En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X


Environnement Publié

De plus en plus de PME marocaines profitent des prêts verts de la BERD

Temps de lecture: 2'
DR

Les PME marocaines sont de plus en plus nombreuses à bénéficier des prêts du programme de financement européen, MorSeff, rapporte Usine Nouvelle. Ce programme crée par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) pour soutenir les pays de l’Europe de l’Est, s’est résolument tourné vers le sud de la Méditerranée, notamment le Maroc. Le programme MorSEFF accorde des prêts, des subventions et une assistance technique aux entreprises privées marocaines désirant investir dans les énergies renouvelables ou dans l’amélioration de l’efficacité énergétique de leur appareil de production.

Ainsi, ce programme a confié en mars 2015 20 millions d’euros à la BMCE pour accorder des crédits aux PME via BMCE Cap Energie. A la mi-décembre 2016, une nouvelle enveloppe de 20 millions d’euros sera allouée via la BCP sur un total de 80 millions d’euros mobilisés par le MorSEFF. «Actuellement il y a 21 projets d’investissement en cours, représentant environ 12 millions d’euros et 15 autres projets quasiment aboutis pour 4,2 millions d’euros», confie Maly Mirsolav, responsable de l’équipe pour l’efficacité énergétique et le changement climatique de la BERD. Et d’ajouter, «près des trois-quarts des fonds prévus ont été alloués à des projets».

Les projets financés ou susceptibles d’être financés se tournent vers le renouvellement des machines utilisées dans la production ou dans leur consommation d’énergie. «Environ 80% des prêts conclus sont des projets concentrés sur l’efficacité énergétique, quant aux projets à venir autour de 70% de ceux en cours d’approbation finale, sont des projets photovoltaïques – principalement des panneaux installés sur les toits pour l’autoproduction», estime Maly Mirsolav.

Selon le chef de ce projet, William Fellows, les bailleurs seraient prêts à allouer 20 à 30 millions d’euros supplémentaires. «Il y a une très forte demande de l’industrie marocaine, même si, pour cette phase de test, on a assez peu communiqué», a constaté William Fellows. «Je pense que dans le contexte de ralentissement de la croissance, un investissement dans l’efficacité énergétique est un bon investissement défensif, il est directement rentable», ajoute-t-il.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com