et que des personnes luttent pour leur vie en ce moment-même ? Comment parler de la barbarie qui est à nos portes? Comment en parler lorsqu'on sait que Bruxelles est à feu et à sang et que votre ville adorée s'est transformée en zone de guerre ?

Aujourd'hui, je n'ai pas les mots. Aujourd'hui, j'écris tout d'abord en tant qu'être humain et en tant que Bruxelloise, et ensuite en tant que politicienne.

Aujourd'hui, je suis en deuil. Aujourd'hui, mon cœur se tourne vers les victimes et leurs proches. Aujourd'hui, je suis muette, attristée, en colère et anxieuse. Aujourd'hui, j'ai envie de serrer très fort mes proches dans mes bras. Aujourd'hui, je veux laisser libre cour à mes émotions.

Comment faire en sorte que ces attentats ne mine pas notre société ?

Nous ne pouvons répondre aux défis du 21e siècle, car c'est ce que sont ces actes atroces, avec les solutions insuffisantes du 20e siècle.

Ensemble, nous devons imaginer des solutions radicales à cette violence aveugle. Nous ne pouvons céder à la peur et à la haine, car si nous le faisons, les extrémistes auront gagné.  Aujourd'hui, plus que jamais, nous devons construire des ponts et lier les gens. Nous devons à nouveau apprécier à leur juste valeur ces valeurs qui sont si importantes pour nous. Et l'affirmer haut et fort : on ne touchera pas à ces valeurs. «Car tout ce qui a de la valeur est vulnérable» (Lucebert). Mais aujourd’hui, je suis silencieuse avec tout mon amour pour Bruxelles.

Vandaag ben ik stil met al mijn liefde bij Brussel 

De Morgen vroeg mij om iets over de aanslagen te schrijven. Maar hoe geef je woorden aan de gruwel? Hoe geef je woorden als je weet dat er al meer dan dertig doden zijn geteld, en dat mensen op dit eigenste moment vechten voor hun leven? Hoe geef je woorden als de barbaarsheid aan de voordeur staat? Hoe geef je woorden als je weet dat Brussel in brand staat en je geliefde stad verandert in een warzone?

Vandaag heb ik de woorden niet. Vandaag schrijf ik in de eerste plaats als mens en als Brusselaar, en dan als politica.

Vandaag ben ik in rouw. Vandaag gaat mijn hart uit naar de slachtoffers en hun geliefden. Vandaag ben ik sprakeloos, verdrietig, woedend en angstig. Vandaag wil ik mijn dierbaren heel hard vastpakken. Vandaag wil ik mijn emoties alle ruimte geven.

Hoe zorgen we ervoor dat deze aanslagen onze samenleving niet onderuit halen?
We kunnen de uitdagingen van de 21e, want dat zijn deze gruweldaden, niet beantwoorden met de ontoereikende oplossingen van de 20e eeuw.

Samen zullen we radicale oplossingen moeten bedenken voor dit blinde geweld. Aan de angst en haat mogen we niet toegeven, als we dat doen, hebben de extremisten gewonnen.  We moeten vandaag meer dan ooit bruggen bouwen en verbinden. Waarden die voor ons zo belangrijk zijn, moeten we opnieuw naar waarde schatten: democratie, openheid en menselijkheid. En duidelijk stellen: aan deze waarden wordt niet aan geraakt. “Want alles van waarde is weerloos” (Lucebert). Maar vandaag ben ik stil met al mijn liefde bij Brussel.

Visiter le site de l'auteur: http://www.yamilaidrissi.be

Tribune

Yamila Idrissi
Députée au Parlement flamand
Brussels sp.a parlementslid
Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com